Syndrome de Parsonage-Turner : tout savoir sur cet effet secondaire du vaccin Pfizer

Le syndrome de Parsonage-Turner est une maladie rare qui est pourtant citée dans le dernier rapport de l'ANSM, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament, ce 31 mars 2022. Faisons le point sur ce potentiel effet secondaire des vaccins Pfizer.

© par Julien 3000

Parsonage-Turner est un syndrome qui est aussi qualifié de « névralgie amyothrophiante ». À l’instar de plusieurs de nos confrères, chez Midi-Libre, CNews ou encore dans les colonnes du magazine Elle, il est possible de trouver des informations sur cette maladie. Et surtout sur le lien possible entre le syndrome de Parsonage-Turner et le vaccin Pfizer. En effet, il faudra se pencher de près sur ce phénomène avant de crier au scandale. Car si le syndrome est sous surveillance de l’ANSM, les cas restent très rares. Et les détails qui concernent cette maladie sont si particuliers qu’il faudra encore du temps pour affirmer que les vaccins puissent potentiellement la déclencher. Objeko vous propose de faire le point sur ce syndrome et sur les inquiétudes de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.

Le syndrome de Parsonage-Turner apparait dans le rapport de l’ANSM

L’ANSM, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament, publiait son dernier rapport en date du 31 mars 2022. Dans les pages de celui-ci, il était donc question de surveiller de près le syndrome Parsonage-Turner. Et cela en tant que potentiel effet secondaire du vaccin Pfizer. Les effets indésirables des vaccins sont effectivement sous la surveillance accrue des autorités sanitaires. Et pour cause, ce sont des campagnes de vaccination à grande échelle qui étaient nécessaires pour enrayer la pandémie. Sans de telles campagnes, difficile d’imaginer que les hôpitaux auraient pu tenir sous le poids de l’afflux des malades… Néanmoins, Objeko n’est pas là pour commenter les décisions du gouvernement et la stratégie de ce dernier face à la crise sanitaire qui frappait le monde. Il s’agit plutôt de se concentrer sur ce potentiel effet indésirable du vaccin Pfizer, le syndrome de Parsonage-Turner.

Nous allons alors nous demander qu’est-ce que cette maladie ? En quoi consiste ce syndrome ? Quelles sont ses caractéristiques et comment en guérir ? Et enfin, comment savoir si le syndrome de Parsonage-Turner a un lien direct avec le vaccin Pfizer ? Pour commencer, nous allons donc tenter de définir les détours de cette maladie. Ce syndrome, Objeko vous le disait plus haut, est aussi qualifié de névralgie amyotrophiante de l’épaule. C’est une syndrome neurologique rare qui se manifeste par une inflammation des nerfs. La cause reste inconnue quant au déclenchement d’une telle maladie. Mais plusieurs scientifiques soulignent les déterminations psychologiques de la maladie. Indiquant notamment que les personnes qui souffrent du syndrome de Parsonage-Turner sont soumises à une source de stress intense avant de déclencher la maladie.

Ainsi, bien que ce syndrome apparaisse dans le rapport de l’ANSM, ce 31 mars dernier, cette maladie rare n’a pas pour habitude de se déclencher à la suite d’un vaccin. Pourtant, chez 43 patients qui signalent ce problème après leur dose de vaccin, ce sont 25 d’entre eux qui interrogent leurs médecins. Pour les 18 autres, le délais était soit trop long, soit trop court. Le vaccin ne pouvait donc pas être la cause du syndrome de Parsonage-Turner. Sur les 25 cas retenus en revanche, l’ANSM est en alerte et augmente sa vigilance.

Une maladie difficile à vivre et très peu connue

La syndrome de Parsonage-Turner provoque une dégénérescence musculaire. De fait, l’inflation des nerfs et si importante qu’elle irradie dans l’épaule et peut descendre jusqu’en dans les doigts. Toute la partie visée par la maladie devient extrêmement douloureuse. La peau est sensible et irritée, la patient décrit des décharges électriques et des douleurs insupportables. Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, les muscles perdent en force et cela peut accentuer encore les douleurs. Malheureusement, aucun traitement n’existe pour le syndrome si rare du Parsonage-Turner. Les experts estiment que les douleurs disparaissent entre six mois et deux ans. Et que les patients sont susceptibles de connaitre des épisodes de récidive. Lorsque cela est possible pour les malades, des séances de rééducation sont prescrites. Elles permettent de mobiliser les muscles pour qu’ils ne perdent pas l’usage de leur bras.

Enfin, dans la majorité des cas, ce sont des hommes d’une quarantaine d’années qui sont les victimes du syndrome de Parsonage-Turner. Mais Objeko ne vous surprendra pas en vous disant qu’ils ne sont pas les seuls à pouvoir déclarer une telle maladie. Et quant à savoir si le vaccin est réellement responsable de ces 25 cas, sur 109 511 000 injections, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament s’intéresse de très près au phénomène et ne manquera pas d’informer le gouvernement et le public.