Prime inflation : des milliers de français n’ont pas reçu les 100€, le couac expliqué

C'est au tour des retraités de toucher la prime inflation de cent euros versée à 38 millions de français éligibles. Mais alors que cette prime est très critiquée par l'opposition et plusieurs Français, certains qui l'attendaient avec impatience ne l'ont pas reçu, tandis que d'autres l'ont touché deux fois. On fait le point avec vous.

© Christian Dubovan / Unsplash

L’État n’a pas anticipé la situation de certains auto-entrepreneurs 

Prime inflation: En France, il existe des milliers de micro-entreprises. Ce sont des personnes qui travaillent à leur compte et qui ont donc monté leur boîte pour pouvoir gagner leur vie grâce à leur activité. Certains sont auto-entrepreneurs et inscrits au chômage, tandis que d’autres cumulent recettes de leur activité et RSA, puisqu’ils ne gagnent pas suffisamment pour se passer d’aides sociales. Certains encore sont également étudiants. Certaines lacunes existent dans la partie administrative puisque plusieurs auto-entrepreneurs n’ont pas reçu les cent euros promis, du fait de leurs différentes casquettes. 

Selon Capital, « l’administration n’a pas anticipé leur situation« . Pour toucher les cent euros, il faut avoir été en activité au mois d’octobre 2021. Pour ceux qui ont une activité plus ancienne, ils doivent avoir un revenu déclaré inférieur à 2000 net par mois en 2020, précise toujours Capital. Enfin, si la société a été créée entre janvier et octobre 2001, l’état part du principe qu’ils remplissent automatiquement les critères pour recevoir la prime

De plus, outre la barre des 2000 euros, les entrepreneurs doivent avoir au moins gagné 900 euros net entre le 1er janvier 2021 et le 30 septembre 2021. Mais avec la crise de covid-19, certains d’entre eux n’ont pas pu gagner cette somme. Quant à ceux qui sont toujours inscrits à pôle emploi et qui sont sans nouvelle de la prime, ils ignorent s’ils doivent se tourner vers l’Urssaf ou pôle emploi. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Caf de la Vienne (@caf_86)

Certains français touchent la prime deux fois 

Alors que certains vérifient chaque jour leur compte en banque pour voir si les cent euros ont été versés, d’autres ont pendant ce temps touché deux cent euros. En effet, la prime a parfois été versée à deux reprises à la même personne. La faute de ce couac est exactement la même que pour ceux qui ne la touchent pas: les français qui ont reçu la prime plusieurs fois cumulent plusieurs statuts. Ils ont pu toucher cent euros de l’Urssaf et de pôle emploi, ou encore du Crous et de l’Urssaf (pour les étudiants qui ont une micro-entreprise). 

La Direction générale des finances publiques (DGFiP) a mis en place un formulaire afin que les personnes qui ont touché ce versement deux fois rendent les cent euros en trop. Mais certains français n’ont pas envie de rendre cet argent. Pour Actu Toulouse, un jeune homme confie l’avoir reçu en double et ne compte pas la rembourser: « Ça m’a surpris. Mais franchement, 100 euros en plus…Je ne vais pas cracher dessus. Surtout quand je vois le prix de l’essence ! Mais tant qu’ils ne viennent pas me le réclamer, je ne rembourserai pas !« 

Une prime inflation: celle-ci est largement critiquée 

Plusieurs français ont fait savoir leur mécontentement quand Jean Castex a annoncé la mise en place de cette prime. Ils sont nombreux à penser que la sélection n’est pas juste. Par exemple, deux personnes retraitées qui touchent moins de 2 000 euros par mois vont percevoir chacune cent euros mais une mère de famille qui vit seule avec ses enfants et qui gagne 2 100 euros n’y a pas droit. 

Du côté de l’opposition, il ne fallait pas s’attendre à des applaudissements. Au contraire, ce sont de virulentes critiques qui se sont faites entendre. Marine Le Pen indique que cette prime ne répond pas à la détresse des français. Elle propose de baisser la TVA à 5.5% pour favoriser le pouvoir d’achat. Damien Abad (LR) parle de « chèques cadeaux » pour « acheter la paix sociale » . L’écologiste Sandrine Rousseau caricature cette prime sur Twitter ainsi: « Cent balles et un mars. Et circulez, il n’y a rien d’autre à voir« . De son côté, Jean-Luc Mélenchon n’est pas convaincu non plus et se montre très catégorique: « Jean Castex, les gens sont étranglés. Il faut une loi d’urgence sociale. Bloquez les prix ou partez si vous ne savez pas quoi faire« . 

Les différents couacs concernant les versements n’arrangent en rien l’État, qui voit sa crédibilité être touchée.