Prime inflation : le versement d’un nouveau chèque bientôt prévu ? Tout savoir ici…

Critiquée dès son annonce, la prime inflation a crée la zizanie dans l'opinion. Est-ce pour apâter les électeurs ou pour apaiser la situation ? De fait, le premier ministre vient de jetter un pavé dans la mare ! Aïe, ça pique !

© Lena Balk / Unsplash

En pleine panique ukrainienne, cette déclaration sur la prime inflation n’est-elle que le début d’une série de mesures ?

Énième rebondissement pour la prime d’inflation !

Cela fait presque 15 jours que Vladmir Poutine fait trembler le monde. En effet, son attitude face à l’Ukraine rappelle des heures sombres du passé. Personne n’aurait été capable de croire ou d’anticiper qu’il allait envahir avec autant de détermination l’Ukraine. Pourtant, malgré ses espoirs d’arriver à ses fins rapidement, les locaux s’organisent pour résister. De son côté, la communauté européenne tente de trouver une conciliation. Qui aura le dernier mot, nul ne le sait.

Or, alors que nous continuons de marcher sur des œufs à cause de la pandémie, les experts économiques consultés par Objeko craignent une augmentation drastique des prix du panier moyen de la ménagère. Quant à la prime d’inflation, elle n’a visiblement pas suffi à mettre du beurre dans les épinards. Dans ce contexte, le président Emmanuel Macron prend la parole en direct de l’Élysée. Va-t-elle réussir à apaiser les esprits ? La réponse, notre équipe tente de vous la donner toute de suite.

À peine versée…

Au début du mois de mars, Emmanuel Macron prend son rôle de chef de l’Europe très au sérieux. Dans à peine quelques semaines, il devra également se soumettre au vote des Français. Vont-ils à nouveau l’élire pour un second quinquennat ? Critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, il n’a pas le temps de débattre avec ses adversaires. Forcément, on lui reproche un peu de se servir du contexte tendu international pour se dérober. Versée avant 2022, la prime inflation n’est elle que l’arbre qui cache la forêt ?

Au lieu de répondre à cette polémique, il envoie son Premier ministre à l’édition du 13 heures de TF1. Ce dernier nous annonce avoir été mandaté afin d’établir un « plan de résilience » destiné à « protéger nos concitoyens et l’économie française » ! De quoi s’agit-il ? À l’instar de la prime d’inflation, est-ce que l’opposition va s’en emparer ? Dans cet article, Objeko vous racontait justement qu’une partie de la population avait mis du temps à en voir la couleur. Si vous lisez ces lignes et que vous vous sentez lésés, voici les démarches administratives à accomplir dans l’intention de ne plus jamais subir, mais sourire !

… la prime inflation déjà renouvelée !

Du côté de chez Bruno Le Maire, les choses sont claires. Inventeur de la stratégie du « quoiqu’il en coûte » qui restera dans l’histoire tant elle a sauvé des entreprises de la banqueroute, l’heure est à la concertation. De surcroît, il est à présent le moment de trouver un antidote à cette crise financière qui nous pend au bout du nez. Dans les colonnes de nos confrères du journal Le Parisien, on nous atteste que personne ne sera laissé sur le bord du chemin avec ses difficultés pour joindre les deux bouts. Surtout que l’on ne sait pas combien de temps cela va continuer. « Notre mission est de protéger les ménages les plus fragiles. Ils ne comprendraient pas qu’il n’y est pas de geste, même ponctuel, sous prétexte que la hausse serait durable. »

Toujours selon nos amis journalistes qui ont leur entrée dans les différents ministères, une autre prime inflation pourrait venir combler les attentes des foyers modestes. Quant au critère de sélection des destinataires de ce « cadeau » de l’État, il semblerait qu’il demeure inchangé. Réservé à ceux qui n’ont que 2.000 euros par mois net pour vivre, ce chèque va directement dans la poche des salariés, indépendants ou encore retraités.

QUID du bouclier tarifaire

Alors que le prix du carburant flambe partout en France, Objeko vous prodiguait quelques astuces pour localiser la station-service la moins chère. Une fois rentrée à la maison, la facture d’électricité ou de gaz peut causer de mauvaises surprises. Grâce au fameux « bouclier tarifaire », l’État fait en sorte que le prix ne donne pas le vertige ! Combien de temps encore allons-nous marcher sur un fil ? Courage à tous !

Merci à nos confrères du journal Le Parisien