Sadfishing : découvrez cette nouvelle mode très tendance sur les réseaux sociaux

Il est de moins en moins rare de voir les vedettes des réseaux exprimer leurs émotions négatives en ligne. Une tendance se dessine et elle suscite plus d'engagement de la part des internautes.

© solocal

Le sadfishing a été conceptualisé en 2019. Mais rares sont les internautes qui connaissent la définition de ce phénomène et le fonctionnement de son mécanisme. Pourtant, les internautes ne peuvent pas douter que tous les influenceurs et les influenceuses ne sont pas sincères à 100% sur leurs réseaux sociaux. En effet, ils travaillent à obtenir la confiance des internautes dans le but de mettre en avant des produits de marque contre rémunération. Ce n’est pas franchement la description qui vient en tête lorsque l’on veut définir une relation de confiance, Objeko vous l’accorde.

Alors, dans le but de se montrer sincère, ou dans une toute nouvelle démarche d’influence, les stars des réseaux sociaux prennent le contre-pied des contenus les plus vendeurs. Plutôt que de mettre en avant le caractère idéal et inaccessible de leurs quotidiens, elles évoquent leurs doutes, leurs angoisses et n’hésitent pas à verser quelques larmes. Or, ces contenus sont bien plus suivis et bien plus commentés par les internautes. Et il ne fallait donc pas attendre longtemps pour que le fait de partager son désarroi en ligne devienne une véritable tendance : le sadfishing.

Comme toujours, les personnes les plus jeunes sont les plus influençables sur les réseaux sociaux. Et cette tendance ne risque en effet de ne pas avoir que des conséquences positives sur le long terme. Bien que l’intention puisse avoir été légitime. Oser parler de sa détresse pour briser le mythe de la perfection sur les réseaux sociaux reste important. Faisons le point sur cet étrange phénomène.

Le sadfishing : quand la quête de sincérité se transforme en outil marketing

Les grandes stars des réseaux sociaux sont peut-être condamnées à lancer des modes et à initier des tendances. En effet, même lorsqu’elles vont délibérément à l’encontre des codes des réseaux sociaux, elles cartonnent. L’exemple de Bella Hadid est très explicite sur ce point, comme le soulignent nos confrères chez Midi Libre. La jeune mannequin avait dans l’idée de se montrer sincère et authentique. Elle voulait que ses fans comprennent que sa vie n’était pas parfaite malgré le succès. Que son public puisse se rendre compte qu’aspirer à gagner très confortablement sa vie n’est pas une fin en soi. Que le bonheur est une quête qui peut prendre diverses allures. Pour cela, elle se montrait de façon différente à ses abonnés sur la Toile. Elle se montrait vulnérable, triste et parlait de ses angoisses.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Brut (@brutofficiel)

Un coup de massue pour celles et ceux qui pouvaient croire que la célébrité faisait le bonheur en somme. Ou que les réseaux sociaux peuvent être un reflet sincère de la réalité. En prenant ce contre-pied, Bella Hadid prenait le risque de perdre une partie de ses fans, abonnés à son compte pour rêver à la perfection qu’elle inspire. Mais l’effet a été inverse. Les interactions se sont démultipliées et les internautes ont été particulièrement réceptifs à l’expression de sa peine. Et les lecteurs d’Objeko l’auront compris, ce n’était qu’une question de temps pour que les influenceurs intègrent cette nouvelle tendance dans leurs paramètres marketing.

Aujourd’hui, sur tous les réseaux sociaux, toutes les vedettes osent ponctuellement exprimer leurs désarrois. Et leurs messages sont toujours extrêmement bien reçus par leurs fans. C’est donc cela le sadfishing. Il peut être inconscient ou totalement conscient, un acte de sincérité ou de manipulation.

Faut-il se méfier de tout sur les réseaux sociaux ?

Le monde des influenceurs est un monde régi par des codes que le public ne connaît que partiellement. Il faut notamment garder en tête que si le sadfishing est le pendant négatif d’une forme de libération de la parole sur la Toile. Il faut aussi ne pas oublier que nous sommes forcément influencé par ce que nous voyons sur les réseaux sociaux. Les tendances sont donc particulièrement importantes et à prendre en compte pour les comportements futurs des usagers. En effet, les plus jeunes internautes ne tarderont pas, consciemment ou non, à reproduire ce que font leurs idoles sur la Toile. Et le sadfishing peut être un moyen d’attirer l’attention pour les adolescents en mal de reconnaissance par exemple. Qui sait vers quelles dérives ce phénomène peut alors glisser avec le temps ?

Néanmoins, cette tendance permet aussi de faire ouvrir les yeux aux usagers des réseaux sociaux sur le caractère fabriqué du « bonheur » sur la Toile. Comment savoir ce qui se joue vraiment derrière les sourires d’une photo de famille ou derrière une pose lancinante sur un transat à l’autre bout du monde ? Le sadfishing aura donc aussi eu le mérite de casser le mythe de la perfection que poursuivaient certains internautes. Le bonheur se trouve sans doute dans l’équilibre mais Objeko ne vous apprendra pas les réseaux sociaux ne sont pas les lieux privilégiés de son expression.