RSA, prime d’activité, AAH : découvrez les nouveaux montants des prestations sociales

Dès le 1er avril, les aides sociales appliquent une hausse d'1,8% de leurs montants. Découvrez tous les détails de cette revalorisation engagée par l'inflation.

©droit travail en france

Les prestations sociales interviennent pour accompagner les personnes aux revenus modestes ou inexistants. Elles permettent à l’Etat de garantir aux allocataires de vivre dans la dignité quelques soient les situations difficiles qu’ils rencontrent. En effet, toute personne fait face à des charges financières importantes. Mais elles ne sont malheureusement pas toutes en mesure de les régler. Les prestations sociales peuvent donc intervenir comme revenu ou comme complément de revenu. Elles prennent en compte plusieurs critères qui comprennent la situation personnelle du foyer. Et les lecteurs d’Objeko savent sans doute que ce 1er avril, ce sont plus d’une dizaine d’aides sociales qui sont revalorisées. Nos confrères du magazine Capital font la lumière sur tous les détails de cette revalorisation.

Le montant des prestations sociales augmente

L’inflation fait des ravages sur le pouvoir d’achat des Français. Et celles et ceux qui y sont sans aucun doute le plus sensible font partie des foyers qui dépendent des prestations sociales. Alors, au 1er avril 2022, ce sont des dizaines d’aides qui vont heureusement voir leurs montant augmenter. Cependant, comme le précisent nos confrères dans les colonnes de Capital, ce ne sera qu’en mai que les allocataires pourront en voir la couleur. Car, concernant le RSA, la prime d’activité, l’aide aux adultes handicapés et tant d’autres prestations sociales, il faudra compter un délai.

De plus, si l’Etat peut estimer se réjouir de voir les prestations sociales augmenter, les allocataires ne seront pas non plus très satisfaits du phénomène. À vrai dire, Objeko ne vous cache pas qu’une telle augmentation est toujours bonne à prendre. Mais si elle est une réponse à l’inflation, et donc qu’elle intervient pour protéger le pouvoir d’achat des Français aux revenus modestes, elle ne sera donc une réponse insuffisante. Car l’inflation ne cesse de grimper. Elle atteint donc 4,5% au 1er avril comme le soulignent les journalistes de RMC. Tandis que les prestations sociales sont revalorisées à hauteur d’1,8%. La hausse des prix est donc plus importante que la hausse du montant des aides.

Par ailleurs, les journalistes de RMC indiquent aussi que le smic sera relevé de 2,5% au mois de mai. Cela devrait encore un peu plus soulager les foyers modestes. Mais ne supprimera pas l’écart entre la revalorisation des versements des prestations sociales ou du salaire minimal et l’inflation. Par ailleurs, encore trop de personnes ignorent si elles peuvent ou non avoir recours aux aides sociales. Ce sont des milliards d’euros qui restent dans les caisses de l’Etat alors qu’ils pourraient aider les foyers aux revenus modestes. Vous pouvez par exemple vous rendre sur le site internet mesdroitssociaux.gouv.fr pour connaître vos droits et faire vos demandes.

Des propositions qui vont dans le sens des Français ?

Le gouvernement d’Emmanuel Macron propose par ailleurs de régler une bonne fois ce problème de non recours aux prestations sociales. Pour cela, la proposition est de créer un pendant identique au prélèvement à la source mais pour mettre en place un versement à la source. De cette façon, toutes les personnes qui ne font pas usage de leurs droits, n’auront même plus à faire de demandes. Une réforme qui sera plus populaire que celle de le retraite.

Enfin, nos confrères du magazine Capital dressent une liste exhaustive de toutes les prestations sociales revalorisées au 1er avril. Par exemple, le RSA augmente factuellement de quelques euros par mois. Il atteint 572,52 euros pour une personne seule et grimpe jusqu’à 1 438 euros environ pour un couple avec trois enfants. Des montants supérieurs à ceux de la prime d’activité notamment. Pour terminer, dans les colonnes de Libération, vous pourrez découvrir que d’autres domaines connaissent des changements à cette date. C’est par exemple la fin de la trêve hivernale.