Livret A : le rendement pourrait-il s’écrouler ? On fait le point pour vous

Malgré un taux élevé, le livret A pourrait bien voir son rendement s'effondrer. Pourquoi ?

© R.L./Julio PELAEZ-Livret A : le rendement pourrait-il s’écrouler ? On fait le point pour vous

Cette année, le taux du livret A a atteint son niveau le plus élevé depuis 10 ans ! Mais son rendement est mis à mal par l’inflation. Ainsi, les assurances vie pourraient venir concurrencer ce compte d’épargne rémunéré. Comment s’explique ce phénomène ?

Le livret A a atteint 2 % cet été, mais les taux des fonds en euros s’apprêtent à faire de même. Pour que cela se produise, les assureurs vont être contraints de ponctionner leurs réserves. Récemment, le cabinet Facts & Figures a publié une étude sur le sujet. Voici ce qu’il faut retenir…

Les assureurs s’apprêtent à concurrencer le taux du livret A

Le taux du livret A a, certes, beaucoup augmenté en cette période d’inflation. Mais celle-ci nuit à son rendement. Au mois de juin 2022, l’INSEE avait mesuré une hausse des prix avoisinant les 6 %. Et c’est bel et bien le chiffre pronostiqué pour l’ensemble de l’année 2022. Ainsi, le livret A offrant un taux de 2 % fait perdre 4 % de pouvoir d’achat aux épargnants. En effet, si vous possédez 10 000 euros sur ce compte épargne, vous obtenez 10 200 au bout d’une année. Mais avec l’inflation, cette nouvelle somme a moins de valeur que votre épargne initiale.

Parue le 30 août, l’étude du cabinet Facts & Figures explique que les taux des assurances vie atteindront entre 1.6 et 2 % d’ici la fin de l’année. Mais ces taux particulièrement intéressants ne peuvent être atteints si les assureurs ne font pas appel à leurs réserves. En effet, ces derniers ont mis des milliards d’euros de côté dans le cadre de la provision pour participation aux bénéfices. Ces réserves permettent justement de lisser les rendements de leurs contrats.

Ainsi, les assureurs seront en mesure de concurrencer le taux actuel du livret A. Cela éviterait les retraits importants des fonds en euros dans les contrats d’assurance vie. « L’enjeu est d’éviter des sorties en hausse sur les fonds en euros au printemps 2023 suite à l’annonce des taux 2022 » a expliqué le cabinet Facts & Figures avant d’ajouter que pour le moment, « les sorties sont normales sur un fonds en euros, de l’ordre de 6 à 10 % des encours ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Argent & ambition (@goldy.fr)

Les assurances vie devront dépasser les 2 % pour mettre à mal le livret A

Sur le marché des assurances vie, les taux atteignaient, en moyenne, 1.28 % avec quelques contrats dépassant les 2 % en 2021. On recense RES Multisupport de la MACSF à 2,10% et Garance Epargne à 2,75%. Mais l’étude parue fin août fait remarquer que « net d’inflation et de prélèvements sociaux, le rendement moyen des fonds en euros classiques des contrats d’assurance-vie individuelle s’est établi à -0,71% en 2021 ».

En 2022, si le taux moyen avoisine les 2 %, cela signifie que les plus gros contrats d’assurance vie offriront des rendements bien supérieurs à ce taux. Il ne faut toutefois pas oublier que les cotisations sociales s’élèvent à 17.2 % et qu’elles s’appliquent de manière automatique. De ce fait, il faudra dépasser les 2 % pour qu’un fonds en euros atteignent les 2 % nets d’impôts proposés par le livret A.

Quoi qu’il en soit, l’inflation n’est pas prête de disparaître. Les prix à la consommation continuent d’augmenter. Les études prévoient une hausse chiffrée de plus de 7 % d’ici la fin de l’année. L’enjeu des assureurs dans la conjoncture actuelle : redonner confiance aux épargnants. Ils doivent s’atteler à convaincre de l’utilité des contrats d’assurance vie pour concurrencer le livret A, même si ce dernier « constitue un point de repère en termes de rémunération de l’épargne ».