Rebondissement dans l’affaire Delphine Jubillar : « deux corps dans le cercueil »

Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver le corps de l'infirmière disparue. Les enquêteurs ont-ils fait de nouvelles découvertes ?

© Capture facebook-Rebondissement dans l’affaire Delphine Jubillar : « deux corps dans le cercueil »

L’enquête Delphine Jubillar n’a toujours pas abouti. Ses proches sont toujours dans le flou concernant sa disparition. Voilà bientôt deux ans qu’ils sont sans nouvelles. Quant aux forces de l’ordre, elles s’activent toujours pour retrouver son corps.

Les enquêteurs poursuivent leurs recherches pour retrouver Delphine Jubillar

Dans la nuit du 15 au 16 décembre, Delphine Jubillar a disparu sans laisser de traces. Aujourd’hui, sa famille et ses proches ont perdu espoir de la revoir en vie. En revanche, ils aimeraient comprendre ce qu’il s’est passé. Pourquoi la jeune femme a-t-elle disparu et dans quelles circonstances ? Pour le moment, ils n’ont pas obtenu de réponses à ces questions.

Cédric Jubillar, l’époux de Delphine, est le principal suspect. Même s’il est actuellement placé en détention provisoire, il reste présumé innocent tant qu’aucune preuve de sa culpabilité ne sera clairement établie. Maître Alexandre Martin, l’avocat de ce dernier, a évoqué de nouvelles fouilles dans le cimetière de Cagnac-les-Mines. C’est dans cette ville que la famille Jubillar vivait avant la disparition de Delphine. « Chaque fois qu’on vient plaider la demande de mise en liberté de Cédric Jubillar, on nous sort des recherches. La dernière fois, c’était des drones à Cagnac. Aujourd’hui, les gendarmes reprennent les fouilles ‘en toute discrétion’ au fond du cimetière… » a déclaré l’avocat à « Actu Toulouse ».

L’équipe de gendarmes chargée de l’enquête poursuit donc activement ses recherches. Quand à Maître Alexandre Martin, il estime que toutes ces recherches peuvent avoir lieu même si son client est en liberté. Quoi qu’il en soit, celui qui défend le mari de Delphine Jubillar n’a pas donné plus de détails concernant les dernières fouilles. Ce qui est sûr, c’est que les enquêteurs ne lésinent pas sur les moyens pour mener leurs recherches. Des drones sont notamment exploités pour faciliter ce travail de recherche.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Encrage ✍🏼 (@encrage.m)

L’instruction mise sur la technologie pour obtenir des résultats

Malheureusement, les dernières recherches ont dû être interrompues à cause de la météo. En effet, la pluie battante a gêné le déploiement des drones de l’ICGN. Le but de ces engins : repérer des émissions d’azote (émises par les corps en décomposition) et identifier des zones de terre remuées ou encore des puits non répertoriés sur les cartes. Les enquêteurs et les proches de la jeune femme disparue attendaient donc beaucoup des images récoltées.

C’est donc sur la technologie que les gendarmes misent pour venir à bout de cette enquête très suivie par la presse. Mais après avoir fouillé tous les alentours du domicile des Jubillar, les enquêteurs se concentrent sur ce cimetière de Cagnac-les-Mines. Quant aux proches de la mère de famille, ils participent également aux recherches. La dernière battue date du 9 juillet. Pour Maître Pressecq, l’avocat d’une proche de l’infirmière, il faut ouvrir les caveaux abîmés du cimetière. « Il suffit d’ouvrir les caveaux abîmés, de passer un scanner et alors on verra bien s’il y a deux corps dans le cercueil » a-t-il déclaré.

Mais pour le moment, les recherches sont réalisées seulement en surface. Quant à Cédric Jubillar qui se trouve en détention provisoire, il reste présumé innocent malgré les soupçons qui pèsent sur lui.