Scandale pizzas Buitoni : le père de l’enfant mort dénonce le gouvernement, « Olivier Véran ne fait rien »

Le père est en plein deuil. Dans ce genre de situation, on cherche forcément un coupable. Il culpabilise beaucoup d'avoir acheté ce produit et en même temps il se rend compte que le gouvernement ne fait pas grand-chose pour sanctionner l'industriel...

©AFP

Depuis plusieurs semaines, mois, même des années, les scandales s’enchaînent dans le domaine de l’agroalimentaire. Ainsi, de plus en plus, les consommateurs perdent confiance dans les grandes surfaces d’alimentation. En effet, toutes les familles de produits sont concernées par des rappels de produits en masse dans tout l’hexagone. Alors, à qui peut-on se fier ? Privilégier la productivité au lieu de la qualité a un prix et des conséquences sur la santé des consommateurs. La preuve avec la mort du petit garçon qui a mangé une pizza Buitoni. Mais, est-ce que le gouvernement agit pour qu’un tel drame ne se reproduise pas ? Trois mois après le décès de son fils, le chef de famille, Yohan, pense que les politiques n’ont pas sanctionné assez sévèrement l’entreprise qui appartient au groupe Nestlé. Il le fait savoir !

Cas des pizzas Buitoni : le père de famille pointe du doigt l’inaction d’Olivier Véran

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maria José (@marilan_t)

Pour rappel, le scandale des pizzas Buitoni de la marque Fraîch’UP est arrivé juste avant celui des chocolats Kinder. Ces mets sucrés ont été retirés de la vente au moment des fêtes de Pâques. Pour revenir aux pizzas surgelées, elles étaient infectées par la bactérie E. coli. Au total, il y a eu 56 personnes intoxiquées à la suite de la consommation de ces produits.

Dans le lot, beaucoup d’enfants sont concernés et ont été malades. Notamment Nathan, un petit garçon de 8 ans. La situation va beaucoup plus loin pour lui puisqu’il est malheureusement décédé dans la nuit du 17 au 18 février, soit environ quinze jours après avoir mangé le produit concerné. Que fait le groupe Nestlé dans toute cette affaire ? Et que fait le gouvernement, notamment le ministre de la Santé ? Apparemment, pas grand-chose selon le père de famille…

Le père éprouve une culpabilité immense

Malgré cet évènement traumatisant, le père de l’enfant décédé a bien voulu dire quelques mots aux journalistes de la chaîne RMC. « Au départ, j’ai vraiment eu un sentiment de culpabilité parce que j’ai nourri mon fils, je lui ai donné cette pizza et j’ai eu le sentiment d’assassiner mon fils. Moi, j’ai fait un enfant pour en prendre soin, pas pour qu’il meure à 8 ans. Cela fait depuis le 18 février que mon enfant est parti, tous les jours je trouve la force pour me lever, mais ce n’est pas facile », a expliqué le père de la victime de Buitoni.

Pourquoi le gouvernement n’agit pas suite à l’affaire des pizzas Buitoni ?

Bien sûr, les pizzas surgelées contaminées de Buitoni ont fait l’objet d’un rappel de produits en masse. Ainsi, il est normalement impossible que les clients retombent sur ce produit dans les rayons des supermarchés. Mais, pour le père de Nathan, le deuil ne fait que commencer et il espère une réaction du gouvernement. « Aujourd’hui, on est dans le pays où des enfants meurent parce que des industriels ne respectent pas les règles et on ne fait rien », a-t-il expliqué.

Celui-ci ajoute en mentionnant le ministre de la Santé : « Monsieur Véran ne fait rien. On attend tous qu’il prenne la parole et qu’il arrête de se défiler, que des sanctions soient prises à l’encontre des industriels qui ne respectent pas les règles. Il faut prendre position pour qu’il y ait des actions fortes et que tout cela n’arrive plus ». Par ailleurs, on vous rappelle que le groupe Nestlé a reçu plusieurs plaintes pour « homicides involontaires », « blessures involontaires » et « tromperie sur une marchandise » dans le cadre de l’affaire Buitoni… De plus, une nouvelle plainte vient d’être déposée contre Buitoni sur la gamme Bella Napoli. Celle-ci est aussi infectée à la bactérie E.coli. Ainsi, faut-il vraiment boycotter la marque ? Affaire à suivre !