Luc Besson accusé de viol : Sand Van Roy, furax, assigne à nouveau le réalisateur !

Entre Sand Van Roy et Luc Besson, le torchon brûle. En effet, cela fait quatre ans que la jeune femme rêve de le mettre hors d'état de nuire à la gent féminine. Or, la justice française ne va pas dans son sens. Qu'à cela ne tienne, elle a une autre idée derrière la tête !

©Stefanie LOOS / AFP

Depuis 2018, Luc Besson est au centre d’une enquête. Or, les juges viennent de trancher en sa faveur. Énervée, sa victime atomise la France !

SOS Luc Besson en détresse !

À peine est-elle arrivée au commissariat que Sand Van Roy s’effondre. N’hésitant pas à raconter son traumatisme, elle va démolir la réputation de Luc Besson. Très vite, le scandale se répand dans la presse comme une trainée de poudre. Lorsque les fans ont souhaité en savoir plus sur ce qui s’est passé ce jour de mai 2018, elle leur avait barré la route. Plus que jamais, elle nous supplier de « laisser la justice faire son travail”! Or, elle va rapidement se rendre compte que le vent tourne en sa défaveur. Que s’est-il déroulé pour que son château de cartes s’écroule avec perte et fracas ? Objeko fait le point !

Luc Besson est-il protégé ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sand Van Roy (@sandvanroy)

C’est la question que se pose Sand Van Roy. Sans cesse en train de fustiger le verdict, elle rêve que les enquêteurs mettent Luc Besson face à ses contradictions. Jusqu’à présent, ce dernier a toujours su rebondir. Dire la comédienne belge fondait tous ses espoirs dans l’appel. Elle n’a pas été déçue du voyage puisque c’est le non-lieu qui l’a emporté. Sur la Toile, elle n’hésite pas à ruer dans les brancards. Les fans se rendent comptent qu’elle manie le sarcasme comme personne. En tournant en dérision les détenteurs de la loi, elle souffle aux potentielles victimes de ne pas porter plainte quand ça arrive. Et si jamais le réalisateur de Subway est concerné, ce n’est pas la peine d’espérer avoir gain de cause.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Canvas (@canvas_tv)

De son côté, l’avocat de cette dernière ne prend pas non plus de pincettes. Maitre Joris Van Cauter  n’hésitera pas à employer le mot “simulacre” pour définir ce procès. D’ailleurs, à ses yeux, il déplore qu’il n’y ait « pas eu de véritable enquête en France”. En guise de comparaison, il dévoile sa principale satisfaction dans cette affaire de haute voltige. Dans le plat pays de Jacques Brel, chaque preuve a été scrutée à la loupe. Au moins, sa cliente n’aura pas eu à se justifier pendant des heures sur le calvaire qu’elle a subi de la part de Luc Besson.

Qui va avoir le dernier mot ?

Comme il en a l’habitude, Luc Besson garde le silence. Il fait confiance à son équipe de juristes pour prendre la parole quand c’est nécessaire. De ce fait, Maitre Thierry Marembert vient de sortir de ses gonds. En choisissant de déplacer l’affaire en Belgique, la partie adverse n’est pas correcte. Selon lui, il s’agit d’une “manœuvre de diversion”. De toute manière, les choses sont claires depuis le début puisque le réalisateur fait savoir qu’il ne changera pas d’un iota sa version des faites. De plus, ce simple rappel des faits sonne comme un avertissement. “Six magistrats, juges et procureurs français différents, toutes des femmes, ont enquêté sur ces allégations et ont tous estimé [qu’il] était innocent. » Enfin, pour ceux qui voient encore des incohérences dans les investigations, il balaie cette argumentation d’un revers de la main.

Qu’on se le dise. Dans les prochains mois, Luc Besson devra jongler entre la France et la Belgique. À la fin mai, dès que le non-lieu a été prononcé, le conseil de Sand Van Roy riposte. Il s’empare de cette perche et forme “un pourvoi en cassation”. Et pour cause, les juristes belges déploraient « [le] comportement de la justice (française) ».

Qui croire ?

Malgré la vague #MeToo et les nombreuses retombées dans la presse internationale, la gent féminine française a encore du chemin à faire avant qu’on écoute avec attention leurs témoignages. C’est dur mais ça transparait de ce que notre équipe a pu lire dans la presse. Dans le cadre de scandale s*x*elle, certains estiment que la victime se transforme (trop) souvent en b**rreau. Et vous, qu’en pensez-vous cher lecteur ? Avez-vous au moins suivi l’affaire Luc Besson ? Ce qui est évident, c’est que les relations entre les deux pays voisins en prennent un sérieux coup dans l’aile. Dès qu’on a du nouveau, on vous tient bien entendu au courant en priorité. À bientôt dans notre prochain numéro !

Merci à nos confrères de la presse flamande