Pouvoir d’achat : voici les changements prévus pour le versement de la prime Macron

Pour redonner le moral aux Français, l'exécutif serait prêt à beaucoup de sacrifices, y compris celui de reconsidérer la prime Macron. Objeko a enquêté et vous livre ses conclusions. Accrochez-vous, nous rentrons dans une zone de turbulences !

© Crédit photo : Émilie Drouinaud/Sud Ouest

Le pouvoir d’achat s’éloigne. Donc, la prime Macron refait son apparition avec de nouvelles conditions d’obtention. On fait le point !

Le pouvoir d’achat comme vous ne l’avez jamais lu !

Juste avant le démarrage de la pandémie, le mouvement des Gilets jaunes paralyse l’hexagone. Tous les samedi, les contestataires d’Emmanuel Macron n’hésitent pas à critiquer sa politique et ses mesures destinées au pouvoir d’achat. C’est l’évidence, ils ne supportent plus la manière dont est géré le pays. Par exemple, pour la reforme des retraites, tout est remis en cause. La suite, Objeko la connaît sur le bout des doigts. Au printemps 2020, le confinement et les multiples variants font basculer le peu qu’il nous restait d’équilibre.

Malgré les efforts de l’exécutif, il peine à convaincre. Contre toute attente, alors qu’il n’a pas tout fait obtenu la majorité aux élections législatives, il tente de respecter ses promesses de campagne. Aussi, la mise à jour de la prime Macron – destinée à redorer le pouvoir d’achat -défraie la chronique. A première vue, faire du neuf avec du vieux, ce n’est malheureusement pas bien vu. Par le passé, d’autres gouvernements ont essayé et y ont laissé des plumes. Elisabeth Borne arrivera-t-elle à réconcilier les Français entre eux et surtout avec son équipe ? On va tout vous expliquer dans les moindres détails. C’est parti, suivez le guide !

Le Conseil d’Etat, seul contre tous ?

Cher lecteur d’Objeko, comme vous avez pu le voir dans la vidéo ci-dessus, la prime Macron se situait aux alentours des 1 000 euros. Cette fois, on nous annonce qu’en fonction de l’entreprise, le montant va atteindre des sommets. Si jamais la politique de votre employeur consiste à pratiquer l’intéressement, vous avez tout à y gagner. En effet, cette enveloppe qui s’étend de 3 000 à 6 000 euros fait rêver ! Par contre, une question reste en suspens. Alors que nous avons des difficultés à gérer notre pouvoir d’achat, va-t-on devoir la déclarer à nos amis des impôts ? Quant aux entreprises, vont-elles devoir rendre des comptes en payant des charges ?

Comme toujours, c’est le Conseil d’Etat qui va trancher. Plus que jamais, ses membres ont conscience qu’ils ont une responsabilité. En enfilant ce costume d’arbitre, ils risquent forcément de se mettre à dos une partie de la population. Qu’on soit chef d’entreprise ou bien simple salarié, on croise les doigts pour que le verdict soit à la hauteur des espérances. De fait, entre l’augmentation massive et la pénurie de certains produits, le pouvoir d’achat devrait s’appeler Dés*ré ! Fort heureusement, les sages ont décidé de couper la poire en deux !

Concrètement, qu’est-ce qui change pour notre pouvoir d’achat ?

Dans un premier temps, ils précisent que cette mesure s’adresse à tout le monde, y compris les cadres qui n’ont pas de problème de pouvoir d’achat. Le seul impératif est que le salaire est ne doit pas excéder 3 SMIC. Elle va devenir pérenne. Par contre, Objeko hallucine en apprenant qu’il y aura des taxes déduites sur ces 3 000 euros minium. CSG, CRDS, ça vous parle ? En ce qui concerne le responsable du personnel, il va devoir s’organiser pour reverser au moins 20% à l’Etat.

Ensuite, si vous dépassez le quota cité un peu plus haut,  il n’y aura pas de mauvaises surprises mis à part une date butoir. Située juste avant le passage à 2024, le moins que l’on puisse dire, c’est que la seconde prime Macron fait déjà jaser une partie des syndicats. Si vous vous voulez creuser le sujet nous vous invitons à vous abonner au compte Twitter du conseil d’Etat et des différents ministères. Mis à jour régulièrement, à tord ou à raison, ils font le récapitulatif des mesures en cours. Les paris sont ouverts. Quand est-ce le pouvoir d’achat va revenir ? Le mystère reste entier ! Suite dans le prochain numéro d’Objeko !