Un garçon âgé de 13 ans mis en examen pour le viol de 2 fillettes de 6 et 7 ans, glaçant!

Vent de panique dans le sud de la France ! Lorsque les locaux entendent parler de cette affaire, ils ont des frissons. Comment est-ce possible qu'une telle horreur se produise ? Objeko vous dévoile les tenants et les aboutissants de cette sombre histoire.

©ThinkStock

Ce genre d’histoires ressemble à un film d’horreur. En effet, qui aurait cru que ce jeune garçon était capable du pire ? On fait le point !

Ce garçon risque gros !

Coup de tonnerre dans la ville de Nîmes ! Non, vous n’êtes pas devant une énième rediffusion d’un épisode de Faites entrer l’accusé. Ce n’est pas non plus un énième rebondissement concernant un people comme l’ex-présentateur du 20 heures de TF1. Lorsque la presse parle de cette tragédie, personne ne veut y croire. C’est l’évidence, chaque détail semble provenir d’un roman policier. Aux premières heures de la pandémie, ce garçon de 13 ans a traumatisé plusieurs jeunes filles. Pendant un an, elles ont vécu l’enfer sur Terre. Pour l’heure, les enquêteurs ont encore plusieurs pistes à explorer. Objeko pense notamment  à la complicité avec un adulte. Et contrairement à ce que vous pouvez croire, il s’agit d’une femme. Veuillez boucler vos ceintures, nous rentrons dans une zone de turbulences !

Un air de déjà-vu

Ces trois enfants se connaissaient. Cinq ans séparaient le jeune bourr*au de ses minuscules victimes De fait, deux d’entre d’eux avaient trouvé refuge dans la même famille d’accueil. Chez Objeko, on estime que cette information rend le drame encore plus glaçant. Cela signifie que ce garçon avait l’opportunité de mettre sous emprise sa cadette à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Mais que font les adultes ? N’ont pas senti ou entendu quelque chose ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nu.Techno (@nu. techno)

Lorsqu’une maman entend le témoignage de sa fille, elle comprend l’ampleur de la catastrophe. Elle se dirige vers le commissariat le plus proche pour porte plainte contre ce garçon. Grâce à l’enquête de nos confrères du Midi Libre, nous savons maintenant un peu près le mode opératoire de son détracteur. Objeko vous prévient. Après avoir lu ces lignes, vous ne serez plus jamais le même ! À la base, un après-midi de jeux et de rires attendait le joyeux trio. Invitée, la petite voisine ne s’est pas méfiée une seule seconde. En coulisses, le frère et la sœur avaient pris soin d’élaborer un complot machiavélique. Sans doute sous emprise de son ainé, la plus jeune avait alors participé à cette agression en l’empêchant son amie de bouger pendant que l’autre la v**lait.

Qui aura le dernier mot ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Benjamin Héraut (@benjaminheraut)

Le pire dans tout ça, c’est quand la mère adoptive s’est rendu compte de ce qui s’était passé, elle n’a pas eu la présence d’esprit de taper du poing sur la table. Au contraire, elle a juste lavé la victime afin de retirer toutes les marques du drame. Quant aux séquelles psychologiques, elle ne s’en préoccupe guère. Comble de l’horreur, elle ira même jusqu’à lui demander de garder le secret sur les agissements du garçon. Fort heureusement, peu de temps après, la vérité a éclaté. Si Objeko récapitule, elle met donc en cause plusieurs personnes qui auraient sciemment couvert l’attitude déplorable de ce préadolescent.

Interrogé par les enquêteurs, le garçon n’essaie même pas de se défendre puisqu’il va reconnaitre en être l’auteur. Par côté, les deux autres réfutent les faits qui leur sont reprochés. Effarés à la découverte de ce fait-divers, nos amis journalistes avaient alors contacté Jean-Pierre Rosenczveig. À l’intérieur des différents ouvrages de ce juge pour enfants de Bobigny traitant des défaillances de la justice envers les mineurs. D’ailleurs, dans le cas qui nous occupe, une chose est sûre. Vu qu’il a seulement 13 ans, il n’ira pas en prison. Tout le travail des avocats consistera à savoir s’il a compris l’importance ou non de ses actes. Autrement dit, afin de laver l’honneur de la victime et le mettre hors d’état de nuire, il leur faudra « prouver qu’il a conscience de l’interdit et d’avoir commis le mal ».

Merci à nos confrères de 20 minutes et de Midi-Libre