SMIC : cette nouvelle qui vient de tomber va ravir de nombreux français…

Le Smic est actuellement de 1 269 euros net par mois. Mais le salaire minimum devrait augmenter d’ici peu...

© Maxppp / Vincent Voegtlin

D’après le ministère du Travail, le Smic devrait augmenter 2,4% et 2,6% dès le 1er mai 2022. En effet, nous assistons depuis quelques mois à une forte inflation. Pour y remédier et aider les foyers les plus vulnérables, l’Etat a donc décidé de revoir à la hausse le montant du Smic.

D’après nos collègues de l’AFP, l’Etat devrait indiquer son montant exact à partir du 15 avril. En effet, c’est à ce moment-là que l’Insee va rendre publique son estimation définitive de la hausse des prix en mars.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ouest-France (@ouestfrance)

En janvier, on avait déjà noté une hausse du Smic de 0,9%. Cette augmentation ne représentait rien par rapport à la hausse exceptionnelle d’octobre 2021, à hauteur de 2,2% ! A noter que cette hausse s’expliquait déjà par l’inflation. Si aujourd’hui les bénéficiaires du Smic touchent 1 269 euros net par mois, il devrait augmenter encore le 1er mai pour atteindre une fourchette comprise entre 1 299 et 1 304 euros au 1er mai. Cela représente une augmentation de 30 à 35 euros par mois.

Que dit le Code du travail ?

Mais si l’Etat a décidé de revoir le montant du Smic, c’est parce que la loi l’y oblige. En effet, le Code du travail prévoit que « lorsque l’indice national des prix à la consommation atteint un niveau correspondant à une hausse d’au moins 2% », le salaire minimum est relevé « dans la même proportion » le mois suivant. Or l’Insee a publié ses derniers chiffres sur l’inflation jeudi dernier. Et on peut noter que la hausse des prix dépasse ce seuil en mars par rapport à novembre 2021. Le mois de novembre représentait en effet le mois de référence pour la dernière revalorisation intervenue en janvier.

De plus, Julien Pouget, chef du département de la conjoncture de l’Insee, rappelle que l’indice des prix pour les ménages modestes augmente plus vite que l’indice global « compte tenu de la pondération de l’énergie et de l’alimentation dans sa composition« . Les ménages les moins bien lotis vont ainsi voir le Smic revalorisé, mais pas seulement !

Car plusieurs prestations sociales sont concernées. En moyenne, cela correspond à une hausse de 1,8%, qui s’aligne avec l’inflation, selon le ministère des Solidarités et de la Santé. Ainsi le RSA (revenu de solidarité active) sera concerné. Rappelons que l’Etat verse cette aide à toute personne âgée de plus de 25 ans, sans ressource. Cela permet d’assurer un niveau minimum de revenu. L’Etat revalorise ainsi le RSA à 575,52 euros par mois pour une personne seule sans enfant.

Smic : A l’origine de cette revalorisation : une inflation forte

Quant à la prime d’activité, elle connaitra une hausse de 1,8%. Cette aide entend inciter les travailleurs les plus précaires à reprendre une activité professionnelle. Ainsi, le montant forfaitaire pour une personne seule sera de 563,68 euros par mois.  Enfin, l’Allocation aux adultes handicapés (AAH), les pensions d’invalidité et l’ensemble des prestations familiales verront également une hausse de 1,8%.

Autre coup de pouce très attendu par les Français : la « remise carburant ». Face à la flambée du cours du pétrole, le gouvernement a promis la remise d’au moins 15 centimes à la pompe. Et cette bonne nouvelle entrera en vigueur dès vendredi 1er avril. Mais attention, cette mesure ne doit durer que quatre mois. Pour l’Etat, cela a un coût. Et ça se chiffre à pas moins de trois milliards d’euros en provenance des finances publiques. En France métropolitaine hors Corse, cette remise atteindra jusqu’à 18 centimes par litre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cerfia (@cerfiafrance)

La France n’est pas le seul pays qui dispose d’un salaire minimum comme le Smic. Et c’est au Luxembourg qu’on trouve le salaire minimum européen le plus élevé : il dépasse en effet les 2 200 euros par mois. Le salaire minimum le plus bas se situe par contre en Bulgarie, et atteint difficilement les 330 euros par mois.