Noël est en danger en France : ces mesures pour éviter le pic de contaminations

Olivier Véran s'est rendu sur le plateau de "France Info" ce 3 décembre au matin. Il donne des informations cruciales sur la 5e vague. Une vague épidémique qui inquiète les Français au sujet de Noël.

© Pausette

Noël confiné, avancé ou annulé ? C’est ce que craignent les Français depuis que le ministre de la Santé intervient régulièrement dans les médias. Car il alerte le public sur la 5e vague épidémique qui frappe la France. Mais ce 3 décembre, sur France Info, Olivier Véran se veut rassurant. Selon lui, « l’heure n’est pas à la panique ». Notamment parce qu’il s’agit de la 5e et pas de la 1e vague.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par franceinfo (@franceinfo)

En effet, il estime que les Français sont maintenant habitués à ce que la vague de l’épidémie grimpe de façon inquiétante jusqu’à atteindre son pic de contaminations. Une fois ce pic atteint, elle décroche et ralentit. Selon lui, tout ce qui importe c’est de savoir quand et dans quelles conditions ce pic sera atteint. Mais concernant Noël, le ministre de la Santé ne peut pas garantir que des mesures ne seront pas prises prochainement. En effet, le conseil de défense est appelé à se réunir ce lundi. Et Oliver Véran précise : « S’il y a des mesures, ce sera au conseil de défense de le dire. » Objeko vous propose donc de faire le point sur l’intervention du ministre et d’y voir plus clair pour les vacances de Noël.

Noël en danger ? Olivier Véran parle de la 5e vague sur France Info

Les Français sont inquiets pour Noël car c’est à cette date que le pic de contaminations pourrait être atteint. D’après Olivier Véran, toujours sur le plateau de France Info, il serait plus bas si il arrivait à la fin du mois de décembre. Mais il se pourrait aussi qu’il arrive au mois de janvier et qu’il soit donc plus haut. Une situation sanitaire loin d’être idéale pour envisager les fêtes de Noël en famille, Objeko vous l’accorde. D’autant qu’un nouveau variant se rajoute à cette équation. En effet, c’est contre le variant Delta que la France lutte pour cette 5e vague. Cependant, le variant Omicron est arrivé sur le territoire et il se propage rapidement. Or, pour le moment, impossible de dire comment réagit ce variant au vaccin par exemple.

Ce sont 9 cas de variant Omicron qui ont été repéré au matin du 3 décembre. Alors qu’ils étaient 2 seulement la veille. Tout porte donc à croire que ce variant circule plus largement que l’on pourrait le penser, sur le territoire français. Le monde entier analyse ce nouveau variant et tous les Etats auront rapidement des données qui leur permettront d’adapter leurs stratégies.

Le pic de contaminations approche, il pourrait rimer avec confinement

Ce qui inquiète aussi les Français pour les fêtes de Noël c’est l’augmentation de personnes admises en réanimation. Car, si les hôpitaux ne peuvent plus gérer l’affluence des malades, c’est un nouveau confinement qui se profile.

Mais Olivier Véran ne souhaite pas encore tirer de sonnette d’alarme. En effet, si il alerte les Français en leur donnant toutes les informations nécessaires, il n’y a pas encore de mesures radicales pour casser la 5e vague. Néanmoins, Objeko vous le disait plus haut, le conseil de défense se concerte ce lundi 6 décembre. Et des mesures pourraient donc apparaître, pour Noël ou en général.

Noël et les fêtes de famille sont dans tous les esprits

Les journalistes de France Info se demandaient notamment si les vacances de Noël pourraient être avancées afin de freiner la circulation du virus dans les écoles. Mais pour le moment, le gouvernement n’a encore rien décidé de tel. Nos lecteurs l’auront compris, pour savoir si Noël sera épargné par la pandémie, il faudra sans doute attendre le 6 décembre prochain. Car, seules les conclusions du conseil de défense pourront nous éclairer sur ce point.

Il ne reste plus qu’à espérer que le gouvernement reste maître de la situation sanitaire. Mais surtout, que Noël ne fasse pas les frais de cette 5e vague. Car, le pic de contaminations de la 3e vague est équivalent à ce que nous vivons aujourd’hui. Le pic de cette nouvelle vague pourrait donc prendre des proportions dramatiques si les mesures du gouvernement s’avéraient insuffisantes.