« Un acheté, un offert » : bientôt le retour des prix cassés sur l’alimentation ? La raison dévoilée

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire vient de faire une proposition qui pourrait en intéresser plus d’un !

© iStock

Lundi 4 juillet, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a dévoilé une proposition choc sur France Inter. Il propose en effet que les promotions alimentaires puissent atteindre 50% de remise. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. On vous explique tout !

L’inflation vient de battre un nouveau record en juin. Elle se hisse en effet à 5,8% sur un an, d’après une première estimation provisoire annoncée par l’Insee. Cette hausse générale des prix à la consommation ne va pas s’arrêter de si tôt. C’est pourquoi Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, souhaite revenir sur la loi Egalim. Cette dernière limite actuellement à -34% les promotions sur les denrées alimentaires

L’inflation continue en effet de grignoter des parts du budget des Français. Dans ce contexte, difficile d’envisager des achats “loisir”. Les foyers les plus modestes se contentent en effet de joindre les deux bouts pour les achats nécessaires.

Prix: La fin de la loi Egalim ?

Pâtes, pain, café… En raison de la flambée du cours des matières premières et du transport, les prix de nombreux produits ont augmenté ces dernières semaines. Et pas de chance : tout indique que cela va durer pendant toute l’année 2022. Forcément, le passage en caisse au supermarché se fait sentir !

Les produits du quotidien affichent en effet des prix corsés : +62,2 % pour le café, +14,6% pour le blé, +29,5% pour le sucre ou encore +49,6% pour la pâte à papier, comme l’indiquent nos confrères de Ouest France. En plus du prix du transport, les industriels font même payer au consommateur l’augmentation du prix des emballages.

Pour remédier à ce problème qui touche un grand nombre de Français,  l’État met au point un nouveau coup de pouce. Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, a en effet confirmé il y a quelques jours que le chèque alimentaire serait mis en place « dès après l’élection » d’Emmanuel Macron. Le projet de loi “pouvoir d’achat” sera normalement présenté en Conseil des ministres le 6 juillet prochain. « On a déjà engagé 25 milliards d’euros depuis le mois d’octobre sur ces mesures de soutien aux Français et on mettra à peu près la même somme dans les mois qui viennent », a ainsi fait savoir Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement.

Sortie d’une inflation galopante

On s’attend ainsi à un lancement de ces chèques alimentaires dès la rentrée de septembre. Cela concerne notamment “un dispositif spécifique pour les gros rouleurs qui doivent prendre leur voiture pour aller travailler ». Elle poursuit : « Alors que l’inflation galope, il ne faut pas aller au trot sur ces sujets. Et nous espérons que les oppositions vont nous suivre. », a-t-elle en effet déclaré.

« Nous arrivons au pic de l’inflation. La bonne nouvelle c’est que cela devrait ensuite descendre, sans doute vers la fin de l’année et le début de l’année prochaine« , indique-t-elle ainsi. Le gouvernement a ainsi fait savoir que la remise carburant de 18 centimes sera prolongée jusqu’à fin août. Pour rappel, elle avait été instaurée le 1er avril 2022.

Le député Mounir Mahjoubi propose de chiffrer ce chèque alimentaire. Il table sur une fourchette entre 30 et 60 €. Par mois et par bénéficiaire. « Le budget total pourrait s’élever de quelques centaines de millions à deux milliards d’euros. », a ainsi déclaré ce dernier.

Prix : la proposition choc de Bruno Le Maire

En attendant, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire sort une autre proposition pour sortir les Français de l’impasse de l’inflation. Il pense en effet à supprimer la loi Egalim. Adoptée fin 2018, la loi Egalim plafonne actuellement les promotions à 34% en valeur et à 25% en volume pour les produits alimentaires. Cette mesure entend protéger la filière agricole contre les prix de vente trop bas imposés par la grande distribution. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MaVilleEngagée (@mavilleengagee)

Mais ça va peut-être changer…  « Aujourd’hui, les promotions ne peuvent pas excéder 34% de remise dans la grande distribution, je propose que l’on relève ce seuil à 50% pour qu’il y ait des prix cassés pour tous ceux qui en ont besoin », a en effet indiqué Brune Le Maire au micro de France Inter. A suivre !