Retraite à taux plein : les trimestres à cotiser, âge… tout ce qu’il faut savoir cette année

Le système de la retraite n'est pas toujours simple à comprendre. Par chance, l'un de nos confrères nous a aidés à y voir plus clair. On vous explique tout de A à Z !

©La Croix

Comme vous le savez, le système de retraite actuel tient compte de plusieurs choses, notamment la réalisation d’un certain nombre de trimestres. En tout cas, pour avoir une retraite à taux plein. Si ce n’est pas le cas, les personnes ont un abattement sur le montant. À l’inverse, si vous avez dépassé le nombre de trimestres, vous toucherez plus que prévu. Merci à nos confrères de 20 minutes, car nous pouvons vous partager toutes les informations sur le principe des trimestres.

Retraite à taux plein : comment ça marche ?

Un trimestre de retraite correspond à trois d’activité, mais peut être rangé dans trois catégories différentes. Quand vous avez atteint l’âge légal, il faut avoir aussi validé un certain nombre pour avoir une retraite à taux plein. Cela dépend aussi de votre âge de naissance et de votre métier.

Les différents types de trimestres

1. Les trimestres cotisés

Ils représentent les trimestres travaillés pour lesquels vous avez cotisé à la caisse de retraite. Mais, un trimestre cotisé n’est pas toujours un trimestre validé.

2. Les trimestres validés

Depuis 2014, une nouvelle mesure oblige à travailler un certain nombre d’heures pour valider un trimestre travaillé. Cela représente un salaire minimum de 150 fois le taux horaire brut du SMIC par mois au 1er janvier de l’année concernée. Pour valider un trimestre, les rémunérations reçues doivent être au-dessus ou égales à 600 fois le SMIC horaire brut.

3. Les trimestres assimilés

Cela signifie que ce sont des trimestres non cotisés ou non travaillés. Pourtant, ils peuvent quand même être crédités pour la personne. Par exemple, une période de chômage, maladie, congé maternité ou parental, ou encore des mois de formation, etc. Si vous avez élevé des enfants, vous pouvez aussi avoir une majoration de trimestres. C’est pareil si votre enfant souffre d’un handicap ou si vous êtes obligés de vous occuper d’un adulte malade.

Un trimestre de retraite validé, c’est combien ?

Pour valider un trimestre, il faut avoir reçu un salaire minimum de 6 288 euros au 1er octobre 2021, soit 600 x 10,48 euros (taux du SMIC horaire brut). Une seule rémunération de 6 288 euros sur l’année ne permet pas de valider 4 trimestres. L’Assurance Vieillesse possède le même seuil mensuel que la Sécurité Sociale qui est de 3 428 euros pour l’année 2021. Au-delà, les sommes reçues ne sont pas prises en compte. Depuis la crise sanitaire, il y a eu quelques adaptations en raison de l’activité partielle. Par exemple, il faut avoir travaillé 220 heures de travail indemnisé par trimestre.

Comment se fait le calcul de la retraite ?

Trois données sont prises en compte : le salaire annuel moyen, le taux de retraite qui varie entre 37,5 et 50 %, le nombre de trimestres. Si une personne a bien le bon nombre de trimestres nécessaires le moment où il doit partir à la retraite, il aura un taux de 50 % sans réduction, soit une retraite à taux plein. Si elle n’a pas assez de trimestres, elle aura un taux de 37,5 %. Enfin, si elle a cumulé plus de trimestres que nécessaire, le taux sera majoré.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sab (@quedakao)

Que signifie avoir une retraite à taux plein ?

Vous l’aurez compris, pour avoir un taux plein, il faut avoir le bon nombre de trimestres selon votre âge de naissance et avoir l’âge minimum légal. Votre pension va correspondre à 50 % en gros de votre salaire annuel moyen. 67 ans est l’âge de retraite automatique. Ainsi, vous aurez de toute façon une retraite à taux plein automatiquement, car vous avez travaillé jusqu’à cet âge.

Quel est le nombre de trimestres nécessaires pour partir à la retraite ?

Comme expliqué plus haut, cela dépend des trimestres cotisés et de votre année de naissance et des situations particulières. En plus, votre statut joue aussi un rôle. En effet, les salariés du public et du privé ne cotisent pas de la même manière. On vous donne les détails ci-dessous.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @juliie_photographie

Les salariés du domaine privé

Pour les personnes du privé ou les fonctionnaires sédentaires, le nombre de trimestres cotisés à avoir pour une retraite à taux plein sont les mêmes :

  • 1955 à 1957 : 166 (soit 41 ans et 6 mois)
  • 1958 à 1960 : 167 (soit 41 ans et 9 mois)
  • 1961 à 1963 : 168 (soit 42 ans)
  • 1964 à 1966 : 169 (soit 42 ans et 3 mois)
  • 1967 à 1969 : 170 (soit 42 ans et 6 mois)
  • 1970 à 1972 : 171 (soit 42 ans et 9 mois)
  • À partir de 1973 : 172 (soit 43 ans)

Les fonctionnaires actifs

Il s’agit des personnes qui ont un travail sur le terrain ou des conditions difficiles. Ainsi, le nombre de trimestres à cotiser est un peu plus bas :

  • 1960 : 166 (soit 41 ans et 6 mois)
  • 1961 à 1963 : 167 (soit 41 ans et 9 mois)
  • 1964 à 1966 : 168 (soit 42 ans)
  • 1967 à 1969 : 169 (soit 42 ans et 3 mois)
  • 1970 à 1972 : 170 (soit 42 ans et 6 mois)
  • 1973 à 1975 : 171 (soit 42 ans et 9 mois)
  • À partir de 1976 : 172 (soit 43 ans)

Les autres cas particuliers

Pour les fonctionnaires qui occupent un métier nuisible comme égoutier ou encore médecin légiste, il y a des particularités :

