Renaud, alcool et addictions : d’où vient l’origine de son gros mal-être ?

Dans cet article, nous vous évoquons la manière dont Renaud est tombé dans l’alcoolisme...

© Veeren/Bestimage

Renaud est un chanteur emblématique en France. Pour autant, depuis de nombreuses années, il fait face à de nombreuses difficultés. Parmi elles, l’alcool, qui lui a posé quelques soucis. Mais pourquoi est-il devenu accro ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko va tout vous raconter. Vous êtes prêts à tout savoir ? Eh bien, allons-y.

Renaud, un chanteur connu et reconnu

Des années se sont écoulées, mais le nom du chanteur figure jusqu’à présent parmi les plus célèbres de sa génération. Avec ses nombreux tubes, il ne se passe pas une année sans qu’on parle de lui. Malheureusement, au-delà de sa magnifique carrière, le chanteur est aussi connu pour son addiction à l’alcool. Il faut dire que l’addiction a beaucoup affecté sa vie. Mais quelle est donc la raison qui a poussé ce chanteur à succès à en être si dépendant ? D’après son frère en tout cas, il semblerait qu’il faille regarder des années en arrière.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Renaud Rgi (@renaud_rgi)

Selon David Séchan, l’addiction de Renaud date de 1999. Une année où le chanteur a connu une peine de cœur. Il s’est séparé avec Dominique, sa première femme : »Ça a été un peu la descente aux enfers, qui a amené la rupture du couple. Ce qui est exceptionnel, c’est que c’est un couple qui s’aime, qui se quitte. Je suis très ému d’en parler, parce que c’est la vérité ». Toujours selon son frère, Renaud voyait l’alcool comme un médicament, quelque chose qui l’apaisait, qui l’abrutissait aussi.

Il a peur de la mort

Si David Séchan pense que la dépendance à l’alcool de son frère est due à la séparation du chanteur avec sa première épouse, Dominique ne pense pas la même chose. Selon elle, Renaud a été mal à cause des gens qu’il a perdu. En effet, dans les années 80, il a notamment perdu Coluche ou encore Pierre Desproges. C’est à partir de ce moment-là, qu’il a commencé à avoir peur. Peur de la mort, qui l’a conduit à boire. Ainsi, petit à petit, il est devenu accro à l’alcool. Et une fois que c’est fait, c’est difficile de s’en sortir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Renaud Rgi (@renaud_rgi)

Dominique déclare qu’à cette époque, Renaud passait la plupart de son temps, dans une brasserie parisienne appelée “Closerie des Lilas”. Au fil du temps, cela devenait insupportable pour la première épouse du musicien. Cette dernière n’en pouvait plus et se sentait de plus en plus épuisée. Ce qui devait arriver, arriva donc. En effet, elle a décidé de quitter définitivement Renaud. Leur mariage a duré quinze ans. Alors qui dit la vérité ? Seul le chanteur le sait.

Renaud bientôt de retour avec un nouvel album ?

Aujourd’hui, il semblerait que Renaud ait décidé d’arrêter les excès. En effet, il y a quelques jours, il a expliqué qu’il avait arrêté l’alcool et la clope : »J’ai éliminé la clope, je suis passé de soixante par jour, à quinze. Je suis accro à la vapoteuse. Et j’ai arrêté définitivement l’alcool depuis six mois« . Histoire de clouer le bec à ceux qui l’enterrent, le chanteur explique ensuite : »Je ne suis pas mort« . Et effectivement, il est même de retour avec un nouvel album. Deux ans après « Les mômes et les enfants d’abord« , il s’apprête donc à rempiler.

L’auteur et interprète de Mistral gagnant, sortira, en février prochain, son dix-neuvième album. Il a même déjà retrouvé les studios d’enregistrement : »Je suis en studio depuis dix jours, je prépare un album de reprises » a-t-il notamment expliqué. Cet album auquel il pense depuis déjà longtemps sera une plongée dans le répertoire de la chanson française  : »Treize vieilles chansons françaises qui m’ont marqué, Yves Montand, Jean Ferrat, Moustaki, Reggiani, Françoise Hardy… On travaille entre Paris et L’Isle-sur-la-Sorgue, où je vis quasiment à l’année depuis deux ans« . Une bonne nouvelle donc.