Stéphane Bern: “On peut aimer son bourreau aussi…”, ses confidences très poignantes sur son enfance

Lors d’un entretien sur France 3 avec Marc-Olivier Fogiel, Stéphane Bern s’est confié sur son enfance. Notamment, sur les relations compliquées avec sa mère, qu’il surnomme “son bourreau”.

Stéphane Bern : "On peut aimer son bourreau aussi...", ses confidences très poignantes sur son enfance
© Bestimage

Depuis longtemps considéré comme un des plus grands animateurs du paysage audiovisuel français, Stéphane Bern est également un être apprécié pour sa gentillesse et pour sa douceur. Pourtant, la vie n’a pas toujours été douce avec lui. Au point qu’il décrit sa mère comme ” son bourreau “. Dans une interview accordée à Marc-Olivier Fogiel sur France 3, le spécialiste des têtes couronnées revenait sur ce parcours difficile. Objeko se replonge donc avec vous dans cette histoire poignante.

Stéphane Bern : une mère peu démonstrative, voire cassante

Un véritable calvaire

Si Stéphane Bern est aujourd’hui un homme heureux, il conserve néanmoins quelques regrets. Lors de cet entretien accordé à Marc-Olivier Fogiel, il expliquait ainsi avoir toujours dû demander un peu d’attention de la part de sa mère sans pour autant ne jamais l’obtenir. De plus, le jeune garçon devait faire face à une autre difficulté. Puisque jamais, il n’aura pu avouer sa vraie nature à celle qui lui a donné le jour. En effet, sa mère ne pouvait pas envisager que son fils puisse aimer les garçons. Cette idée semblait même la révulser. Dès lors, les relations ont été effectivement très compliquées.

Pourtant, Stéphane Bern ne demandait pas grand-chose. Juste un peu d’attention et d’amour. Malheureusement, sa maman les lui refusera toujours. Totalement ouvert sur le sujet, il décide alors de s’expliquer aujourd’hui sans le moindre tabou. Si bien sûr, l’eau a coulé sous les ponts depuis, certaines cicatrices ne sont cependant toujours pas refermées. Objeko revient donc sur ce témoignage qui ne laisse aucun doute sur les souffrances endurées par le jeune homme de l’époque.

Un rejet perpétuel

Selon Stéphane Bern, rien n’aura donc jamais été à la hauteur de ses espérances. Sa mère semblait effectivement exercer sur lui un véritable chantage affectif. ” Vous faites tout pour mériter l’amour de votre mère. Elle vous dit :‘Tu auras un câlin si tu fais tes devoirs, ceci, cela’ “. D’ailleurs, l’animateur la décrit comme une femme qui ” n’avait d’yeux que pour son autre fils “. Alors que de son côté, Stéphane Bern était délaissé. ” Vous essayez de faire bien, sauf que vous ça réussit moins que votre frère, donc forcément vous n’avez pas de câlins “. En résumé, quels que soient les efforts tentés par le présentateur, rien n’y fait. Sa maman se comporte comme un véritable bloc de glace.

Stéphane Bern se souvient ainsi que lorsqu’il lui demande de l’affection, la réponse est toujours la même. D’ailleurs, il reconnaît qu’il lui aura finalement fallu beaucoup de temps pour découvrir ce sentiment. ” La tendresse, quand vous ne savez pas ce que c’est, cela ne peut pas vous manquer. Je me souviens, j’allais me jeter dans les bras de ma mère, et elle me disait : ‘Oh, écoute Stéphane, pas d’épanchement’. Un comportement très dur à supporter pour un enfant. Stéphane Bern aura donc été forcé de se forger une véritable carapace et apprendre à vivre de la sorte. Mais si la situation était déjà compliquée, elle va pourtant encore un peu plus basculer au moment d’une certaine révélation.

Stéphane Bern: Un coming out impossible

Lors de cette confession, Stéphane Bern avoue effectivement qu’il lui a toujours été inenvisageable d’évoquer le sujet de ses amours avec sa mère. ” C’était impossible d’en parler à ma mère. Elle me disait qu’elle préférait me voir mort plutôt qu’homo…“. En définitive, ils n’auront donc jamais eu cette discussion ensemble et à aucun moment, il ne semble avoir été en mesure d’affronter son regard. ” Ça vous vaccine. C’est une mère tellement castratrice que ça vous la coupe. Une mère tellement puissante, mais qui mangeait ses enfants. Mon frère s’en est sorti. Moi, j’étais trop inféodé à elle. Je voulais tellement qu’elle me regarde, qu’elle me parle, qu’elle m’aime “.

Mais malheureusement pour Stéphane Bern, sa mère n’aura jamais pu lui démontrer son amour. D’ailleurs, en était-elle capable ? Cependant, le célèbre homme de média paraît aujourd’hui lui avoir en quelque sorte pardonné. Il reconnaît aussi qu’il s’agissait d’une femme hors norme et que malgré tout, il l’adorait. Comme l’explique très bien le syndrome de Stockholm, Stéphane Bern affirme effectivement que l’on peut également aimer son bourreau. Il se serait donc installé entre eux une relation amour/haine faite de frustrations, de peurs, mais aussi d’attachement profond. Fort heureusement, bien des années plus tard, Stéphane Bern aura réussi à surmonter ses angoisses et à vaincre ses démons. Il aura ainsi mené le parcours qu’il souhaitait aussi bien sur le plan professionnel que du côté de sa vie privée. Une preuve de plus que dans la vie, rien n’est jamais définitif.


Valerie Hommez

Rédactrice web, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.