  • De janvier à décembre 1961 : 163 (soit 39 ans et 9 mois)
  • Entre juillet 1961 et décembre 1962 : 164 (soit 41 ans)
  • 1962 à 1963 : 165 (soit 41 ans et 3 mois)
  • 1963 à 1965 : 166 (soit 41 ans et 6 mois)
  • 1966 à 1968 : 167 (soit 41 ans et 9 mois)
  • 1969 à 1971 : 168 (soit 42 ans)
  • 1972 à 1974 : 169 (soit 42 ans et 3 mois)
  • 1975 à 1977 : 170 (soit 42 ans et 6 mois)
  • 1978 à 1980 : 171 trimestres (42 ans et 9 mois)
  • À partir de 1981 : 172 (soit 43 ans)

Les policiers actifs ou surveillants pénitentiaires sont aussi des cas particuliers.

  • 1965 : 166 (soit 41 ans et 6 mois)
  • 1966 à 1968 : 167 (soit 41 ans et 9 mois)
  • 1969 à 1971 : 168 (soit 42 ans)
  • 1972 à 1974 : 169 (soit 42 ans et 3 mois)
  • 1975 à 1977 : 170 (soit 42 ans et 6 mois)
  • 1978 à 1980 : 171 (soit 42 ans et 9 mois)
  • À partir de 1981 : 172 (soit 43 ans)

Enfin, pour les contrôleurs aériens, leur calcul est légèrement différent :

  • 1963 : 165 (soit 41 ans et 3 mois)
  • 1963 : 166 (soit 41 ans et 6 mois)
  • 1964 : 166 (soit 41 ans et 6 mois)
  • 1965 : 166 (soit 41 ans et 6 mois)
  • 1966 à 1968 : 167 (soit 41 ans et 9 mois)
  • 1969 à 1971 : 168 (soit 42 ans)
  • 1972 à 1974 : 169 (soit 42 ans et 3 mois)
  • 1975 à 1977 : 170 (soit 42 ans et 6 mois)
  • 1978 à 1980 : 171 trimestres (42 ans et 9 mois)
  • À partir de 1981 : 172 (soit 43 ans)

En fonction de votre date de naissance

Pour avoir votre retraite à taux plein, c’est-à-dire 50% de vos revenus annuels moyens, vous devez répondre à une règle d’âge ET un nombre de trimestres :

1953 : 165 trimestres (soit 41 ans et 3 mois)

1954 : 165 trimestres (soit 41 ans et 3 mois)

1955 : 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)

1956 et 1957 : 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)

1958 et 1960 : 167 trimestres (soit 41 ans et 9 mois)

1961 et 1963 : 168 trimestres (soit 42 ans)

1964 et 1966 : 169 trimestres (soit 42 ans et 3 mois)

1967 et 1969 : 170 trimestres (soit 42 ans et 6 mois)

1970 et 1972 : 171 trimestres (soit 42 ans et 9 mois)

Dès 1973 : 172 trimestres (soit 43 ans)

 

Si vous n’avez pas tous vos trimestres, vous pouvez avoir un taux plein dans les cas suivants :

    • au moins 66 ans et 2 mois
    • un handicap
    • un proche handicapé
    • au moins 3 enfants
    • été prisonnier de guerre
    • été ancien combattant

De plus, dans le cadre d’une retraite anticipée, à partir des années 1955, il y a une possibilité de partir à 62 ans à taux plein pour les 3 raisons suivantes :

  • carrière longue
  • handicap
  • pénibilité du travail

La retraite à taux plein automatique

Quelle que soit la raison, si vous n’avez pas tous vos trimestres et si vous travaillez jusqu’à 67 ans, vous aurez un taux plein.

Retraite anticipée et âge légal

Si vous arrivez à l’âge légal sans tous vos trimestres, vous pouvez partir à la retraite, mais il faut accepter la décote prévue.

Peut-on racheter des trimestres manquants ?

Cette option est possible si vous avez par exemple fait des études supérieures, au-dessus d’un BAC + 2 ou si vous avez réalisé un stage dans le cadre professionnel. Mais, ce ne sont pas les seuls cas. En tout cas, ce système permet de racheter les trimestres pour avoir une retraite à taux plein. À savoir, le tarif du rachat de trimestre varie selon votre âge. Plus vous approchez de la retraite, plus c’est cher donc c’est moins avantageux. Il faut aussi comparer s’il vaut mieux acheter vos trimestres ou travailler plus longtemps.

Comment savoir le nombre de trimestres déjà cotisés ?

Il existe des documents officiels comme le relevé de carrière. Une sorte de bilan qui vous donne une vue d’ensemble sur toutes vos années travaillées ainsi que vos droits déjà acquis. Vous pouvez voir tous les emplois que vous avez eus, même les emplois saisonniers et les stages pendant vos études. Ce document est accessible en ligne et il ne faut pas hésiter à faire rectifier les erreurs et les oublis.

Par ailleurs, vous pouvez aussi avoir des informations sur votre retraite avec Gip Union Retraite. C’est un groupe d’intérêt public qui vous envoie des documents officiels à certains moments clés de votre carrière. Par exemple, à 35 ans, ensuite tous les 5 ans. Il s’agit de votre relevé de situation individuelle (RSI). Ensuite, à 55 ans, ensuite tous les 5 ans. C’est une estimation indicative globale (EIG) qui vous récapitule toute votre carrière et aussi le montant potentiel de votre pension de retraite. Enfin, vous pouvez à n’importe quel moment contacter des experts retraite de l’assurance retraite.

Merci encore à nos confrères de 20 minutes qui nous ont partagé ces informations très intéressantes et qui doivent être partagés au plus grand nombre afin de préparer votre retraite.