Pouvoir d’achat : ces produits alimentaires dont le prix ne cesse de flamber…

A quelques jours du premier tour de l'élection présidentelle, cette enquête sur le pouvoir d’achat démolit les pronostics des candidats. En effet, personne n'aurait pu prévoir qu'il y aurait une telle flambée des prix ! Objeko fait le point et vous explique le pourquoi du comment !

© Mehrad Vosoughi / Unsplash

Après 5 vagues de Covid, on pensait reprendre une vie normale. Hélas, le pouvoir d’achat fait des siennes et démolit le moral des Français.

Quand le pouvoir d’achat brise les espoirs…

Ces deux ans de pandémie ont été compliqués à gérer. En effet, coupés du monde et de ses proches, on a dû apprendre à communiquer autrement. Par exemple, le télétravail se développe et on doit s’organiser à la maison. En coulisses, le rendez-vous avec les collègues à la machine à café manque. Quant aux entretiens d’embauche, ils se déroulent par visioconférence. En pleine sixième vague, personne ne sait comment va se passer l’été 2022. Après avoir affronté ces changements de repères, on pensait avoir un peu de répit. Hélas, on constate que le coût de la vie augmente.

Autrement dit, le pouvoir d’achat est un thème majeur pour les candidats à la succession d’Emmanuel Macron. Pour bien expliquer les choses au consommateur, les journaux télévisés abordent régulièrement le problème à l’antenne. Comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo ci-dessus, France 2 prend les devants et organise une soirée spéciale. Mais est-ce que cela va suffire à apaiser le moral ?

 

Ces deux exemples font mal aux défenseurs du pouvoir d’achat

Dans un précédent article, l’équipe d’Objeko abordait la rupture de stock de café chez Intermarché. Face aux rayons vides, les habitués font grise mine. Quand ils en trouvent, ils constatent que le prix a bondi à hauteur de 3%. Plus qu’une simple mésentente avec les fournisseurs, des soucis d’approvisionnement au Brésil font craindre que la situation risque de s’éterniser. Autrement dit, ce n’est pas demain qu’on aura sa boisson chaude à disposition. En attendant que des mesures soient prises pour retrouver notre pouvoir d’achat, on va devoir réfléchir à une autre solution, et plus rentable de préférence.

Pendant le confinement, Patrick Bruel annonce une grande nouvelle à ses fans. En plus de donner la réplique aux monstres sacrés du cinéma ou de faire des tournées dans toute la France, il va produire sa propre huile d’olive. Utilisée par des chefs étoilés, elle se décline également en cosmétique. Hélas, là encore, à cause de ce souci de pouvoir d’achat, on doit rajouter 2% au prix initial. Aïe… ça pique !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Valentine DT (@valentinedestusa)

Même avant la crise sanitaire, les associations de défense des animaux ne cessent que de dénoncer des élevages insalubres de poules. En plus d’être enfermées, on les nourrit mal. Résultat des courses, le tarif d’une boite d’œuf pulvérise des records. Vu qu’il n’y a jamais de fumée sans feu, on sait que bien que le pouvoir d’achat est responsable.

Même les produits premier prix flambent !

Depuis un mois, Vladmir Poutine sème la terreur en Ukraine. Résultat des courses, la communauté européenne décide de lui infliger des actions. Pour l’heure, cela n’a aucun impact sur le président russe. Par contre, sur notre pouvoir d’achat, les conséquences se font déjà sentir. Et si ce n’était que le début d’une énième crise économique ?

Après avoir constaté cette augmentation de prix, les consommateurs se ruent vers les marques distributeurs. Contre toute attente, les étiquettes déjouent les pronostics les plus pessisimtes. Capable de nourrir une famille pendant plusieurs jours, un banal paquet de spaghettis est un peu plus de 40% plus cher. Pour faire un gâteau, ne comptez pas sur le sucre ou la farine, c’est la même chose. Enfin, pour rester en bonne santé, on doit impérativement manger des légumes. Pour se dépanner, on peut toujours utiliser les boites de conserve. Hélas, le tarif de base prend 8% ! Dans son dernier numéro, 60 millions de consommations déplorent que sur les 31 « produits de première nécessité » sélectionnés, seulement 2 échappent à la série noire. Oups…