Marie-Sophie Lacarrau : sa virée au Parc des Princes avec ses deux garçons, une maman comblée !

Le 13 novembre 2021, Marie-Sophie Lacarrau a assisté au match France-Kazakhstan au Parc des Princes de Paris. Elle a emmené pour l’occasion ses deux fils, Malo et Tim.

© Guirec Coadic / Bestimage

Marie-Sophie Lacarrau: Lors du match France-Kazakhstan, les Bleus ont marqué 8 buts contre zéro pour l’équipe adverse. Dans les gradins, 45 500 spectateurs et de nombreuses personnalités ! On pouvait notamment remarquer Karl Olive, le maire de Poissy, Bernard Pivot… S’y trouvait également le ministre de la justice et garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti. On a pu aussi apercevoir Patrick Puydebat et sa compagne Caroline, Anne-Claire Coudray et son amoureux Nicolas Vix. Véronique Rabiot, la mère d’Adrien Rabiot, Tiziri Digne et son fils Inahaya, Delphine Chanéac et son fils Ethan, Sylvie Tellier, Chloé de Launay, la chérie de Karim Benzema, ou encore Marie-Sophie Lacarrau venue avec ses fils Tim et Malo.

Marie-Sophie Lacarrau: « Mon « pays » c’est la région de Toulouse.« 

Depuis qu’elle a repris les rênes du journal de 13h de TF1, Marie-Sophie Lacarrau s’octroie enfin un moment de distraction en famille. Il faut dire que le dimanche aussi, elle se permet beaucoup de repos ! “Toute la semaine, comme présentatrice du journal de 13 heures, sur France 2 l’an dernier et maintenant avec la lourde succession de Jean-Pierre Pernaud sur TF1, j’ai des matinées métronomiques. Réveil à 6 heures, écoute des bulletins du matin sur les radios, arrivée au bureau (en trottinette) à 7 h 30, et à 10 heures rédaction du journal. Alors pour moi, le dimanche c’est d’abord l’absence de réveil, la grasse matinée, le petit-déjeuner en famille, avec plein de viennoiseries, qui peut durer longtemps. Et puis la lecture de la presse magazine, pour le plaisir cette fois.”, raconte-t-elle dans les pages des Echos.

Et de poursuivre : “Je suis une fille du Sud, mon « pays » c’est la région de Toulouse. Quand nous avons quitté Paris, mon mari et moi nous avons recherché une maison perdue dans la nature, dans cette campagne toulousaine qui est à une heure trente de la mer comme de la montagne. C’est l’évasion suprême du week-end chaque fois que c’est possible : le clocher du village, le ciel bleu qui perce au-dessus de la brume du matin, je ne me lasse pas de ce spectacle magnifique. Le temps du barbecue aussi, le fameux magret de canard cuit sur des cèpes. Je vais l’acheter directement chez les producteurs, un plaisir du dimanche à la campagne. Donc je fais moi-même mon foie gras.”, explique en effet la présentatrice à nos confrères des Echos.

« Je suis assez casanière et je me consacre aux miens.« 

Mais quand elle doit rester dans la capitale, elle consacre son temps libre au yoga et à sa famille. “A part le yoga, je suis assez casanière et je me consacre aux miens. J’ai eu des périodes aquagym ou aquabike. Mais je me suis calmée. Ayant grandi à Perpignan, dans mon enfance on allait le dimanche après-midi à la plage. A Saint Cyprien ou même à Collioure. Et en hiver à la montagne, à Font Romeu. Moins pour faire du ski que pour des randonnées. Je suis aussi une fan de canyoning. Mais à Paris, on se contente de balades le long de la Seine. Ou au Bois de Boulogne. Et puis en fin de journée il y a le temps des devoirs.”

 

View this post on Instagram

 

A post shared by @caps_animatrice.tv

« Il a fallu faire un choix.« 

Marie-Sophie Lacarrau s’est mariée à Pierre Bascoul – directeur-fondateur de Nolita Prod – à Auriac-sur-Vendinelle le 12 août 2006. Ils élèvent ensemble leurs deux fils, Malo, 18 ans et Tim, 13 ans. La famille vient de quitter Toulouse depuis que Marie-Sophie Lacarrau a succédé à Jean-Pierre Pernaut. « C’était une sacrée décision à prendre et qui a engagé toute la famille, expliquait-elle à Télé Loisirs. On a accepté de changer de vie. Bien sûr, ce n’est pas exceptionnel. Il y en a plein qui font ça. Je ne cherche pas du tout à m’apitoyer sur mon sort. Mais il a fallu faire un choix. On a renoncé à pas mal de choses. On a renoncé à une certaine qualité de vie qui comptait pour nous. »