Retraite complémentaire : tout savoir sur ce qui devrait changer au niveau des cotisations

La responsabilité de la collecte des cotisations Agirc-Arrco va changer de main, ce qui n'est pas au goût du plus grand nombre. En effet, certains redoutent un détournement des montants par l'État pour d'autres régimes déficitaires... On vous explique !

© comptasante – Retraite complémentaire : tout les détails sur ce qui devrait changer au niveau des cotisations

La méthode de collecte des cotisations Agirc-Arrco va évoluer. Une vague d’inquiétude arrive sur les salariés du secteur privé. En effet, certains militants n’ont pas confiance et ne veulent pas de cette nouvelle mesure de collecte. En effet, à la base, c’est la caisse de retraite complémentaire qui a la responsabilité de verser la pension complémentaire des anciens salariés du secteur privé. Aujourd’hui, elle essaye de garder cette responsabilité d’administrer elle-même les cotisations, d’après les journalistes du Figaro.

En tout cas, ce sujet aura au moins eu le mérite de mettre d’accord sur un dossier le salariat et le patronat, ce qui est rare. En effet, d’après nos confrères, tous les deux ont peur de perdre “le pilotage du régime” et le contrôle de leurs recettes. Ce scénario effraie aussi les syndicats. La retraite complémentaire Agirc-Arrco s’impose des règles très strictes en matière de cotisations. Alors, cette dernière redoute que les excédents dégagés soient sacrifiés pour d’autres services et personnes qui n’ont rien à voir avec la caisse de retraite. En effet, est-ce que l’État va utiliser les sommes en faveur d’autres régimes de retraite qui sont déficitaires comme celui des agents de la fonction publique (RAFP)…

Retraite complémentaire : qui va récupérer la collecte des cotisations ?

Ce sont normalement les Urssafs qui vont récupérer la mission de collecte des cotisations de la retraite complémentaire. Au total, cela représente près de 88 milliards d’euros… Le changement de main a été planifié depuis longtemps, mais n’est pas encore mis en place. D’abord, la mesure a été reportée à cause de la crise de la Covid-19. Désormais, c’est le Sénat qui est inquiet et qui penche pour une “catastrophe industrielle”. Alors, est-ce qu’elle va être encore repoussée jusqu’en 2024 ?

Pourquoi un changement de responsable pour les cotisations de la retraite complémentaire ?

Le gouvernement a décidé d’opérer ce changement de main pour plusieurs raisons. Tout d’abord, celui-ci suit les conseils de la Cour des comptes qui affirme qu’il faut regrouper le recouvrement des cotisations de la retraite complémentaire. Cela permettrait de faire des économies de gestion non négligeables. Ensuite, cela permettrait aussi d’être plus performant pour le recouvrement des URSSAF. Le Sénat aussi a reconnu cette méthode dans un rapport relayé par les journalistes du Figaro. Enfin, le but est aussi de faciliter les démarches des sociétés.

Pas de danger avec l’Urssaf selon Yann-Gaël Amghar

Le Sénat a quand même mis en avant les dangers de passer la main aux URSSAF. Mais, Yann-Gaël Amghar, le directeur de l’agence centrale des organismes de sécurité sociale, souligne qu’il y a plusieurs erreurs dans le rapport. En effet, il ne partage pas le même avis au sujet des potentiels problèmes pointés du doigt. “Le rapport dit que le manque de fiabilité viendrait du fait que l’Agirc-Arrco n’a pas les mêmes habitudes de contrôle de la DSN que les Urssaf. Je le répète, l’Agirc-Arrco continuera à effectuer ses contrôles sur la DSN, et de notre côté, nous montons en charge sur le sujet en mettant en place de nouveaux contrôles sur cette déclaration”, explique le directeur à nos confrères.