Un homme sur 2 refuse d’être avec une femme non conforme aux normes de la société

Certains hommes ont la dent dure envers leur potentielle âme soeur. Cette récente étude démontre qu'ils sont encore plus difficiles que les femmes. Voici leur fameuse liste de critères...Aïe, ça pique !

©123rf

On croyait que les hommes étaient moins compliqués que les femmes. On se trompait lourdement ! En réalité, ils veulent tout et son contraire.

Des hommes trop exigeants ?

Où se trouve l’élu(e) de son cœur ? Depuis l’enfance, cette question tourne en boucle dans notre esprit. Certes, au début, comme pour se rassurer, on a tendance à reproduire ce qu’on a connu. Or, dès l’adolescence, on commence à établir une liste de points forts qui ferait pâlir Cupidon. Parmi ces détails, il est intéressant de distinguer ce qui appartient aux goûts personnels des autres choses subjectives. C’est justement l’objet de cette enquête de l’Ifod. Commandée par le réseau social pour adultes Wyylde, elle prouve un lien entre les préjugés des hommes et les complexes des femmes. Visiblement, certains a priori ont la dent dure. Du moins, en ne souhaitant pas connaître ce qui se cache derrière cette carapace, ils s’empêchent de passer à l’action. Cher lecteur d ‘Objeko, accrochez-vous ! Ce voyage au cœur de la séduction va forcément vous secouer !

La pilosité

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Justine Vergès (@)

Parmi les hommes sondés, un sur deux ne supporte pas la présence de poils sur les jambes et sous les aisselles. Quant à l’épilation int*me, ils ont une idée bien précise de ce qu’ils cherchent. Sur la Toile, les photographies retouchées laissent peu de place aux défauts. C’est pourquoi, quand ils établissent le portrait de la femme idéale, ce critère est forcément l’un des premiers cités. Or, de plus en plus de féministes tentent de démolir ce cliché. Non, ce n’est pas une preuve de négligence que d’abandonner son rasoir. Objeko se souvient du scandale provoqué par la fille de Madonna.  En apparaissant en robe de soirée avec les dessous-de-bras non épilés, elle avait semé la panique. Fière de son coup d’éclat, elle récidive régulièrement sur les réseaux sociaux !

Le poids

Les personnes en surpoids ont toujours eu un peu plus de mal à trouver l’amour. En effet, sans doute trop exigeants, les hommes leur cassent du sucre sur le dos. Et les arguments sont si violents que les victimes passent toute une vie à se réparer. Cette fois, la responsabilité incombe aux publicitaires. En mettant à l’honneur des individus trop maigres, ils ne se rendent pas compte des dégâts engendrés. Pire encore, en retouchant à excès les photos, cela n’a plus rien de réel. Qu’à cela ne tienne, ce genre de Don Juan de pacotille persiste et signe. Sans tomber dans de la psychologie de bas étage, est-ce que cette attitude ne dissimule pas en réalité une hypersensibilité ? Le mystère reste entier…

Chaque fois qu’on creuse un peu les arguments des réfractaires, la rédaction d’Objeko a le vertige. Les mots employés pour décrire ces maux sont extrêmement durs ! Du dégoût au rejet total, il n’y a qu’un pas. Pire encore, certains hommes interrogés ne s’arrêtent pas en si « bon chemin ». « Ça m’étonne toujours quand je vois un mec canon se taper une grosse. » En voulant rallier un maximum de personnes à leur pitoyable cause, ils se rendent ridicules. Personne n’est à l’abri d’une prise de poids à cause d’une maladie. Avoir un peu de tolérance ne peut pas faire de mal !

La taille

Le mythe de l’homme alpha prédomine dans les pensées. En effet, une femme plus grande peut effrayer. Se sentant rabaissé dans son image de dominant, celui qui se dit victime devient bourreau. De fait, une fois encore, il se prive de connaître des personnalités hautes en centimètres, mais aussi en couleur. Qui sait, elles pourraient lui convenir pour une nuit ou pour la vie !

Tout est une question d’hormones

Une théorie circule de plus en plus et elle a le vent en loupe. Comme pour justifier cet infâme trio de critères subjectifs et blessants, les spécialistes tentent d’établir un lien avec la science. Autrement dit, tout serait une question d’hormones ou de gênes ? Trop facile pour Objeko et ce chercheur. Auprès de nos confrères de Santé Magazine, il tranche et déclare. « Analyser l’amour et les d*sirs en termes d’imagerie cérébrale est encore impossible, mais oui, on commence déjà à observer comment le c*rps réagit. » Hélas, on ne peut pas s’empêcher d’effectuer une corrélation avec des diktats sociétaux.

Une influenceuse sort du silence

En créant le podcast Single Jungle, Louisa Amara jette un pavé dans la mare. Elle n’a jamais voulu cacher ses rondeurs aux hommes. Hélas, elle remarque que ça ne fonctionne pas toujours auprès des fauteurs de troubles. Encore trop souvent choqués, les haters bottent en l’accusant d’être… photogénique. C’est un comble !

Pour conclure, elle déplore que ceux qui fustigent soient en réalité les hommes qui souffrent en silence. En n’assumant pas leurs goûts au grand jour et mettant les femmes dans des cases, ils se privent volontairement de bonheur. Quelle tristesse absolue de ne pas vouloir rendre les choses officielles à cause de quelques kilos ou centimètres en trop ! Vivement que tout cela cesse !

Merci à nos confrères de l’IFOP et de Santé Magazine