Patrick Hernandez : voici le montant de sa fortune obtenu grâce à son tube Born to be alive

Quelques notes suffisent à résumer la carrière de Patrick Hernandez. Grâce à lui, au cours d'un mariage ou fête de famille, même les timides se sentent pousser ailes en direction de la piste de danse. C'est parti, on vous dit tout !

© Eric Fougere / Corbis Entertainment / Getty Images

Plus qu’un nom, Patrick Hernandez, c’est surtout une chanson ! Si vous avez toujours voulu connaitre l’origine de ce type, suivez le guide !

Patrick Hernandez, plus cash que jamais !

Quatre décennies que Born to be alive nous fait vibrer. Qu’on soit ou non doué pour la danse, le refrain entêtant du tube de Patrick Hernandez est une légende. Loin de s’en cacher, il accepte l’invitation de Matthieu Delormeau. Face aux chroniqueurs effarés de TPMP People, il raconte les coulisses de sa création. Contrairement à ses confrères, pandémie ou pas, chez lui, hormis la maladie, il n’y a presque pas de moindre nuage à l’horizon ! Allez, c’est parti, accrochez-vous sous peine de tomber à la renverse !

À jamais gravé dans l’esprit des mélomanes

Pas un jour ne se passe sans qu’on l’interroge sur Born to be alive. Toujours est-il que les jaloux murmurent qu’il aurait griffonné les paroles sur un bout de papier. Quant à cette canne pour sa chorégraphie, elle est également responsable de son incroyable succès. Or, en France, on a tendance à jeter la pierre à ceux qui gagnent de l’argent et non pas à les applaudir. C’est pathétique ! Soucieux de laver son honneur, Patrick Hernandez met régulièrement les points sur les I avec ses détracteurs. Sur le plateau de C8, il persiste et signe. Droit dans ses bottes, Patrick Hernandez accepte les reproches sauf quand on dit de lui qu’il est hypocrite.

« Papa à 100% » et fier de l’être !

Il endosse toutes les casquettes sans vaciller. Quel est son secret ? D’ailleurs, vous savez vous, cher ami d’Objeko, combien ça gagne un « chanteur, auteur, compositeur et éditeur » ? Avec une pointe d’ironie, Patrick Hernandez fait ses calculs. « Au moins 1 500 euros par jour… avant le passage aux impôts ». Y compris sur dans les story des réseaux sociaux jusqu’à la musique diffusée dans les ascenseurs ou dans les magasins, le moins que l’on puisse dire, c’est que sa petite entreprise ne connaît pas la crise ! « [Dès] vous entendez [son] titre« , l’argent coule à flots ! À l’heure actuelle, rien ne semble pouvoir l’arrêter ! Chez Objeko, on ne peut saluer sa ténacité ! Dans ce monde de requins, se démarquer sans dégringoler relève de l’exploit. Pourvu que ça dure !