« Télématin » a soudainement disparu de l’antenne, y a-t-il un lien avec la suppression de la redevance télé ?

Cette mesure du gouvernement ne plaît guère aux syndicats de l'audiovisuel. Est-ce pour exprimer leur mécontentement qu'ils ont interrompu les programmes des chaînes publiques ?

© FTV / Nathalie Guyon

Vous en avez sûrement entendu parler, Emmanuel Macron souhaite supprimer la redevance télé. Le projet de loi qui renferme cette mesure est sur le point d’être voté et il ne plaît pas du tout aux syndicats de l’audiovisuel. Mardi 28 juin, les téléspectateurs de France 2 ont été très surpris de voir leur émission favorite disparaître de l’écran. En effet, « Télématin » a été brutalement coupé, s’agit-il d’une grève ? Objeko vous explique tout en détails dans cet article.

Thomas Sotto et Julia Vignali ont donc disparu de l’antenne à la grande surprise des téléspectateurs de France 2. Mais les auditeurs de France Radio ont également été étonnés de ne pas pouvoir écouter leurs programmes habituels. En effet, mardi 28 juin était une journée de grève. Mais que revendiquaient les syndicats ?

La suppression de la redevance télé déclenche la colère de l’audiovisuel

Plusieurs candidats à la présidentielle le souhaitaient, Emmanuel Macron s’apprête à supprimer la redevance télé, ce fameux impôt que nous aimerions voir disparaître depuis bien longtemps. Cette mesure devrait entrer en vigueur dès l’automne. Si elle fait le bonheur des contribuables, cette suppression pourrait bien affecter France Télévisions ainsi que les chaînes de radio publiques.

La suppression de la redevance de l’audiovisuel public représente une véritable menace pour ces deux institutions. Conscientes de cette menace, Les chaînes de télé du service public ainsi que les antennes de radio France se sont mises en grève mardi 28 juin. Ainsi, les auditeurs n’entendaient que de la musique sur toutes les stations de radio France. Et sur France 2, les téléspectateurs ont eu droit à des rediffusions d’extraits de « Télématin ». Les passages choisis provenaient d’émissions récentes puisque Thomas Sotto et Julia Vignali étaient aux commandes. Quant aux chaînes d’informations France info et France 24, elles ont annoncé leur mécontentement en diffusant des bandeaux.

Derrière ce mouvement de grève : l’intersyndicale CGT-CFDT-FO-SNJ-SUD-UNSA-CGC-CFTC. Selon elle, si la redevance télé est supprimée, l’indépendance économique et politique des antennes est menacée. Rappelons que cette taxe concerne uniquement les contribuables qui confirment disposer d’un téléviseur à leur domicile. En métropole, ils doivent s’acquitter d’une somme de 138 euros. Elle s’élève à 88 euros en Outre-Mer. L’intersyndicale ajoute que si le budget de l’audiovisuel public est décidé par le gouvernement et soumis aux aléas du vote des lois de finances annuelles, l’information et la diversité culturelle seront mises en péril.

Les chaînes de télé et de radio publiques se mobilisent pour obtenir la suppression de cette mesure

L’objectif de la suppression de la redevance télé : améliorer le pouvoir d’achat des français. Mais pour l’État, cette mesure représente un manque à gagner d’environ 3 milliards d’euros. Elle influera également sur le budget des antennes de Radio France et des chaînes de télé publiques. Sans compter que depuis janvier 2009, celles-ci ne peuvent déjà plus diffuser de publicités commerciales entre 20 h et 6 h. Et depuis le 1er janvier 2018, les pubs sont également proscrites pendant les programmes télé dédiés aux enfants âgées de moins de 12 ans.

Pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de cette mesure qui s’apprête à faire le bonheur de millions de contribuables, l’intersyndicale CGT-CFDT-FO-SNJ-SUD-UNSA-CGC-CFTC a organisé une manifestation mardi 28 juin à Montparnasse. Le cortège est parti de la place du 18 juin 1940 et a marché jusqu’à l’Assemblée Nationale. Les syndicats revendiquaient « un financement adéquat, dynamique, progressif et durable avec une ressource affectée ». L’objectif étant, selon eux, de permettre à l’audiovisuel public de remplir ses missions. À savoir l’éducation, l’information et la distraction.

La redevance télé remplacée par un budget pluriannuel

Emmanuel Macron souhaite supprimer la redevance télé pour la remplacer par un budget pluriannuel. Il a fait part de ce projet pendant sa campagne présidentielle. Début mai, le président de la république a annoncé cette suppression pour 2022. Elle deviendra officielle si le Parlement adopte le fameux projet de loi pour le pouvoir d’achat. Présenté début juillet, celui-ci intègrera la suppression de cet impôt.

Du point de vue des nombreux syndicats ayant participé à cette manifestation, ce projet met en danger l’avenir du service public audiovisuel. Ils mettent en avant le fait que ces 138 euros versés par plus de 20 millions de contribuables représentent 38 centimes d’euros par jour. Ainsi, les syndicats redoutent une réduction des programmes et des effectifs. Patience, nous saurons très bientôt si cette taxe est maintenue ou non.