PPDA : Florence Porcel dévoile ce qu’elle a vraiment très mal vécu dans son dépôt de plainte…

l’affaire PPDA apporte chaque jour apporte son nouveau lot de révélations. Après les nombreuses plaintes dévoilées en partie dans la presse, nos confrères de ELLE ont interrogé l’instigatrice de tout ce remue-ménage : Florence Porcel. Comment va-t-elle ? On vous dit tout !

ppda
Source : LD / Adeline Daboval

Depuis un mois, la presse ne parle plus que de PPDA. Florence Porcel brise le silence comme jamais ce qui s’est passé ces jours où…

PPDA : son accusatrice parle enfin !

Un témoignage édifiant

Grâce à notre consœur Dorothée Werner de Elle, nous avons eu accès aux ressentis de Florence Porcel. Objeko imagine bien à quel point la journaliste doit être à fleur de peau depuis ce fameux jour. Bien entendu, elle n’avait rien prémédité à l’avance. Certes, écrire ce livre a été une libération pour elle. Mais qu’on se le dise, elle fût la première surprise d’avoir le courage d’aller déposer plainte contre PPDA. À la base, elle voulait garder ce secret en elle. Du reste, vu l’image véhiculée par certains médias ou sur les réseaux sociaux, elle estime qu’il est temps…d’agir, de parler et de donner sa version des faits. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’elle nous précise “Cette histoire est trop lourde pour moi, elle me bouffe. Cet homme m’a volé ma vie sentimentale, amoureuse, s*xu*lle. Je n’ai jamais pu me reconstruire.” 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Grenade (@lagrenade.lelabel)

Le déclic, elle aura eu le mérite de le donner donné à d’autres femmes encore trop longtemps restées tétanisées par le présentateur du journal télévisé de TF1. Aussi étrange que cela puisse paraître, l’accusatrice de PPDA s’estime “horrifiée mais pas surprise” de l’accumulation des dossiers. Vu qu’elle a suivi une psychothérapie pendant des années, elle en sait un rayon sur le comportement de ce type d’homme. “J’avais déjà entendu beaucoup de choses, et j’ai compris depuis longtemps que c’était un prédateur s*x**l” Malgré tout, elle mettra des années avant de franchir le pas du commissariat de police. Or, tout va basculer quand elle va réaliser qu’il n’y a pas prescription pour le second événement. C’est le moment de se lancer et de jeter dans l’arène. Quoiqu’il en coûte.

Ce moment où tout a basculé

Une fois sur place, elle réalise que rien n’est comme elle se l’était imaginée. Vu que la première épisode avec PDDA remonte au début des années 2000, elle doit faire encore un effort pour donner des détails. Cette fois, plus question de se dissimuler derrière le personnage de son roman Pandorini. Elle résume les faits de la manière suivante “Cette procédure, je ne la souhaite à personneVous devez tout raconter dans les moindres détails, à la seconde près. Non seulement à vos avocats, mais aussi à des enquêteurs.” 

On imagine combien son désarroi était immense quand elle a dû affronter ses démons. Lorsqu’elle commence sa carrière auprès de PPDA, c’est un petit oiseau blessé. À peine remise de plusieurs opérations lourdes, dont une tumeur au cerveau, elle garde encore des séquelles oculaires de ce drame sanitaire. Selon Florence Porcel, il saura tirer des avantages de ses faiblesses et complexes au moment opportun. Comme toujours, la technique de l’homme semble si bien rôdée…qu’on dirait un film policier !

Une procédure éprouvante

Une fois que sa plainte est sur le papier, elle se sent soulagée. Mais devoir livrer autant de confidences à des inconnus, ça la glace. Pire, ça la tétanise. Elle se justifie de la manière suivante “Cela touche à des choses extrêmement *nt*m*es, souvent très humiliantes. Vous faites une croix sur votre dignité, sur votre pudeur… C’est compliqué” Aujourd’hui, la seule chose qui pourrait lui redonner le sourire, c’est que PPDA soit jugé pour ce qu’il a commis. Au nom de toutes ces femmes qui lui ont écrit. Et aussi pour celles qui ont parlé dans la presse à visage découvert. Pour que plus jamais une telle chose n’arrive.

D’ailleurs, lorsqu’elle visualise ce procès PPDA, elle se doute bien qu’il mettra des mois voir des années avant de se tenir. Mais cette fois, elle espère bien que tout l’entourage du présentateur soit aussi amené à briser le silence sur ses méthodes d’appât envers la gent féminine. De sa rencontre avec les policiers, elle ne retiendra qu’une chose. Personne ne l’a jugé ni même mis face à ses contractions. “J’ai eu beaucoup de chance : j’ai été très bien reçue, très écoutée. Rien que cela, c’est un soulagement. “

Objeko se souvient que la stratégie de défense de PPDA dans Quotidien ou dans TPMP était totalement différente. Même si pour l’heure l’homme est présumé innocent, Florence Porcel se dit droite dans ses bottes. D’ailleurs, elle qui sera quadragénaire dans trois ans, elle souhaite débuter une nouvelle vie. Loin des angoisses et des insomnies, mais plutôt vers une réconciliation avec son image brisée dans le miroir. Elle espère arriver à recoller les morceaux un par un. L’objectif est d’enfin vivre pour elle et non plus dans l’ombre de son bourreau.


Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.