Top chef : le budget des candidats pour l’épreuve de la guerre des restos enfin révélé

Mercredi 30 mars, les derniers candidats se déclarent “la guerre des restos”. Et pour changer la déco, les accessoires mais aussi les produits alimentaires, plantes, les cuisiniers ont une limite budgétaire à ne pas franchir !

© RTL

Place à la guerre des restos ! Sur M6, à compter du 30 mars, les candidats de Top Chef s’affrontent dans cette étape très particulière. Et c’est François-Régis Gaudry, grand critique culinaire français, qui jugera les cuisiniers. Lucie, Louise, Arnaud, Lilian, Pascal, Mickaël, Wilfried, Thibaut et Sébastien ont constitué leurs équipes !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Top Chef (@topchefm6)

Car dès qu’ils ont découvert les restaurants, les candidats ont fait part de leur déception. Ils ont trouvé en effet les établissements trop petits ou pas assez vendeurs. Pour rappel, c’est la production de l’émission Top Chef qui se charge de trouver ces restaurants.

Les candidats se montrent très critiques au sujet des restaurants

Mais ces critiques n’ont pas plu aux internautes qui ont jugé leurs points de vue déplacés. Quoi qu’il en soit, chaque équipe doit respecter un budget bien défini. Et pas question de dépenser plus ! Avec cette somme limitée, ils doivent se débrouiller pour donner une touche personnelle au lieu et les redécorer.

Lors d’un entretien avec nos confrères de Télé-Loisirs, le producteur de Top Chef, Romuald Graveleau a fait des révélations sur le montant alloué à chaque équipe. « Il y a un budget à respecter. Ils ont en tout à peu près 2000 euros pour la location des meubles, l’achat des produits alimentaires, des accessoires et des plantes. », a ainsi confié le producteur. 

Et de préciser que la production a tout prévu de A à Z jusque dans les moindres détails. « Chaque équipe est accompagnée d’un journaliste et d’une personne de la production lorsqu’ils vont faire les courses. Ils récupèrent les factures et tout est comptabilisé, on les tient régulièrement informés sur le budget restant. Ils ont tous le même temps pour faire leurs courses. », explique en effet Romuald Graveleau.

Les journalistes de Télé-Loisirs ont ensuite voulu en savoir plus sur les critiques des candidats à l’égard des établissements. Le directeur de programmes n’a pas caché qu’il était difficile de trouver des établissements adéquats pour l’épreuve. « La recherche est assez compliquée. Deux personnes débutent la recherche en fin mai / début juin. Ils cherchent partout en Île-de-France. Et ils arpentent les villes, ils passent des coups de téléphone, ils se rapprochent des mairies, des associations de commerçants pour savoir s’il n’y pas dans la même rue, ou dans des rues environnantes, des restaurants qui seraient intéressés. Ils font ensuite des repérages », a-t-il en effet confié.

Top chef : Une contrainte de taille !

Mais il existe également une difficulté de taille ! « Il y a une contrainte géographique : les trois restaurants doivent être dans la même rue ou très proches. En plus, on essaie d’avoir trois restaurants avec des typologies différentes.”, avance ainsi le producteur. Quant aux restaurateurs, ils perçoivent un dédommagement. “Surtout si la déco ne leur plaît pas, on s’engage à tout remettre en neutre, à repeindre en blanc. Une équipe de peintre intervient et on remet neutre. Pour que ce soit propre.”, précise ainsi Romuald Graveleau.

Autre détail important pour ne pas faire exploser le budget : bien sûr, on loue les meubles. “Comme les restaurants ne durent que 24 heures, on ne va pas acheter. En général, les candidats arrivent à négocier sur la location des meubles. Tout le reste, c’est de l’achat !”, poursuit-il en effet.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Top Chef (@topchefm6)

Top chef: Et heureusement pour les candidats, une équipe de décorateurs professionnelle vient leur prêter main forte. “Les candidats ne font pas toute la déco de A à Z, ils ont une équipe de décorateurs avec eux, notamment pour tout ce qui est technique à faire : des coffrages par exemple. Pendant leur brainstorm, ils ont accès pendant 30 minutes à un décorateur et pendant 30 minutes supplémentaires à un graphiste. Le décorateur n’est pas là pour donner son avis : il est là pour prendre les envies des candidats et dire si c’est possible.”, conclut ainsi Romuald Graveleau dans les colonnes de  Télé-Loisirs.