Mort de Bernadette Lafont : sa fille retrouvée morte 3 mois après sa disparition, un drame glaçant

Derrière son beau sourire, Bernadette Lafont cachait une réelle détresse. En effet, à la fin des années 80, sa fille Pauline fait la une des faits-divers. Et pour cause, sans nouvelle depuis trop longtemps, la police sait enfin ce qui lui ait arrivé.

© Bestimage – Mort de Bernadette Lafont : sa fille retrouvée morte 3 mois après sa disparition, un drame glaçant

Presque une décennie que Bernadette Lafont est partie au paradis. Elle avait tellement hâte de retrouver sa Pauline. Que s’est-il passé ?

Bernadette Lafont n’oubliera jamais !

Ceux qui ont moins de trente ans ne peuvent pas connaître Bernadette Lafont et encore moins sa fille. Disparues à presque vingt ans d’intervalle, nul doute que le tête-à-tête a dû être émouvant. C’est l’évidence, devoir enterrer son enfant, ce n’est pas dans l’ordre des choses. Que ce soit à cause d’une maladie ou d’un fait-divers, faire son deuil est quasiment impossible. Récemment, grâce au témoignage de Chantal Ladesou, l’équipe d’Objeko abordait le problème. Si elle avait pu participer à cet entretien, la comédienne aux cheveux blancs aurait validé les propos de sa consœur. Dans son cas, c’est d’autant plus dramatique que la police a mis un temps fou à établir les causes du décès. Aïe, ça pique !

Du rêve au cauchemar…

En 1988, la fille de Bernadette Lafont enchaine les succès. Or, entre deux tournages, elle a une habitude à laquelle elle ne dérogerait pour rien au monde. Ce rendez-vous dans l’havre de paix de la famille des Cévennes, c’est nécessaire à son équilibre. Tous les matins, elle débute la journée par un bon petit déjeuner puis s’en va se promener pendant des heures. Pas de doute possible, la garrigue elle la connait sur le bout des doigts. À l’époque, il n’y a pas de téléphone portable. Qu’à cela ne tienne, elle préfère en rire quand on lui suggère de prendre ses papiers d’identité ! Ah si David avait su avec un peu d’avance, peut-être qu’il aurait tout interrompu pour se balader avec son aînée.

Et là, pour Bernadette Lafont, c’est le drame !

Les heures passent et Pauline semble ne pas vouloir rentrer à la maison. Incapable d’avaler une bouchée à midi, il enfourche sa moto et part à sa recherche. Hélas, pas la moindre trace de sa sœur à l’horizon. Pouvant compter sur la disponibilité des policiers locaux, la famille de Bernadette Lafont salue la bienveillance des équipes et des villageois. En tout, ce sont plus de«  20 gendarmes, 40 pompiers, un hélico et des dizaines de bénévoles » qui vont s’investir. Le cauchemar s’éternise tout en propageant les plus folles rumeurs. Est-ce une fugue, un suicide ou bien un m*urtre ? Pour en avoir le cœur net, il faudrait déjà retrouver son c*rps !

Une découverte macabre

De son côté, Bernadette Lafont laisse éclater sa colère. Dans les colonnes de Paris-Match, celle qui a toujours le sourire aux lèvres fini par tomber le masque. « J’ai été torturée. On m’a harcelée. Quelqu’un m’a même demandé un jour de jurer que je ne savais pas où était Pauline… Je n’ai de comptes à rendre à personne sur ma peine, ni sur la façon que j’ai de la ressentir et de l’exprimer » ! Trois interminables mois plus tard, un berger met fin aux spéculations. Au cours de balades avec son cheptel, il tombe nez à nez avec un squelette. Reconnue grâce à ses vêtements et ses bijoux, une terrible chute accidentelle devient la cause officielle du drame. Pour tous ses fans et ses proches, l’heure est venue de dire adieu.

De temps en temps, celle qui a obtenu un César pour l’Effrontrée murmure que sa fille est en permanence à ses côtés, dans les bons et pénibles moments. Que c’est triste ! Il y a presque une décennie, un malaise cardiaque la force à tirer sa référence. Au moins, maintenant, on se console en pensant qu’elles sont réunies pour l’éternité.

Merci à nos confrères de Paris-Match