PPDA accusé de viol : Benjamin Castaldi (TPMP) choqué par les propos d’un proche, « C’est hallucinant »

Presque un an après son lancement, l’affaire PPDA continue de susciter la polémique. Cette fois, cela concerne sa présence dans le jury d’un prix littéraire. À tort ou à raison, Benjamin Castaldi perd son sang-froid. On fait le point sur ce rebondissement incroyable !

PPDA quand Benjamin Castaldi atomise un proche du journaliste !
© C8

De plus en plus de voix s’élèvent contre PPDA. Du reste, invité à TPMP, son ami de toujours va se faire atomiser par Benjamin Castaldi.

Énième buzz dans l’affaire PPDA !

Depuis février, le tonnerre gronde ! Lorsque Florence Porcel avoue qu’elle s’est inspirée de PPDA pour écrire son livre Pandorini, c’est un tsunami. Très vite, l’ancien journaliste de TF1 prend les devants et essaie de se justifier sur le plateau de Yann Barthès. Quelques mois après une énorme enquête, à la surprise générale, la justice décide de classer l’affaire. Or, à la rentrée, Libération offre une tribune à huit victimes. Pour la première et sans doute la seule fois, elles ont toutes accepté de montrer leur visage. C’est un coup dur pour les avocats de l’ex-présentateur du journal de 20 heures. Eux qui avaient toujours balayé les accusations d’un revers de la main en prétextant que les fautrices de trouble n’avaient pas le courage de l’affronter en face. C’est la double peine !

Après avoir disparu du PAF, cela ne suffit pas à ses détracteurs. L’homme est maintenant devenu une persona no grata dans tous les événements mondains parisiens. C’est notamment le cas pour le Prix du temps retrouvé où il était juré. Comme l’atteste le communiqué ci-dessus déniché par l’équipe d’Objeko, certains ne voulaient plus avoir affaire à lui. De fait, Patrick Modiano a été le premier à claquer la porte. D’autres ont également décidé de prendre le large. QUID du parrain de ce trophée littéraire ? Il a accepté de répondre aux questions des chroniqueurs survoltés de TPMP.

Benjamin Castaldi outré !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Benjamin Castaldi (@b_castaldi)

Daniel Lagolnitzer ne savait qu’en venant sur le plateau de Cyril Hanouna, il allait en prendre pour son grade. En effet, Benjamin Castaldi ne tient pas longtemps sans s’exprimer. Le visage fermé, totalement déchainé contre l’homme de lettres, il ne comprend pas sa réaction. Comment se fait-il qu’il n’est pas pris les devants en évinçant PPDA ? Cela aurait évité ce nouveau tsunami dans le monde de la culture. « Vous dites que s’il ne s’était pas retiré de lui-même, vous ne lui aurez pas demandé de partir. Ce que vous dites est hallucinant »

D’ailleurs, Benjamin Castaldi en profite pour s’associer aux victimes de PPDA. Plus que jamais, il estime que cette libération de la parole doit être prise au sérieux. Par conséquent, il ne tolère pas que des érudits se permettent d’outrepasser les révélations en accordant toujours leur confiance à des personnalités trouble. C’est l’évidence, tout ceci le dépasse ! « Je vais vous dire franchement, ce que j’écoute depuis tout à l’heure m’a, je suis, je pense comme beaucoup de gens, halluciné. Je n’arrive pas à comprendre par rapport à tous les mouvements qui ont été lancés par les femmes, je trouve que ce que vous dites est vraiment épouvantable« .

Le départ de PPDA pose question

Ce n’est pas le seul à ne pas comprendre le double jeu de Daniel Lagolnitzer. Sur le plateau, ils sont au moins trois à atomiser l’ami de PPDA. Il s’agit de Jean-Michel Maire, Géraldine Maillet et Gilles Verdez. Ah s’il avait su, il ne serait pas venu ! L’ambiance est vraiment électrique à C8. Il bafouille, s’emmêle les pinceaux et semble totalement perdu. Qui va avoir le dernier mot ?

Incapable de répondre à la fameuse question, le parrain du ce jury tente de s’accrocher à la moindre bouée de secours. Et vous cher lecteur d’Objeko, qu’en pensez-vous ? Aurait-il mieux fait de prendre parti en soufflant à PPDA de revenir quand la situation se sera apaisée ? Quant aux nominés, ils devront essayer de faire avec. Ce mélange des genres n’est pas du tout évident. En attendant, nous restons à l’affût de tous les nouveaux rebondissements de cette seconde enquête. Il faut dire qu’entre cette dernière et l’affaire Nicolas Hulot, l’actualité est chargée. Tout comme le pass sanitaire, on a tout intérêt à avoir un avis sur la question. En pleine cinquième vague de la Covid-19, on ne parle plus que ça dans les repas de famille ! Nous vous donnons rendez-vous au prochain numéro d’Objeko et bien entendu à bientôt pour de nouvelles aventures.


Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.