Primaire et collège : la mauvaise nouvelle que les parents redoutaient

Bientôt les grandes vacances pour les élèves et donc une partie de leurs parents. Mais tous les Français ne seront pas logés à la même enseigne pour les vacances...

©capture facebook

Les écoles primaires et les collèges ne tarderont pas à fermer leurs portes. Les élèves devront alors profiter de deux mois de vacances loin de leurs classes. À la rentrée, en septembre, ils passeront dans une classe d’échelon supérieur s’ils ont suffisamment bien travaillé cette année. Ils retrouveront leurs camarades et pourront se raconter leurs souvenirs de vacances. Mais selon toute vraisemblance, les familles ne pourront pas profiter d’un été comme les autres cette année.

En effet, l’inflation est telle que tous les foyers Français doivent se réadapter pour espérer boucler le mois. Surtout lorsque ce sont des familles qui ont des enfants à charge. Et plus particulièrement encore les enfants qui sont en primaire et collège puisqu’ils restent très dépendants de leurs parents. Ainsi, d’après nos confrères du magazine Pausette, ce sont pas moins de 55% des Français qui ont décidé de changer leurs plans initiaux pour les vacances d’été. Objeko vous invite à faire le point.

Inflation et grandes vacances : des parents désœuvrés

Les Français font face à un taux d’inflation qui n’avait pas été aussi haut depuis plus de 35 ans. Une situation qui ne concerne donc pas seulement les parents d’élèves des primaires et collèges. Mais le pire dans cette affaire ce n’est pas seulement la hausse des prix, la baisse du pouvoir d’achat. En effet, nous pourrions nous faire à cette idée si nous savions que l’inflation est temporaire et jusqu’à quand elle va durer. Or, les experts en économie sont dubitatifs. Certains supposent même que l’inflation se transformera en stagflation, que les prix resteront hauts longtemps. D’autres craignent que l’inflation continue de montrer encore et encore, durant de très longs mois, avant de dégringoler.

En somme, les vacances d’été s’annoncent atypique cette année. Pour faire face à la montée des prix des énergies et de l’alimentation, certaines familles vont tout simplement renoncer à partir en vacances. Or, si les primaires et les collèges ferment tout l’été, elles doivent parvenir à trouver un moyen d’occuper leurs enfants à moindre coût. Sans compter que ces jeunes élèves peuvent aussi ne pas comprendre pourquoi cet été doit être si différent que le précédent. Heureusement, certaines écoles restent ouvertes pour l’accueil des élèves.

Les parents d’élèves de primaires et de collèges sont donc sans doute les parents d’élèves qui vont être le plus à plaindre. Objeko ne vous apprendra pas que les lycéens sont beaucoup plus indépendants par exemple. Et que les plus jeunes, qui ne sont pas encore au CP, sont de toute façon capables de s’adapter à toutes les situations présentées par leurs parents. Nos confrères du magazine Pausette donnent ainsi plusieurs exemples de parents désœuvrés entre inflation et vacances. Comme celui de Laetitia, inscrite au RSA, et de son garçon de 11 ans. Pur eux, les vacances ne seront qu’un séjour dans le Sud de la France chez la famille. Mais cette maman admet que cette escapade économique nécessitait qu’elle mette de l’argent de côté en amont.

Primaires et collèges fermés jusqu’à la rentrée

Lorsque les écoles ferment, les parents doivent inscrire leurs enfants dans des centres aérés ou les faire garder. Dans tous les cas, ils ne pourront pas échapper à organiser des activités. Et pour ces élèves de primaires et de collèges, ces activités et ces méthodes de garde peuvent coûter cher. Sans compter les vacances donc, les Français sont déjà dans la panade pour cet été. Il faut aussi ajouter la hausse des prix des carburants pour évaluer le coût d’un départ en vacances. Avec ou sans les enfants d’ailleurs.

Comme nos confrères du magazine Pausette le disaient plus haut, plus de la moitié des Français changent leurs plans pour les vacances d’été. Ceux qui partaient en avion resteront en France et privilégieront le camping par exemple. Mais ceux qui visaient le camping raccourciront leurs séjours ou bien limiteront drastiquement le budget restaurant de l’été. L’inflation s’installe et elle ne va pas se calmer avant que les primaires et collèges rouvrent leur portes à la rentrée.

Enfin, nos confrères indiquent que sur les ondes de RMC, il est précisé que les vacances couteront 12% plus cher cet été. Objeko ne peut que comprendre que ces 12% sont insoutenables pour certains foyers Français. Et comme nous le disions plus haut, sans doute surtout pour les foyers dont les enfants vont en primaire et collège. Car les aides de l’Etat sont moins importantes que pour les tous petits. Mais ils ne sont pas encore assez grands pour avoir un job saisonnier.