Mathieu et Alexandre (ADP) : Les deux tourtereaux bientôt papa, ils dévoilent tous les détails

Di'ici le printemps prochain, Mathieu et Alexandre vont accueillir un bébé dans leur famille. Voici les détails.

© M6

Découverts dans l’émission L’Amour est dans le pré, Mathieu et Alexandre veulent passer à une autre étape importante. Dans une interview à Codes Garçon Magazine, ils ont dévoilé qu’ils prévoyaient d’avoir recours à la GPA en Ukraine au printemps 2022. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Bientôt un bébé pour Mathieu et Alexandre ?

Depuis leur rencontre dans « L’amour est dans le pré« , Mathieu et Alexandre ne se quittent plus. D’ailleurs, le 26 juin dernier, dans le Gard, les deux tourtereaux se sont mariés. Ils se sont dit oui en présence de leurs proches, mais également d’anciens agriculteurs de l’émission. Karine Le Marchand, elle, était la témoin d’un des deux hommes. Le couple ne veut pas s’arrêter-là, ils sont prêts à passer à une autre étape : le bébé. En effet, dans une récente interview, le premier cité nous a expliqué qu’avec son compagnon, ils s’apprêtent à devenir papas : « On va entamer au printemps prochain une GPA en Ukraine » a-t-il notamment déclaré.

Pourquoi l’Ukraine ? Eh bien, c’est très simple. C’est pour une question de coût. C’est le pays le moins cher au niveau de la GPA. Très actifs sur leur compte Instagram commun, les deux tourtereaux ont décidé de filmer le processus de A à Z. En effet, ils veulent montrer à tout le monde, le bon et le mauvais côté de la GPA. Une manière de s’engager pour la légalisation de la GPA, encore interdite en France. Mais si les jeunes mariés, en couple depuis un peu plus d’un an, ont décidé de devenir parents, c’est pour une raison bien précise. Lisez la suite de l’article pour savoir quelle est la raison.

Un déclic pour Mathieu

Interrogé sur le « déclic » qui lui a donné envie d’avoir un enfant avec Alexandre, l’éleveur de taureaux de Camargue a eu une réponse toute faite. Atteint de la maladie de Cadasil, il répond alors: « Moi j’aurais peut-être attendu un peu mais un jour Alexandre m’a dit qu’il est issu de la DDASS et toutes les personnes qui sont très proches de lui ont entre 75 et 85 ans. Il m’a dit : ‘Le jour où toi tu vas partir, il ne me restera plus rien. Et je veux une famille.’ Et moi égoïstement, je n’y avais pas pensé de ce point de vue. Je me suis un peu auto-énervé de ne pas y avoir pensé. Donc c’est maintenant qu’il faut le faire et on va le faire ensemble ».

Il faut préciser, pour ceux qui ne connaissent pas, la maladie de Cadasil est une maladie grave. En effet, c’est une maladie génétique touchant les petits vaisseaux sanguins au niveau du cerveau. Elle entraîne une mauvaise irrigation sanguine dans certaines zones du cerveau. Dans une précédente interview à nos confrères de Femme Actuelle, Mathieu avait dévoilé les symptômes de la maladie incurable dont il est atteint : »C’est le gêne 19 qui déconne. Pour un tiers des malades, ce sont de gros AVC et pour les deux autres tiers, c’est une dégénérescence avec des micros AVC. Enfin la fin ne sera pas agréable« .

Le parcours du combattant pour une GPA

Si Mathieu et Alexandre sont prêts à passer à l’acte, ils savent que ce ne sera pas aussi simple que cela. En effet, d’autres couples gays ont tenté d’avoir un enfant. Et ils sont tous unanimes. C’est un vrai parcours du combattant. On peut notamment prendre l’exemple de Marc-Olivier Fogiel. L’animateur et son mari François Roelants ont eu deux fois recours à la GPA pour leurs deux filles, Mila (9 ans) et Lily (7 ans). Et dans une interview, il explique notamment le prix exorbitant de ce procédé :”Ce n’est évidemment pas de l’argent qui va à la mère porteuse ni à la donneuse d’ovocytes. C’est l’ensemble du processus, comme les avocats et les frais médicaux. Rien que l’accouchement, c’est 19 000 euros, je crois”.

Même son de cloche pour Christophe Beaugrand. En effet, il y a quelques années, lui et son compagnon ont pu accueillir Valentin. Mais là encore, l’animateur explique que c’est un parcours du combattant : “La GPA, comme une adoption, c’est un parcours du combattant. C’est fatiguant et stressant. Les formalités pour accueillir Valentin nous ont pris deux ans. Nous avions lancé le processus avant notre mariage. Nous étions tellement motivés que nous étions prêt à déplacer des montagnes“. On espère que pour Matthieu et Alexandre ça se passera bien. On croise les doigts.