Les Enfoirés : cette star disparue depuis 25 ans devait faire son grand retour, malheureusement…

La troupe des Enfoirés s'est réunie à nouveau sur scène. Mais cette chanteuse n’a pas pu faire son grand retour comme prévu, après 25 ans d’absence. 

© Capture Facebook

La troupe des Enfoirés s’est retrouvée pour donner un concert. Mais une personne très attendue a manqué à l’appel. En effet, cette chanteuse devait revenir après 25 ans d’absence. On vous dit tout!

Les Enfoirés, c’est aujourd’hui 37 ans d’engagement pour faire avancer la cause des resto du cœur. Malgré la pandémie de Covid-19, la troupe s’est réunie. Mais dans un lieu à huis-clos, sans public. Malheureusement, une chanteuse très connue n’a pas pu rejoindre les autres artistes. Elle s’est en effet désisté au dernier moment à cause du Covid-19. Il s’agit de Jane Birkin.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jane Birkin (@janebirkinoff)

C’est un coup dur pour les Enfoirés. « On est doublement triste, parce que c’est elle qui s’était portée volontaire pour revenir. Elle voulait vraiment participer au spectacle comme une Enfoirée normale, être sur le tableau d’ouverture, et d’autres chansons.« , a ainsi indiqué Anne Marcassus, productrice du concert, dans les colonnes de Télé-Loisirs. Mais Jane Birkin n’est pas la seule à manquer à l’appel. Christophe Maé, Michèle Laroque, Claire Keim et Carla Bruni n’ont pas pu venir au concert. Car ils étaient eux aussi positifs à la Covid-19.

Un retour très attendu après 25 ans d’absence !

Quelques jours plus tôt pourtant, le 8 janvier dernier, Jane Birkin foulait la scène pendant un show à Maisons-Alfort, en Ile-de-France. C’est la première fois qu’elle revenait sur scène depuis son AVC, en septembre dernier. « Je suis soulagée que ce soit passé… J’étais hypertendue. La nuit suivante j’avais des crampes partout.« , avait ainsi révélé Jane Birkin à nos confrères du Parisien. Lors de cette interview, la maman de Charlotte Gainsbourg avait fait des révélations sur son accident vasculaire cérébral et l’hospitalisation qui avait suivi.

« Cela a été surtout difficile à vivre pour mes proches. Moi, je savais que j’étais dans de bonnes mains, dans des endroits qui finalement me plaisent beaucoup. Les soins intensifs, je connais par cœur, les hôpitaux publics français sont géniaux, les infirmières adorables. À Nantes où je suis restée un bon mois, ils étaient formidables, je m’amusais plus qu’à la maison.”, a en effet lâché Jane Birkin.La vie de l’hôpital, je l’ai connu enfant avec mon père, qui a été malade toute sa vie. Je savais comme venir à minuit pour lui raconter une dernière histoire qui le faisait rire. Même l’odeur des hôpitaux me tranquillise. À Avicenne, mon hôpital de préférence à Bobigny, je suis pratiquement à la maison. Ils m’ont sauvé tellement de fois ! J’aimerais faire quelque chose pour eux.« , a-t-elle en effet témoigné.

Malheureusement, le Covid-19 est passé par là…

L’ancienne muse de Serge Gainsbourg a récemment fait face à un drame terrible pour une maman. Elle a perdu sa fille aînée, Kate Berry. La photographe s’était en effet donnée la mort en 2013 à l’âge de 46 ans. Pour oublier, Jane Birkin s’est réfugiée dans les salles de cinéma. « Après la mort de Kate, j’allais au cinéma trois fois par jour avec mon amie Gabrielle. C’était la seule chose à faire, d’entrer dans la vie des autres. Voir des choses tellement tragiques, ou tellement drôles, que pendant un moment nos malheurs passent à l’arrière-plan. Les bonnes comédies, ça fait tant de bien. En ce moment, on devrait nous diffuser en boucle les Monty Pythons, comme La vie de Brian. », avait-elle en effet confié dans les colonnes de Femme Actuelle.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jane Birkin (@janebirkinoff)

Jane Birkin avait eu beaucoup de mal à se remettre de la perte de sa fille aînée. « Il m’a fallu cinq ans pour écrire sur elle. Etienne [Daho] a trouvé le titre, Ces murs épais. Un jour où je suis allée au cimetière pour déposer des roses sauvages sur sa tombe, j’ai déchiré mon bras en essayant de les placer parmi d’autres fleurs. J’avais la main en sang, j’ai envoyé la photo à Etienne. Et c’est comme ça qu’on a ajouté l’expression « sauvages roses vengées » », avait-elle en effet confié au magazine Paris-Match.

Le père de Kate Barry, c’est le réalisateur John Barry. Jane Birkin l’a connu quand elle n’avait que 17 ans. A l’époque, il était pourtant déjà trentenaire et papa. Face à ses frasques de coureurs de jupons, Jane Birkin a révélé avoir agi comme « une teenager hystérique ». Elle est même allée jusqu’à le griffer « jusqu’au sang. Avec lassitude, elle finira par se séparer de lui.