The Voice : le père crooner et son fils rappeur aux auditions à l’aveugle, mais pas en duo !

Les toulousains Fabien et Ugo ont participé à l'émission de TF1 en espérant faire craquer les jurés avec leur voix. Mais fait nouveau, il s'agit d'un père et de son fils qui ont décidé de ne pas participer ensemble, mais séparément, en prenant le risque de potentiellement s'affronter un jour.

© NBC

Une première mondiale pour The Voice France 

Fabien, le crooner, et Ugo, le rappeur, ont plus que leur passion pour le chant en commun. Les deux candidats de The Voice ont en effet un lien familial fort puisqu’ils sont père et fils. Et pour la toute première fois dans l’émission (tous pays confondus), ce n’est pas ensemble qu’il tente l’aventure, mais séparément. C’est Pascale, l’épouse de Fabien qui décide d’inscrire les deux hommes de sa vie. Son mari est un jeune retraité du Ballet du Capitole de Toulouse. Il raconte comment les inscriptions se sont déroulés

« Elle nous a inscrits tous les deux dans notre dos. Un jour, elle m’a tendu le téléphone, c’était la production de l’émission pour le casting. Elle a fait le même coup à Ugo quinze jours après ». Grand bien semble avoir pris Pascale puisque le profil d’Ugo et de son père ont intéressé la production. C’est un gros coup de pression pour le jeune rappeur, d’autant plus que son père monte sur scène juste avant lui. « Pas évident pour la concentration » reconnaît-il volontiers. 

Ugo assiste au succès de son père 

Avant son passage, le lycéen de dix-sept ans a donc pu célébrer avec Nikos Aliagas la réussite de son père à cette première épreuve des sélections à l’aveugle. Florent Pagny et Marc Lavoine se retournent, et c’est finalement le second que souhaite rejoindre Fabien. Un choix qui n’a pas spécialement été réfléchi en amont, même si Fabien confie avoir aimé, en tant que téléspectateurs, les remarques de Marc Lavoine, comme il l’explique à Télé Star : 

« Pour être honnête, je n’ai pas trop regardé The Voice ces dernières années. Trouvant certaines épreuves – notamment les Battles – parfois cruelles, j’avais du mal à visionner cette émission. Mais avec la crise sanitaire, j’ai eu beaucoup moins de travail. Les samedis soirs, j’étais donc à la maison et toute la famille regardait. J’ai trouvé que Marc Lavoine avait à chaque fois un discours très juste, qu’il était à l’écoute. C’est pour cela que je suis allé vers lui. Je suis bien plus fan de la musique de Florent Pagny mais la personnalité de Marc Lavoine m’a davantage attiré« . 

Le coeur de Fabien explose : son fils n’est pas retenu 

Après ce joli succès, c’est au tour d’Ugo de montrer l’étendu de son talent sur scène. Le jeune homme se lance alors, mais aucun coach ne se retourne. Un moment dont se rappelle très bien Fabien : « Je suis son papa donc quand j’ai vu qu’aucun coach ne se retournait, mon coeur a explosé. Ma première pensée a été de vouloir lui laisser ma place. Je savais qu’après, on allait se retrouver tous les deux et que ce serait très difficile. Le chant, c’est sa vie. Il est né dedans. Il est sur scène avec nous depuis l’âge de 8-9 ans« . 

Fabien s’en rappelle mieux que son fils, lui qui dit n’avoir « plus aucun souvenir » de sa prestation : « J’ai comme un trou noir, même si ça revient petit à petit. Comme si j’étais devenu amnésique de ce court instant« , explique le lycéen à Télé Star. Sur scène, il a interprété Comme une bouteille à la mer de Soprano. Quand sa chanson se termine et qu’il réalise qu’aucun coach ne s’est retourné, c’est un coup dur : « C’était compliqué. Je n’arrivais plus à parler. J’étais tétanisé« . 

Le choix de la chanson semble lui avoir porté préjudice puisque Florent Pagny explique qu’il aurait préféré entendre Ugo chanter (et non rapper) tandis qu’Amel Bent estime que ce tube de Soprana n’est pas fait pour lui. « C’est une chanson qui me correspondait et qui me correspond toujours, vraiment » estime pourtant Ugo. 

Le jeune chanteur n’a en tout cas pas dit son dernier mot. Il va bien sûr soutenir son père, en espérant que ce dernier aille loin, jusqu’à la finale. Et un jour, il compte bien voir un coach se retourner sur la scène de The Voice :  « Je suis prêt à me relancer mais peut-être dans un ou deux ans !« . C’est tout le mal qu’on lui souhaite, évidemment.