TPMP : un chroniqueur dans des boites de nuit clandestines ? Révélations fracassantes

Certains ont plus de mal que d'autres à ne pas profiter de leurs libertés. Alors, quand une soirée clandestine est organisée, il n'hésite pas à braver les règles. Objeko vous dévoile la dernière polémique en date.

© C8

Cette semaine, Cyril Hanouna a dévoilé un gros dossier dans TPMP. En effet, une polémique de taille a explosé. L’invité, Hatem, a trouvé une nouvelle profession depuis la crise de la Covid-19… En effet, c’est un organisateur de soirées clandestines. Son affaire a énervé plus d’un chroniqueur sur le plateau, mais un seul avoue avoir déjà participé à ce genre d’évènements... On vous dévoile qui est le hors-la-loi de cette émission ! À votre avis ?

TPMP : un chroniqueur hors-la-loi ?

Depuis l’arrivée de la Covid-19 dans nos vies, toutes nos habitudes ont été modifiées depuis deux ans déjà. En effet, nos libertés ont complètement été malmenées. Actuellement, il est encore impossible d’aller en boîte de nuit. Alors, c’est l’enfer pour les directeurs de discothèques qui gardent leurs portes fermées. Ils attendent impatiemment que le gouvernement soulève les règles mises en place début janvier. Mais, certains hommes d’affaires ont décidé de ne pas attendre ! Ils détournent les restrictions liberticides en organisant quand même des soirées, mais de manière illégale. Ce mercredi 26 janvier, Cyril Hanouna recevait l’un de ces gérants sur le plateau de TPMP qui se nomme Hatem. En plus, une jeune journaliste était aussi présente et avait infiltré l’une de ces soirées. Les deux invités ont partagé leur point de vue sur leur situation et expérience.

TPMP : qui contourne les règles du gouvernement ?

La journaliste a tout expliqué de A à Z. Comment elle avait trouvé le filon et comment elle était rentrée dans la soirée clandestine. Apparemment, tout le monde ne peut pas se permettre d’aller dans ce genre d’évènement. En effet, le coût d’une soirée est assez onéreux. Alors, l’animateur de TPMP a voulu savoir si la jeune femme avait croisé des personnes connues des médias. Voici sa réponse : « Il y avait des jeunes, j’ai croisé des stars de la télé-réalité, j’ai croisé un jeune qui est engagé en politique. Je ne peux pas vous en dire plus » a-t-elle dévoilé.

Sur le plateau de TPMP, la majorité des chroniqueurs ne sont pas du tout d’accord avec ce genre d’attitude. À l’exception d’une personne qui a eu le courage de déclarer qu’elle n’allait pas dans leur sens. Le débat était tendu sur le plateau de TPMP comme vous pouvez l’imaginer. Guillaume Genton a avoué qu’il s’était déjà rendu dans ce genre de fêtes : « Oui j’y suis déjà allé, je n’y vais pas souvent, mais j’y suis déjà allé« . Est-ce que cela fait de lui un hors-la-loi ?

Des débats plus qu’animés sur le plateau

Depuis le début de cette crise sanitaire, Guillaume Genton fait partie des personnes qui se sont vaccinées par contraintes et non par conviction. En effet, il n’avait pas le choix de passer par la case vaccination pour pouvoir continuer à travailler, voyager et avoir une vie sociale. Mais, il n’adhère en aucun cas à la gestion de cette crise qui selon lui est plus politique que sanitaire. Ces dernières semaines, il se retrouvait souvent en opposition avec sa collègue Géraldine Maillet, qui elle, se range plutôt du côté des provax. Voici ses propos : « Je ne comprends même pas pourquoi on parle de scandale ».

Le chroniqueur de TPMP ajoute : « On est en train de traiter comme des criminels des gens qui font des choses qui étaient totalement légales il y a deux mois et qui le seront dans vingt jours, je ne vois pas le sens. » En plus de Géraldine Maillet, il doit aussi se justifier face à Matthieu Delormeau qui est en phase avec la vaccination totale et aussi le pass vaccinal. Guillaume Genton s’énerve de plus en plus dans l’émission quand on touche à ce sujet délicat.

Il n’hésite pas à sortir les griffes : « La police là, c’est bon, c’est insupportable l’interrogatoire du commissaire Delormeau. Au lieu de dire bêtement qu’il faut respecter la loi, pose-toi les bonnes questions. Pourquoi les gens vont là-bas ? Parce qu’ils n’ont plus peur du covid et qu’ils en ont ras le bol des restrictions qui ne servent à rien et qui excluent les gens socialement, c’est tout. »

Des gens très connus se rendent dans ces fêtes

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par C8 (@c8lachaine)

L’organisation de soirée clandestine, Hatem, a expliqué sur le plateau de TPMP que beaucoup de personnalités connues en profitent. En effet, en gardant l’anonymat des personnes, il a avoué que « des humoristes, des gens de la télé-réalité et un député » avaient déjà participé à ce genre de grandes fêtes.

Par exemple, en mai 2021, une polémique de ce type avait éclaté au grand jour. Des photos ont été prises pendant des repas clandestins et ont été diffusées sur les réseaux sociaux. C’est Pierre-Jean Chalençon qui était à l’origine de cette soirée. Nous ne sommes pas étonnés au vu de la réputation du personnage. Celui-ci avait exprimé sa déprime face à cette situation : « Le palais Vivienne est beau, on peut y mettre des lumières, on peut s’amuser. […] Ça fait 15 mois qu’on ne peut plus rien faire, moi je n’ai pas eu un euro d’aide ! Je fais ce que je veux, je suis encore en France, je suis un citoyen normal. »

Pour rappel, la moyenne d’âge des décès en raison de la Covid-19 est aux alentours de 80 ans. Est-ce que ces personnes sont concernées par les soirées en discothèques ? À méditer…