Rien ne va plus pour Franck Dubosc: sa femme Danièle a déserté le cocon familial !

Sur son compte Instagram, l’humoriste a basculé dans l’angoisse. Sa femme l’a en effet quitté. On vous dit tout !

© Syspeo/ANDBZ/ABACA

Franck Dubosc: « À partir d’aujourd’hui, maman est partie pour 7 jours et j’ai les enfants pour moi tout seul. Je suis dans un stress absolu, tout est par cœur », lâche Franck Dubosc à ses abonnés. Le voici avec la garde de Raphaël, 11 ans et de Milhan, 8 ans. Va-t-il s’en sortir ? A 57 ans, on espère que oui.

Franck Dubosc: « Tout ce que j’avais imaginé plus jeune, finalement, je me suis trompé ! »

« Il a fallu que je passe le cap des 50 ans pour me dire que tout ce que j’avais imaginé plus jeune, finalement, je me suis trompé ! », expliquait-il en 2020. Il semble qu’aujourd’hui, Franck Dubosc ait pris en maturité. Cela vaut-il pour ses responsabilités parentales ?

En tous cas cela lui a permis d’écrire son dernier spectacle Fifty-Fifty. « On se retrouve à paraître vieux pour les jeunes et jeunes pour les vieux… Dont on fait partie ! Où l’on se dit « ça y est, je vais me faire draguer par des vieilles de mon âge ! » Et, même moi, j’ai toujours tendance à considérer quelqu’un de mon âge comme vieux… Sauf moi ! On se le dit tous ! En général, je me regarde pour me moquer de moi et avant d’écrire quoi que ce soit. », révélait-il en février 2020 dans les colonnes de l’Est républicain.

Franck Dubosc: « J’ai des travers »

Mais l’humoriste tient à faire remarque que plus que de parler de lui, c’est de se moquer de lui dont il s’agit dans ses spectacles. Il trouve d’ailleurs qu’il y a tellement à faire que c’est une mine inépuisable ! Pourtant, se moquer de soi n’est pas un exercice aussi facile qu’il n’y paraît. « C’est pour ça qu’avant de me moquer de l’un de mes comportements, il faut que je l’ai digéré. », avance ainsi l’humoriste.

Et de poursuivre : « « Là, je me moque de mon âge, de mes 50 ans alors que j’en ai 56. Il a fallu que je le digère avant de me regarder dans le rétro. Là, j’ai des travers, aujourd’hui, dont je ne pourrai pas encore me moquer, il faut que j’attende encore un peu… Il me faut du recul sur mes travers que beaucoup d’entre nous ont, finalement… C’est aussi une façon d’exorciser. », ajoute-t-il auprès de nos confrères de l’Est républicain.

« Là, pour l’ego, ça fait du bien. »

Franck Dubosc a longtemps dit attendre d’avoir du recul. Pour le cinéma également, il a pris son temps. Et il a attendu avant de réaliser son premier film « Tout le monde debout ». « J’ai pris mon temps et, au moment où je l’ai fait, par rapport à tous ceux qui doutaient de moi, j’avais un temps d’avance… De la même façon que je vais faire mon deuxième, ils vont m’attendre d’une autre manière. Ce qui est agréable, c’est que, si j’ai surpris en France, à l’étranger, je n’ai pas surpris parce qu’ils ne me connaissaient pas, ils m’ont pris comme tel. Là, pour l’ego, ça fait du bien. Il m’a fallu du temps pour assumer qui je suis, « Tout le Monde Debout » est beaucoup plus proche de qui je suis que tout ce que j’ai fait. », explique-t-il en effet.

Franck Dubosc: La cinquantaine semble une décennie qui lui va bien ! « J’ai envie de savourer chacun de mes projets et de les séparer même si, parfois, ça s’entrecroise. Je vais achever ma tournée et je suis en préparation de mon film. Mais, effectivement, j’ai hâte de ne faire qu’une chose à la fois ! J’essaie de faire ça car aujourd’hui, j’ai moins peur que ça s’arrête. Je ne fais pas les choses pour l’argent mais pour le plaisir – pour le mien et celui du public -, j’ai cette chance-là. Je commence à assumer mon travail, que je fais depuis longtemps, comme une passion. »

Une énorme montée de stress !

D’ailleurs, il aime tellement son public qu’il n’a aucun problème à partager avec eux des moments intimes de sa vie. Sur Instagram, il se met donc en scène avec ses fils. Retour sur cette vidéo dans laquelle il fait une crise d’angoisse. « Je sais à quelle heure ils terminent, à quelle heure est le foot, qui il faut ramener comme copains, je sais ce qu’il faut faire à manger », énumère-t-il, de plus en plus rongé par le stress.

« Je vais m’occuper un tout petit peu de moi, je suis dans un stress et je vous tiendrai au courant », poursuit-il ainsi. Cela n’est pas sans rappeler le film 10 jours sans maman, dans lequel il jouait aux côtés d’Aure Atika.

Ses plus grands fans ont aussitôt reconnu la référence. « Je te fais confiance pas de problème, attention de ne pas répéter ton film » ou encore « Tu en a fait 10 alors 7 tu peux le faire ». Quand la réalité rattrape la fiction…