Météo France annonce une énorme vague de chaleur, les villes qui atteindront les 30 degrés

Depuis quelques jours, Météo-France est en panique ! En effet, cette augmentation de température, personne ne l'a vu venir, même les pros ! Sans plus attendre, on vous explique les conséquences de ce record !

©Photo d’illustration AFP

Si vous avez dû, à supporter les pics de chaleur, alors, méfiez-vous de la météo. Ce nouveau record de température inquiète. On fait le point !

Attention à la météo !

Au mois d’avril, Evelyne Dhéliat nous recommande de ne pas nous découvrir d’un fil. Quelques jours plus tard, quand mai pointe le bout de son nez, on a l’impression qu’on peut faire ce qui nous plait. Hélas, plus le temps passe, plus les experts en météo constatent que ce n’est pas toujours vrai. Les degrés sont tellement capricieux qu’il faut absolument les gérer avant de prévoir comment s’habiller pour aller travailler ou pour se balader. Pour preuve, cette récente hausse inquiète les autorités. C’est pourquoi Objeko a décidé de consacrer un article sur cet étrange phénomène. C’est parti, suivez le guide !

Selon la météo, après la canicule…

Durant cette seconde partie de mai, accrochez-vous et méfiez-vous des caprices de la météo. Dès le début de la semaine, la France va être sous le feu des projecteurs. Tel que le décrit cet expert, « une première poussée d’air chaud est attendue lundi, mardi et mercredi. » Pour illustrer ses propos et afin qu’on le prenne au sérieux, il n’hésite pas à faire une comparaison avec ce qui s’est passé les années précédentes dans la capitale. « Le mercure devrait atteindre 28 °C à Paris, soit huit degrés au-dessus des normales saisonnières« . Vous l’aurez compris cher lecteur d’Objeko, ce n’est pas le moment de faire n’importe quoi avec votre santé.

Après avoir analysé la situation à Paris, le pro de la météo s’envole dans le sud de l’hexagone. Là-bas, on dépasse largement les 30 °C. Or, là où c’est étonnant et que cela mérite d’être souligné, c’est que la région Centre est dans le même cas de figure. Aussi, nous avons une pensée toute particulière pour la Bourgogne ou Le Mans. Vu qu’il n’a a pas la mer, la température risque d’être singulièrement étouffante pour les locaux. Après deux ans de pandémie, les agriculteurs commençaient à apercevoir enfin le bout du tunnel. Or, la présence massive du soleil ne pas va-t-elle démolir tous leurs projets ? Les récoltes vont-elles en souffrir ? La réponse, Objeko vous la donne tout de suite !

… doit-on craindre la sécheresse ?

Le début de semaine sera donc éprouvant à supporter. Qu’en est-il pour le reste ? « Jeudi et vendredi, l’air sera un peu moins chaud, avec un petit apport d’air maritime. » Cela est dû notamment à « un vent d’ouest ». Ce dernier sera normalement responsable d’une chute des « températures au nord de la Loire. » Dès qu’elle a été en possession de cette information, l’équipe d’Objeko tient à vous mettre en garde. Ce genre de météo peut s’accompagner de « quelques averses orageuses ». Tout cela ne va pas durer. Juste après ces deux jours un peu plus épiques que les autres, puisqu’on « retrouvera des conditions anticycloniques le week-end prochain sur l’ensemble de la France. »

Comme toujours, les ruraux redoutent toujours l’impact de la météo sur la quantité et la qualité de leurs productions. Interrogé à ce sujet, l’expert des degrés et des Fahrenheit déclare. « On va vers des journées favorisant l’assèchement progressif des sols, qui sont bien plus secs que la normale dans certaines régions, le sud-est notamment, mais aussi le Nord–Pas-de-Calais. » Nostalgique des moments où il n’y avait pas autant de variations de température, il affirme. « Dans l’idéal, il faudrait une alternance de périodes de beau temps et de perturbations. »

Est-ce un avant-goût de ce qui nous attend ?

Cependant, il tient à se montrer rassurant et n’hésitera pas à tirer la sonnette d’alarme si le contexte se reproduit. « Les prévisions saisonnières pour la période estivale ne seront disponibles que fin mai début juin. » D’ici là, pas de panique, Objeko surveille de très près la situation. D’ailleurs, on en a encore un peu le temps de voir venir et de s’organiser. Suite dans notre prochain numéro !