Prime de 150 euros grâce à la mobilisation, les personnes concernées

Vous souhaitez en savoir plus sur la prime de 150 euros versée dès la rentrée, lisez donc ceci...

© capture facebook

La prime inflation fait partie du projet de loi sur le pouvoir d’achat discuté au parlement cet été 2022. Il devrait également être question de la hausse du point d’indice des fonctionnaires, de la revalorisation des prestations sociales et des retraites, de la suppression de la redevance télé etc… Les mesures visant à améliorer le pouvoir d’achat des français sont nombreuses. Et ce projet de loi intitulé « Mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat » sera présenté en Conseil des ministres dans quelques jours. Ensuite, il sera discuté avant d’être adopté au Parlement. Cette institution prendra aussi le temps d’examiner un projet de loi de finances rectificative pour l’année 2022. Dans cet article, nous vous donnons plus de détails concernant la prime qui vous sera peut-être versée dès la rentrée.

La prime inflation, une mesure qui impose des conditions d’éligibilité

Ce coup de pouce est plus que bienvenu dans la conjoncture actuelle. L’inflation s’est fermement installée dans notre pays entraînant une forte baisse du pouvoir d’achat. Selon l’INSEE en juin 2022, elle a atteint +5.8 % en une année. Face à une situation économique plus qu’inquiétante, le gouvernement a consenti à verser une aide alimentaire d’urgence dès la rentrée. Cette prime sera offerte à 9 millions de ménages. Son montant a récemment été annoncé : 100 euros par foyer. Mais ce n’est pas tout, 50 euros s’ajouteront par enfant. Attention, tout le monde ne sera pas bénéficiaire de ce coup de pouce. En effet, seuls les foyers qui bénéficient de certaines prestations sociales sont concernés. À savoir : l’AAH, le RSA, l’APL et le minimum vieillesse.

Cette prime inflation est intégrée dans la loi pour le pouvoir d’achat. Elle sera donc présentée en Conseil des ministres mercredi 6 juillet. Ensuite, elle sera soumise au Parlement. Le versement de cette aide financière est programmé pour la rentrée, mais nous ne connaissons pas encore la date exacte.

Une situation économique qui a poussé le gouvernement à prendre des mesures

Avec la reprise économique succédant à la crise sanitaire, les prix à la consommation ont fait un énorme bond. Avec la guerre opposant l’Ukraine et la Russie, l’inflation s’est renforcée fragilisant la situation financière de millions de français. Suite au conflit, les matières premières ont flambé et des difficultés d’approvisionnement ont entraîné des pénuries. Face à cette situation délicate ne présageant aucune amélioration, le gouvernement a été contraint de mettre en place un ensemble de mesures. Il y a d’abord eu l’indemnité inflation versée à 38 millions de français. La condition d’éligibilité était la suivante : percevoir moins de 2 000 euros nets par mois avant le prélèvement à la source. Il y a aussi eu le bouclier tarifaire dont le but était de limiter la flambée des prix de l’énergie.

La prime inflation 2022, pour qui ?

La prime inflation d’un montant de 100 euros plus 50 euros par enfant sera versée à la rentrée à tous les bénéficiaires des allocations suivantes : RSA, APL, AAH et ASPA. Pour cette aide, le montant du revenu fiscal de référence n’est pas considéré. Pour résumer, une famille composée de deux adultes et un enfant qui bénéficie d’une de ces aides sociales percevra 150 euros de prime inflation.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par TF1 INFO (@tf1info)

La prime inflation profitera-t-elle aux retraités ?

Oui, les retraités pourront bénéficier de la prime inflation. Mais il y a une condition : ils doivent percevoir le minimum vieillesse, l’ASPA. À savoir, les travailleurs en retraite profitent d’un autre avantage dès le 1er juillet : la pension de retraite est valorisée de 4 % et cette mesure est rétroactive.

Une chose est sûre, toutes les mesures visant à aider les français à faire face à la flambée des prix seront les bienvenues. D’autant plus que de nombreux foyers ont été contraints de faire une croix sur leurs vacances d’été ou de revoir leurs projets faute de moyens. En effet, le budget alloué aux grandes vacances a largement diminué pour de nombreux ménages. Parmi ceux qui auront la chance de partir, ils ont choisi des destinations plus proches et des activités moins onéreuses. Reste à espérer que le Covid se tienne tranquille pour que tout le monde puisse profiter pleinement de ses semaines de congés.