Rachida Dati dézingue violemment Anne-Claire Coudray en direct sur TF1, aïe ça pique

La proche de Nicolas Sarkozy a poussé un coup de gueule mythique sur le plateau de TF1. Anne-Claire Coudray en a fait les frais !

©ParFrédéric Dabi, directeur général adjoint Ifop

Depuis la campagne présidentielle, Rachida Dati multiplie les interventions sur les plateaux télé. Dimanche 24 avril, Anne-Claire Coudray l’a conviée à exprimer son point de vue. Mais ça a vite chauffé ! On vous dit tout !

Après la réélection d’Emmanuel Macron, Anne-Claire Coudray a demandé à Rachida Dati quel était son positionnement pour les prochaines élections législatives. Interrompue par la journaliste pendant sa prise de parole, l’élue LR n’a pas hésité à lâcher un « Je peux commencer ma phrase ? ». Avant de poursuivre : « Il y a la victoire d’Emmanuel Macron avec trois écueils quand même (…). Il y a un taux d’abstention extrêmement fort, un vote utile et aujourd’hui un Rassemblement National à 42% donc ça interroge. », a-t-elle en effet expliqué. Mais ça a très vite dérapé.

Ca chauffe sous les projecteurs de TF1 !

Si sous les projecteurs, Anne-Claire Coudray est une femme très occupée, côté vie privée, elle mène une vie douce avec le même chéri depuis 2014. L’heureux élu s’appelle Nicolas Vix, un homme d’affaires âgé de 54 ans. Ce dernier est un as du management commercial et du marketing. Pendant sept ans, il est embauché au sein de la multinationale américaine Procter & Gamble. Ensuite, il a enchaîné comme Directeur des Ventes Grands Comptes du même groupe pendant deux ans. C’est ensuite qu’il décide de reprendre sa liberté en créant sa propre société, en 2007.

En mars 2007, il fonde ainsi Weeplay est né en mars 2007, une entreprise « spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de produits dérivés pour le compte de Clubs, Fédérations et Evènements sportifs, dans les secteurs textile et accessoires. Nous sommes aujourd’hui licencié exclusif pour l’Olympique de Marseille, le Paris Saint-Germain, l’A.S. Saint-Etienne et l’UEFA Champions League« , comme l’indique sa page LinkedIn. Il a comme clients des grandes marques telles que Carrefour, Auchan, Casino, Go Sport, Intersport, Relay ou encore Total.

« Non mais attendez, je ne vous ai pas demandé de décoder mes propos »

Lors d’une interview pour Non Stop People, la présentatrice de TF1 avait accepté de parler de son amoureux. « On s’est rencontré, nous avions déjà, je ne dirais pas un certain âge, mais j’étais proche de la quarantaine et lui de la cinquantaine. C’est vrai que c’est très agréable. De construire un couple quand on a déjà nos personnalités et nos espaces de liberté. Qu’on sait ce qu’on veut, mais aussi ce qu’on ne veut pas. Il m’apporte le fait de ne pas être journaliste. », avait-elle en effet révélé en janvier 2020 sur le plateau de Non Stop People, en janvier 2020. 

Et d’ajouter : « Évidemment, il m’apporte de l’amour, de la bienveillance… Et puis il m’apporte aussi le fait de me faire redescendre de ce monde qui est très très envahissant. Le journalisme, c’est un métier qui vous prend plus que le temps que vous avez à lui consacrer. Et quand je rentre à la maison, c’est bien« , avait-elle encore lâché.

La grosse frayeur de Rachida Dati

Dimanche 24 avril, Rachida Dati n’a pas hésité à faire part de sa crainte :  « C’est une nouvelle campagne pour nous qui s’annonce ». Elle attend « des parlementaires solides pour porter la politique« . Tout de suite, Anne-Claire Coudray enchaîne : « Gabriel Attal, voyez-vous une main tendue ? » Difficile pour Rachida Dati de ne pas dégainer : « Non mais attendez, je ne vous ai pas demandé de décoder mes propos, l’arrête aussitôt la maire du 7ème arrondissement de Paris. Ce n’est pas une traduction. Je peux lui dire direct », s’énerve Rachida Dati.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par AJ+ français (@ajplusfrancais)

Aussitôt, la protégée de Nicolas Sarkozy souhaite mettre les points sur les “i”. « J’ai appelé à la responsabilité pour pouvoir pour qu’on puisse régler ce qui n’a pas été le cas pendant ce quinquennat », a-t-elle lâché au porte-parole du gouvernement. Et de préciser en effet : « Réduction des inégalités, on en est loin, sur le régalien, on en est encore loin. » Une invitée corsée !