RSA : ce couple épinglé pour avoir frauder la CAF d’une somme hallucinante

Les fraudes aux prestations sociales sont une réalité qui pèsent sur les finances de l'Etat. Lorsqu'elles sont repérées par les autorités compétentes, les coupables en paient le prix.

© PHILIPPE HUGUEN/AFP

Cette fraude au RSA risque de faire parler d’elle dans les médias pendant quelques temps. En effet, ce n’est pas tous les jours que des cas concrets interviennent dans la presse sur le sujet. Pourtant, les fraudes aux prestations sociales sont souvent citées par les femmes et les hommes politiques comme une grande menace pour l’Etat. Et les Français sont eux aussi conscients des dangers de ce phénomène. Néanmoins, il est beaucoup plus rare que l’on ne le pense. Ainsi que beaucoup moins important sur les finances de la France que le phénomène des évasions fiscales notamment. Nos confères du magazine en ligne Nextplz, mettent en lumière cette fraude au RSA qui va donc faire couler beaucoup d’encre. Et Objeko vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Fraude au RSA : un couple touche 20 000 euros de trop perçus

C’est donc une affaire qui risque de secouer l’opinion publique que celle-ci. Et elle risque aussi de faire tendre l’oreille à tous les allocataires du revenu de solidarité active. Car pour commettre une fraude au RSA, il n’est pas toujours nécessaire de déclarer volontairement de fausses informations auprès de la CAF (la caisse d’allocations familiales). En effet, il peut s’agir d’omissions ou encore d’erreurs de la part des administrés. Or, si les omissions sont volontaires, nous sommes toujours dans le cas d’une fraude au RSA. Comme Objeko vous le disait plus haut, et comme le précisent également nos confères du magazine Nextplz, les fraudes aux aides sociales ne pèsent pas très lourds dans la balance des finances de l’Etat face aux évasions fiscales. Mais elle ne sont pas pour autant négligeables.

Nous pensons notamment à l’affaire qui secoue le pays depuis quelques semaine maintenant, celle de l’entreprise McKinsey. L’un des dirigeants de l’entreprise française avait affirmé que la société payait ses impôts en France. Or, après vérification et enquête des autorités compétentes, il s’est avéré que les impôts de l’entreprise n’avait pas été payées en France depuis 10 ans. Alors que son chiffre d’affaires atteint plus de 300 millions d’euros en 2020 notamment. Un manque à gagner considérable pour les finances de l’Etat donc. Autant vous dire que ce nous sommes bien au dessus des 20 000 euros de l’escroquerie, volontaire ou non, de ce couple qui commet une fraude au RSA.

La justice est néanmoins saisie dans tous les cas. Qu’il s’agisse d’une évasion fiscale ou d’une fraude aux aides sociales. En revanche, là encore nos confères de Nextplz le précisent à juste titre, la fraude au RSA et aux autres aides sociales sont davantage misent en lumière autour des élections présidentielles. Et le fait est qu’elle atteignait les 255 millions d’euros en 2020. Certes, l’évasion fiscale s’estime entre 80 et 100 milliards d’euros de son coté. Mais il reste impossible pour l’Etat de négliger la moindre fraude. Il doit en effet lutter contre ce qui impacte ses finances de manière illégale.

Une remise à niveau express

Par ailleurs, le gouvernement entend réformer le revenu de solidarité active. Afin, entre autre, d’éviter que la fraude au RSA ne se multiplie. Christophe Castaner défendait ainsi la proposition d’Emmanuel Macron devant Apolline de Malherbe sur BFMTV. Refusant notamment de rentrer dans un débat qui voudrait que cette réforme vise à pénaliser les potentiels allocataires de cette aide sociale. Précisant plutôt que le but de la réforme était de mettre en avant l’insertion et d’atteindre l’objectif du plein emploi en France.

Enfin, revenons au couple qui percevait 20 000 euros suite à une fraude au RSA. Il s’agit d’un couple du Pas-de-Calais. Ils touchaient cette somme entre 2017 et 2019 et devront donc la rembourser en intégralité. Pour commettre leur méfait, ils ont déclaré qu’ils vivaient séparément alors qu’en réalité ils vivaient ensemble. Or, les lecteurs d’Objeko n’ignorent pas que les prestations sociales sont plus importantes pour les personnes seules que pour les personnes en couple. Aussi, dans un contexte économique difficile, les autorités compétentes sont très attentives aux déclarations des allocataires.