Thierry Beccaro se confie sur ce jour où toute sa vie a été chamboulée…

Derrière son lumineux sourire, Thierry Beccaro cache une terrible blessure. Pendant des années, il a appris à vivre avec et à ne jamais en parler. Or, soudain, il est pris au piège. C'est maintenant...ou jamais ! Objeko vous dit !

© Avenet Pascal/ABACA

Pendant des décennies, Thierry Beccaro s’amuse dans Motus. Quand il aborde son parcours, on a tellement de peine pour lui. On vous dit tout !

Thierry Beccaro au bord du malaise !

Il y a quatre ans, Thierry Beccaro brise le silence. En se livrant totalement dans un livre, on découvre les zones d’ombre de l’animateur mythique de France 2. Derrière son magnifique sourire et ses yeux pétillants, il dissimule une terrible douleur. Inconssable, il enchaine les tournages comme pour éviter de penser à tout ça. On le sait aujourd’hui, ses disputes fracassantes avec son géniteur l’ont traumatisé jusqu’au plus profond de son âme. Fort heureusement pour lui, il a fait de belles rencontres qui l’ont propulsé au sommet.

Après trois décennies de bons et loyaux services à Motus, il tire sa révérence à la rentrée 2019. Que ses admirateurs se rassurent, il sera toujours là pour eux. Et la réciproque est vraie ! La boucle est-elle bouclée ? Pas tout à fait. Avant de la refermer, il tient à nous raconter cet épisode glaçant !

Thierry Becarro face aux démons de son passé

Dans son second livre, le ton de Thierry Beccaro est beaucoup plus apaisé. Comme quoi, après des années de psychanalyse et de conférences dont il est l’instigateur, il a réussi à se frayer un chemin. Pour preuve, grâce à l’ensemble des mots employés dans Ma résilience à moi, on découvre une facette de lui que l’on ne susponnait même pas. Interrogé sur de nombreux sujets dans le podcast Parents d’abord de nos amis de Télé-Loisirs, il va faire une seconde révélation fracassante. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas son premier jour à la télévision qui a changé le cours de sa vie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par EmmanuelleLannes (@emmanuellelan)

Thierry Beccaro a trois enfants, Pauline, Clara et Luca. Dix-sept ans séparent l’ainée et le cadet. Pour autant, lorsque son ex-femme, Emmanuelle lui a dit qu’elle attendait un heureux événement, il n’en croyait pas ses oreilles. Bouleversé, la peur est aussi présente que la joie. Tout se mélange dans son esprit tourmenté. Toujours sur un fil à cause de son passé, il se demandait alors comment y aller pouvoir gérer cette responsabilité. Ce n’est pas rien d’élever un enfant, surtout quand les valeurs transmises sont empreintes de larmes et de colère. Et oui, à l’époque, il avait encore de nombreux flashs v**lents de son propre géniteur qui handicapent le moindre de ses gestes.

Thierry Beccaro prend une décision lourde de conséquences

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Thierry Beccaro (@thierry_becarro)


Thierry Becarro n’y va pas avec le dos de la cuillère. Cette première grossesse « a été un tsunami, vraiment, comme si la terre s’ouvrait sous mes pieds. » Fragile, les clichés s’enchainent dans son esprit. « Je pensais qu’avoir un enfant, c’était forcément reproduire ce que j’avais vécu. » Un paradoxe s’installe dans son cœur. Conscient qu’il approche de sa trentième bougie, il est lucide. Il a encore des progrès à faire sur son état général. Ce « grand garçon dévasté » par de multiples épisodes traumatiques devra coûte que coûte  » continuer à faire bonne figure« . Mis à part sa sœur qui était témoin, personne ne connaissait de son calvaire. Pourquoi avoir dissimulé à sa propre épouse, la mère de ses enfants ces secrets qui ne pleurent qu’à l’intérieur ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Farid Dms Debah (@fariddmsdebah)

Ému, Thierry Becarro nomme enfin cette peur qui vivait en lui et qu’il n’arrivait pas à extérioriser. « Être un papa qui allait battre ses enfants. » Il supplie la cigogne de lui offrir une fille. Aussi déroutant que cela puisse paraître, son père ne s’en soit jamais pris à sa cadette. Dans son esprit, avoir une princesse, c’est avant de la « douceur« . Raison de plus pour ne pas sombrer la tête la première. Presque quarante ans après les faits, le constat est clair. « Je n’ai jamais levé la main sur mes enfants. » Soucieux de partager son expérience, et la manière avec laquelle il a tiré un trait sur ses angoisses, il témoigne auprès de gens dans la même situation. Cette fois, il en a vraiment fini avec tout ça ! Le passé peut attendre, la vie, elle commence maintenant !

Merci à nos confrères de Télé-Loisirs