Pascal Obispo : ce célèbre ténor qu’il avait choisi avant Daniel Levi dans Les Dix Commandements

Il y a plus de vingt ans, une comédie musicale pulvérisait des records. Vente de disques, place de spectacles, on a jamais vu ça en France ! Face à ce succès, Objeko vous dévoile les coulisses du casting. Accrochez-vous, face à l'attitude de Pascal Obispo, nous rentrons dans une zone de turbulences.

© ABACA

Plus qu’un spectacle, Les Dix commandements est une expérience unique. Or, Pascal Obispo a failli faire LA bêtise de sa carrière !

Pascal Obispo n’oubliera jamais !

Quand on aborde Les Dix commandements, on a l’impression d’être en dehors du temps. En effet, en France, jamais un récital musical n’aura autant suscité l’adhésion du public. Et pour cause, Elie Chouraqui et Pascal Obispo ont redoublé d’efforts pour fournir des chansons de qualité. À l’instar de Starmania dans les années 70, après l’écriture, tout reposait sur les épaules des comédiens. Dès lors, on s’imagine être une petite souris afin de découvrir toutes les étapes. Recrutement de ces pépites, répétitions, essayages des costumes…autant de moments qui valent de l’or ! Hélas, en coulisses, un fâcheux événement aurait pu gâcher cette aventure hors du commun. Objeko vous raconte tous les détails de cette sombre affaire.

Le plus beau souvenir de Pascal Obispo, c’est…

Sans conteste, celui qui nous a fait rêvé, voyagé, vibré, pleuré, c’est Daniel Levi. Sa signature vocale hors du commun est inscrite à jamais dans l’esprit des admirateurs. Celles et ceux qui ont la chance de l’applaudir sur scène ont conscience de son talent. Chaque minute en sa compagnie est magique. On dirait presque qu’à lui seul, il sait réparer et apaiser les âmes. Du reste, le fait que le thème du spectacle retrace l’histoire de Moïse ne laisse personne indifférent. Avant lui, uniquement Charlton Heston avait réussi le défi de nous expliquer cette partie de la Bible sans nous braquer. Sauf que voilà, sorti il y a plus d’un demi-siècle, le chef d’œuvre de Cecil B. DeMille a pris un sacré coup de vieux. Il était temps que Pascal Obispo mette son grain de sel et édulcore tout ça !

De son côté, Daniel Levi tient à garder les pieds sur terre. À peine la première représentation est terminée, qu’il prend conscience qu’il y aura un avant et un après. Avec le recul, il estime que « le succès [l’avait] un peu dépassé… » Tel qu’un Patrick Bruel dans les années 90, le chanteur n’avait plus une minute de libre sans risquer de tomber nez à nez avec des fans. « Je ne pouvais plus aller boire un café tranquillement sans qu’on me reconnaisse ! » Amusé et avec humilité, il déclare. « Pour un contemplatif comme moi, ce n’est pas si simple« . Devenu une légende autant que le personnage confié par Pascal Obispo, il a au moins le mérite d’avoir laissé son empreinte au fer rouge. C’est déjà ça !

Incroyable, mais vrai !

À chaque fois que l’on assiste à un mariage, les tourtereaux ouvrent systématiquement le bal avec le tube de Les Dix commandements. Pour preuve, c’est même l’hymne de notre cher Cupidon. Or, lors de l’écriture de ce texte rose bonbon, Pascal Obispo pense à quelqu’un d’autre pour enfiler le costume de Moïse. Et non, Daniel Levi n’est pas son premier choix ! Ça aurait été vraiment trop simple si tout s’était déroulé comme prévu !

Roberto Alagna, ça vous dit quelque chose. Au premier abord, il semble avoir plus de coffre que Daniel Lévi. Et pour cause, dans le monde de l’opéra, c’est le mentor que tous les débutants rêvent d’avoir. Sur sa page Instagram, il est en train de faire la promotion d’Al Capone. De fait, une rumeur de taille commence à circuler.  Est-ce la première fois qu’on lui présente un projet aussi…pharaonique ?

Pour ou contre ?

Dans un sourire pour nos confrères du journal Le Parisien, il avoue qu’il a eu l’occasion, mais qu’il a toujours décliné. C’est le moment ou jamais de donner SA vérité sur cette histoire. « Pascal Obispo m’avait proposé d’être Moïse dans les Dix Commandements, on avait travaillé quelques morceaux, mais mon planning ne me permettait pas de bloquer un an et demi« . Ah oui…quand même ! Qui sait, les choses auraient pu être différentes. Allez, sans rancune et pas de regrets. On avance ! Objeko sera bien entendu aux premières loges pour l’applaudir aux Folies-Bergères.

Merci à nos confrères du journal Le Parisien