TPMP : Martin Blachier victime d’intimidations et d’agressions, le médecin au plus mal !

Trop c’est trop ! Si Martin Blachier avait l'habitude des critiques virulentes sur internet, cette fois-ci, il semble vraiment en danger.

© C8

TPMP: Depuis que la planète tourne à l’heure du COvid-19, ils sont en première ligne sur l’info. Épidémiologistes, infectiologues et médecins : depuis mars 2020, leur surmédiatisation en a fait des stars. Mais également des cibles de choix sur les réseaux sociaux. Ils ne sont pas là pour faire de la politique. Mais ils donnent leur point de vue d’experts, en toute transparence. Et cela suffit à déchaîner les haters du net. Pourtant, n’oublions pas que dans une démocratique, le débat est salutaire. Et que seules les réactions violentes et intolérantes sont scandaleuses.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par #TPMP (@tpmptv)

Récemment, Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine de Paris, en a fait les frais. Celle dont le métier est de sauver des vies a été menacée de mort ! En effet, des internautes lui ont simplement reproché de s’opposer aux points de vue de Didier Raoult. Prise à partie très sérieusement, Karine Lacombe a dû fermer son compte Twitter.

Et l’épidémiologiste Martin Blachier n’en est pas moins épargné. Le principal intéressé prend souvent la parole dans les médias. Ainsi, le jeudi 26 août, il a partagé son avis sur LCI à propos d’un vaccin. A l’heure actuelle, de nombreux médecins français recommandent en effet d’opter pour cette solution.

TPMP: Les supporters de Didier Raoult menacent de mort une cheffe de service des maladies infectieuses

Ce n’est pourtant pas ce qu’il pense. « L’avis de la Haute Autorité de Santé est très transparent. (…) On fait du principe de précaution. On décide qu’on va mettre en place cette troisième dose sans savoir si elle est exactement vraiment nécessaire et sans avoir les justifications soient très claires. Donc, effectivement, il y a une espèce de flou.”  Martin Blachier ne fait donc qu’avertir sur le fait que le gouvernement irait peut-être trop vite sur cette décision en France.

L’épidémiologiste pointe d’ailleurs un manque de chiffres sur la question. Il mentionne à juste titre que certains pays attendraient plus d’éléments avant de se décider. “Sur cette 3e dose, on est dans un flou artistique (…) Je trouve qu’on va très vite vers cette 3e dose sans avoir la preuve irréfutable que cela soit strictement nécessaire », renchérit-il ainsi devant nos confrères de LCI.

SI Martin Blachier reproche ici au gouvernement de se précipiter sur le 3eme vaccin, ça ne l’empêche pas également de souligner ce qu’Emmanuel Macron fait de bien. En l’occurrence, il souligne sa bonne gestion de la crise sanitaire ces derniers mois. “L’intervention d’Emmanuel Macron mi-juillet (…) a sauvé des dizaines de milliers de vies. Aujourd’hui, la rentrée est ce qu’elle est parce qu’il a pris la parole mi-juillet », s’est en effet réjoui Martin Blachier. Sans l’allocution du président de la République le 12 juillet dernier, “nous serions aujourd’hui dans une situation très difficile, pire que lors de la première vague”, ajoute le médecin.

« Il est lui-même au cœur d’intimidations très sérieuses, d’agressions physiques« 

Passionné par son métier, il n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat. Et de poser les questions qui fâchent. « La question est qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Maintenant qu’on a 15 % de gens qui ne sont pas vaccinés ? »,devant les caméras. Et de proposer deux options : « Soit on oblige, c’est-à-dire qu’on décide que tout le monde doit se vacciner dans la population adulte. Soit on lâche prise, et à ce moment on considère que les 15 % de personnes qui n’ont pas eu leur vaccin ne se vaccineront pas. » Pour obliger, il prône une  « sanction financière » aux non-vaccinés. D’après lui, « mettre une amende va encore plus pousser la vaccination. »

Alors que Martin Blachier devait parler de ces sujets sur le plateau de TPMP vendredi 10 septembre, son invitation a tourné court à la dernière minute. « Il est lui-même au cœur d’intimidations très sérieuses, d’agressions physiques parfois, a ainsi expliqué Cyril Hanouna. C’est assez compliqué pour lui et il a préféré décliner l’invitation par peur des répercussions ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par #TPMP (@tpmptv)

Et d’ajouter : « Il ne souhaite pas prendre de risques et on le comprend », a poursuivi Cyril Hanouna, visiblement prêt à soutenir son invité jusqu’au bout : « On lui souhaite bon courage, mais je vous le dis, il se sent extrêmement affecté par ce qui se passe actuellement autour de lui ». Il est impensable qu’on s’en prenne de façon si lâche à une personne comme lui. Souhaitons-lui bon courage !