Tatiana Silva, victime d’attitudes sexistes : ses confidences poignantes….

Si vous êtes estomaqué par la beauté de Tatiana Silva, vous n’êtes pas le seul. A vrai dire, c’est en grande partie grâce à cette beauté que la carrière de l’animatrice a pu se lancer puisqu’elle a porté, pendant un an, l’écharpe de Miss Belgique. Et si cette année de règne lui rappelle de nombreux beaux souvenirs, certains sont bien plus douloureux.

© Photo News / Panoramic / Starface

Une année magnifique, ponctuée de moments traumatisants 

Tatiana Silva est connue des téléspectateurs français depuis le mois de mars 2017. Elle a la lourde tâche de remplacer Catherine Laborde, inoubliable présentatrice météo qui est partie à la retraite en laissant derrière elle des millions de téléspectateurs nostalgiques. Mais le professionnalisme de Tatiana a payé et elle a réussi à s’imposer. Pour preuve, elle participe la même année à Danse avec les stars, et termine troisième du concours. Sa popularité n’est donc plus à prouver. 

Mais la belle animatrice n’a pas commencé sa carrière en 2017. C’est en 2005 qu’elle se fait connaître en remportant le concours de Miss Belgique. A l’instar de ses consoeurs française comme Delphine Wespiser ou Iris Mittenaere, elle profite de la notoriété acquise grâce à la cérémonie pour lancer sa carrière en télévision. 

De son année de Miss France, elle garde en tête le bon, comme le mauvais. Elle a accepté d’en parler à Télé Loisirs, à l’occasion d’une interview :  « C’était une magnifique année car j’ai voyagé, j’étais invitée à des réceptions, une vie de princesse. Et arrivé minuit, le carrosse se transformait et le matin il fallait payer ses factures, payer son loyer, etc… Cela a été une année particulière pour moi« .

Rester professionnelle malgré les avances et comportement déplacés

Mais surtout, Tatiana Silva se rappelle de tous ces moments où elle s’est sentie comme une sorte de trophée. Comme si les hommes avaient le droit, parce qu’elle est Miss, de lui faire des avances, de la toucher, de la draguer. Évidemment, elle en garde un souvenir douloureux. 

« La drague, les avances, ce sont des choses que j’ai connues mais cela faisait tellement partie de la normale… J’en suis pas sortie traumatisée« . Elle reconnaît, comme bien d’autres, les bienfaits de Me Too. La langue des femmes a enfin pu se délier alors que, pendant des années, les attitudes sexistes, le harcèlement et les agressions étaient des maladies insidieuses dont tout le monde connaissait l’existence, sans pour autant rechercher un traitement. « Me too a révélé des attitudes sexistes ou des remarques sur le physique ». Elle donne à ce titre un exemple frappant qui montre bien la manière dont certains hommes l’ont traité pendant son année de règne. Elle se rappelle en effet d’une séance photo durant laquelle un homme qu’elle ne cite pas a une attitude qui l’a très justement choqué et dérangé :

« Il a mis sa main dans le bas du dos, au niveau de la naissance des fesses. J’ai dû remettre sa main plus haut et j’étais mal à l’aise car sa femme était de l’autre côté.Vous êtes magnifique, j’adorerais dîner avec vous' », lui a lancé l’homme. « J’ai alors dit : ‘Pour votre femme c’est pas très sympa Monsieur’. C’est ce moment où vous devez presque vous excuser d’être là, pour ne pas mettre mal à l’aise madame puisque le propos de monsieur est complètement déplacé. On jongle avec ça. C’est un travail d’équilibriste ». 

Tatiana Silva se confie sur la mort de sa mère 

Si elle a pu se sortir de tout cela, c’est que Tatiana Silva a eu l’obligation de grandir en se montrant forte, elle qui a perdu sa mère quand elle n’était encore qu’une adolescente. Cette dernière a été emportée par un cancer. Pour le podcast Femmes de télé, elle a accepté de revenir sur son état d’esprit au moment de la disparition de sa mère : 

« On a une convalescence quand on a eu une opération, quand on est malade, quand on accouche (heureusement d’ailleurs). On n’a pas de convalescence quand on a un gros choc émotionnel. La vie a continué à tourner et je pense que, paradoxalement, même si j’aurais voulu avoir du temps, ça m’a permis aussi de ne pas m’éterniser sur cette douleur ». 

Aujourd’hui, elle se sert de ses épreuves pour avancer, pour dénoncer, pour conseiller. Elle peut être fière de la belle carrière quand elle regarde par-dessus son épaule pour se remémorer le passé, et entrevoir un avenir dans lequel cette carrière peut encore se développer.