Nikos Aliagas : Cette poignante histoire dévoilée par sa mère qui l’a fait rester à la Star Academy

L’heureux papa d’Agathe et Andréas est très proche de sa famille, c’est l’évidence. Il est en couple avec sa compagne Tina Grigoriou depuis plusieurs années. Ses racines sont très importantes. Ça le ressource et l’aide à avancer. Et ce qu’Objeko va vous prouver aujourd’hui.

Nikos Aliagas : il doit en partie le succès de la Star Academy à sa maman
© Urman Lionel/ABACA

Nikos Aliagas est un homme captivant. Il a beaucoup d’expériences diverses et variées, c’est un touche-à-tout et un artiste de l’image aussi. De plus, tout au long de sa vie, il a eu la chance d’avoir des accélérateurs de carrière au bon moment. Vous pourrez le découvrir dans la vidéo ci-dessous. Dans l’émission de radio Ça fait du bien, animée par Anne Roumanoff, il a bien voulu nous dévoiler un événement marquant et int*me. On a été très attendri. Parfois, le destin nous emmène et parfois, il dépend aussi de notre entourage.

Nikos Aliagas, l’homme aux multiples facettes

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par nikos aliagas (@nikosaliagas)

Nikos Aliagas a plus d’une corde à son arc. En effet, il est polyglotte, journaliste, animateur de radio et de télévision et photographe. On oublie souvent que sa première passion lui vient de son enfance. Tout petit, son père lui a mis entre les mains un appareil Kodak qui permettait de faire des clichés instantanés. D’ailleurs, il a réalisé pas mal d’expositions entre 2012 et 2019. Ainsi, l’homme de 52 ans a eu plusieurs vies. Sans compter son expérience de grand reporter sur Euronews entre 1993 et 1999, et sa chronique qu’il présentait chez Christine Bravo sur France 2. Finalement, c’est TF1 qui viendra le chercher pour animer le premier concours musical de La Star Academy. Une révolution dans l’univers des téléréalités. Le destin de Nikos Aliagas bascule.

Le tremplin de sa carrière

Même si ce n’était déjà plus un débutant, ce fut un sacré virage dans sa carrière. En effet, à partir de 2001, Nikos Aliagas passe donc de l’information au divertissement. Et jusqu’en 2008, il animera ce célèbre télécrochet. C’est grâce à lui qu’il accèdera à la notoriété qu’on lui connait aujourd’hui. Également, il verra naître des stars comme Jenifer, Nolwenn Leroy ou encore Grégory Lemarchal.

Cependant, selon Nikos Aliagas, l’émission n’a pas fait l’unanimité tout de suite. Il explique à Anne Roumanoff : “Je n’avais pas de certitudes quand je suis arrivé à TF1, j’avais déjà dix, quinze ans de métier en tant que journaliste… et quand je suis arrivé ça ne marchait pas au début”. De plus, il a du supporter beaucoup de jugements et cela l’a beaucoup affecté :Aujourd’hui, tu ne pourrais plus attaquer quelqu’un à travers les médias comme j’ai été attaqué à l’époque”, raconte-t-il.

Une mère en or

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par nikos aliagas (@nikosaliagas)

C’était difficile de se confronter aux critiques incessantes. De ce fait, Nikos Aliagas prend la décision de rentrer dans sa famille et de leur expliquer le contexte. Sa mère fait preuve d’une grande sagesse et exprime ce que l’on souhaite toutes pour nos enfants : “Elle s’en foutait que ça marche ou pas. Ce qu’elle voulait, c’est que je sois heureux et que je sois cohérent“, témoigne l’animateur.

Il continue sa narration en reprenant l’accent grec de sa maman : “Donc je rentre, je me dis que je me suis planté, ça arrive, et elle me dit : “Oui, oui bien sûr, bien sûr, dors sur le canapé” puisque j’étais allé dans leur petit HLM du Xème, et au matin elle me réveille vers cinq, six heures et me dit : “Viens prendre un café”, puis elle me dit : “Écoute-moi mon garçon, ton grand-père il a combattu le nazisme et le fascisme, il est rentré à pied du front, il a mis quatre mois. On ne pouvait plus enlever les chaussures tellement le cuir était rentré dans la peau et l’os. Il n’a jamais pleuré, il ne s’est jamais plaint, et toi qui a à manger et un travail magnifique, tu te prends pour qui ?”. 

Voilà qui a le mérite d’être clair ! C’est vrai qu’on oublie trop souvent l’existence de nos anciens. Ce n’est pas utile de comparer sans cesse. Mais, de temps en temps, ça permet de relativiser. Ce n’était pas mieux ou pire, c’était simplement différent. Un autre temps, une autre société, d’autres mentalités. Mais écouter les histoires d’antan ça donne de la motivation et de la persévérance. Et c’est tout à fait ce qu’a fait Nikos Aliagas après cette discussion mère-fils : “Alors tu te lèves, tu finis ce que tu as commencé et arrête de te plaindre, tu n’avais qu’à pas y aller mon pote (…) C’est ça chez moi, il n’y a pas de baratin !”. Il est évident qu’il y a toujours une femme quelque part derrière les grands hommes. On pense souvent à la compagne, mais la mère n’est jamais très loin ! Présente à jamais en cas de besoin !

 


Celine Cossa

A la base, chargée de communication dans l’édition, j’ai donc déjà une expérience dans l’écriture et l’image. De nature très curieuse, je me suis toujours intéressée aux médias, à l’actualité et à la culture au sens large. Ainsi, associer mon amour des mots et mon goût pour les news a été une évidence !