Pebble : face à l’arrêt des services, les fans prennent la relève

C’est bientôt la fin pour les montres connectées Pebble. Les fans ne laissent cependant  tomber l’éponge, plusieurs projets voulant garder les smartwatches opérationnelles.

La fin d’une ère

Il y a plusieurs années, Pebble lançait ses montres connectées du même nom. Précurseur dans ce marché, la jeune société avait trouvé la formule presque parfaite : une autonomie monstrueuse, un magasin d’applications bien rempli et des fonctionnalités fort pratiques au quotidien. Le succès a été immédiat, la communauté adhérant immédiatement à ces montres connectées bien plus efficaces que leurs concurrentes de l’époque.

Pebble montres connectées

Malgré tout, la firme aura subit de nombreux déboires amenant fin 2016 à son rachat par Fitbit, une société américaine bien connue pour ses bracelets connectés pour les sportifs. Si Fitbit aurait pu couper purement et simplement les serveurs de Pebble, il en a été autrement. Une année de grâce à été octroyée aux montres qui ont ainsi pu continuer à fonctionner à 100%.

Début 2018, les serveurs sont toujours actifs, mais la date fatidique est tombée : le 30 juin, Fitbit débranchera définitivement les Pebble. Les utilisateurs ne pourront ainsi plus utiliser les services vocaux pour répondre aux SMS, ni accéder au magasin d’applications. Les fonctions basiques comme la réception de notifications ou la synchronisation avec le calendrier fonctionneront toujours, ces services ne dépendant que des smartphones et pas d’un service Cloud.

Rebble et Gadgetbridge : les fans à la rescousse

Depuis l’annonce du rachat de Pebble par Fitbit, les fans sont déjà sur la brèche. Le plus gros projet en cours est Rebble. Il vise à recréer un OS complet compatible avec les montres de la défunte marque. RebbleOS de son nom est actuellement en phase alpha et donc pas utilisable au quotidien. Malgré tout, les progrès sont là avec notamment une connexion Bluetooth opérationnelle, ce qui est un énorme morceau.

S’il reste beaucoup à faire – avec l’autonomie par exemple, limitée pour le moment à 6h seulement – le principal est là. RebbleOS peut même faire fonctionner quelques applications natives du système original. Les porteurs du projet doivent cependant encore recréer un magasin d’applications et attirer les développeurs pour qu’ils y transfèrent leurs créations. Un travail de titan qui prendra encore longtemps avant d’être viable…

Pour les plus impatients, il existe aussi Gadgetbridge. C’est une application capable de fonctionner avec les Pebble et qui ne s’appuie pas sur les services Cloud. Elle permettra ainsi de prendre la relève une fois les serveurs officiels totalement coupés.

La fin des Pebble est proche et aucune montre connectée actuelle ne propose de fonctionnalités similaires. Il reste donc à espérer que Rebble et Gadgetbridge réussissent à fédérer les fans. Pensez-vous que les Pebble pourront renaître de leurs cendres ? Ou faut-il tourner la page définitivement ? Je vous laisse en débattre dans les commentaires.

2 Comments
  1. Reply
    brazomyna février 1, 2018 at 00:26

    a force de déboires similaires, j’ai bon espoir que le grand public finisse enfin par avoir un regard critique sur le risque que fait courir les solutions ‘cloud’.

    Leur pérénité dans le temps dépend totalement du bon vouloir du fournisseur. Fournisseur qui lui a tout intérêt à arrêter le service dès qu’il ne fait plus recette autant qu’avant. Ces solutions sont donc des solutions ‘kleenex by design’.

    • Reply
      Johan février 1, 2018 at 17:11

      Bonjour,

      Tout à fait d’accord avec vous. Il n’y a qu’à regarder le smartphone Robin axé sur le Cloud : après deux ans de service et le rachat de Nextbit par Razer, le service Cloud a été brusquement arrêté. Le smartphone perd ainsi son principal atout… Tout comme Pebble et tant d’autres qui finiront de vivre du jour au lendemain.

      Cordialement,
      Johan

    Leave a reply