PPDA accusé de viols: Une écrivaine balance tout sur sa relation avec l’ancien présentateur! (oh la la !)

Une écrivaine avec laquelle Patrick Poivre d'Arvor a été très proche, notamment dans son combat contre l'anoxérie, prend aujourd'hui la parole. Elle revient sur sa relation avec l'ancien journaliste et les accusations dont il est aujourd'hui l'objet.

© Xavier Lahache

Alors que les accusations de viols concernant Patrick Poivre d’Arvor continuent de faire la une de l’actualité, une écrivaine parle du journaliste qu’elle a longuement côtoyé. Il s’agit donc d’un nouveau témoignage qui à coup sûr va une fois de plus intéresser un grand nombre de personnes. En effet, depuis que cette affaire est sortie dans la presse, les réactions ont été très nombreuses. Bien qu’en définitive, très peu osent réellement positionner de manière catégorique. Alors que révèle cette jeune femme ? Objeko revient sur ses déclarations.

Affaire Patrick Poivre d’Arvor : un nouveau témoignage de femme

Les suites du dossier

Il y a maintenant quelques semaines que l’affaire est sortie. Pour rappel Patrick Poivre d’Arvor est accusée par Florence Pourcel, une écrivaine de 37 ans, d’avoir abusé d’elle plusieurs fois entre 2004 et 2009. Apparemment, PPDA et la femme de lettres se connaissaient très bien. Néanmoins, l’ancien présentateur de TF1 aurait abusé d’elle à au moins deux reprises. À ce jour, l’ancienne star du journal télévisé nie avec énergie toutes ces accusations. Il explique ainsi n’avoir jamais eu le moindre comportement déplacé avec une femme. Selon lui, toutes ces relations ont toujours été consenties et se sont toujours réalisées dans le plus grand respect.

Pourtant, certains témoins de la vie du journaliste n’hésitent pas à parler de lui comme un prédateur. Ou du moins comme un homme qui est capable de se montrer très pressant avec la gent féminine. De là, à parler d’un vi*leur, l’écart est évidemment très grand. Cependant, Florence Porcel a néanmoins bien déposé plainte contre Patrick Poivre d’Arvor. Depuis la sortie de ces supposés faits dans la presse, les réactions en faveur de PPDA sont en réalité peu nombreuses. À l’exception de Claire Chazal, l’ancienne compagne de PPDA et de Jean-Pierre Pernaut, rares sont ceux en tout cas qui osent parler face à la presse.

Des avis mitigés

Patrick Poivre d’Arvor, est-il coupable ? À ce jour, il est important de rappeler que la présomption d’innocence doit toujours prévaloir en pareille circonstance. Pourtant, n’oublions pas que la parole de la victime doit également être entendu de manière systématique. Bien évidemment, un procès ne doit ainsi pas avoir lieu dans la presse. Et seul un tribunal semble être le lieu adéquat pour prouver la culpabilité ou l’innocence d’un accusé. Mais bien évidemment, l’affaire fait grand bruit. Premièrement, parce que Patrick Poivre d’Arvor est un personnage d’envergure dans les médias. Mais également parce que les affaires de vi*ls se multiplient de manière exponentielle ces derniers temps.

Dès lors, le sujet concernant PPDA est éminemment commenté aussi bien dans la presse que sur les réseaux sociaux. Chaque nouveau témoignage, chaque prise de parole est donc suivie avec la plus grande attention. Cette déclaration de l’écrivaine Sabrina Missègue était sûre donc sur de recueillir une grande audience. D’ailleurs, cela semble bien être le cas. Alors que révèle exactement l’auteure du livre Le goût de vivre, l’anorexie n’est pas un combat sans faim. Objeko revient sur ses paroles.

PPDA: Une déclaration à charge ou à décharge ?

Sur le plateau de Talk, une émission de Non Stop People, Sabrina Missègue parle de Patrick Poivre d’Arvor. En effet, cette femme connaît très bien l’ancien présentateur du journal télévisé de TF1. Tous deux sont très investis dans la cause contre l’anorexie. Une maladie contre laquelle l’écrivaine a dû se battre. Et que PPDA connaît bien puisqu’elle a causé la mort de sa fille Solenn il y a quelques années. Dès lors, Sabrina Missègue a eu régulièrement l’occasion de rencontrer PPDA. Et quand elle apprend les accusations, elle reste dans un premier temps totalement stupéfaite.

 » Je suis tombée de très très haut et pendant les 48 heures qui ont suivi l’annonce « . Il lui aura ainsi fallu d’ailleurs un peu de temps avant de pouvoir retrouver ses esprits.  » J’ai perdu un peu tout mon monde et il a fallu que je prenne du recul. Forcément, je ne vais jamais défendre un homme qui abuse, que ce soit lui ou un autre, mais moi, j’ai 17 ans d’histoire et c’est grâce à cet homme que je suis la femme que je suis aujourd’hui « . Alors que veut-elle dire exactement ?  » Ce que je m’efforce à faire, c’est de respecter la parole d’une plaignante, mais aussi d’être loyale et de respecter les conversations que j’ai avec Patrick. Et puis, je ne peux pas me prononcer, mais sur ce que je peux me prononcer, c’est mon histoire. Je me suis dit ‘moi, je peux défendre mon histoire’. C’est la seule que je connaisse vraiment « . Comme toujours, chacun se fera sa propre opinion.