Une 5e vague de Covid-19 menace les fêtes de Noël selon Vincent Enouf de l’Institut Pasteur

Questionné par BFMTV, le directeur adjoint du Centre national de référence des virus de l'Institut Pasteur Vincent Enouf a indiqué qu'il fallait agir tout de suite pour avoir un « Noël à peu près normal ». Ojeko vous donne tous les détails à ce sujet.

© Pixabay

5e vague: Noël est-il en menacé ? Tandis que la 5e vague de Covid-19 préoccupe les Français et les Françaises, le directeur adjoint du Centre national de référence des virus respiratoires de l’Institut Pasteur Vincent Enouf met en garde sur les dangers qui sont liés aux fêtes de fin d’année.

La mise en garde Vincent Enouf

« C’est maintenant qu’il faut agir pour avoir un Noël à peu près normal » indique le scientifique sur l’antenne de BFMTV. L’alliage du Covid-19 et des virus respiratoires qui circulent « tous les ans » pourraient parasiter les rassemblements de fin d’année. Ne pouvant pas s’exprimer sur les risques de confinements ou mesures de restriction, le directeur adjoint précise tout de même que nous avons « les armes, la surveillance et les moyens de limiter la diffusion du virus pour l’instant ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kak (press cartoons) (@monsieurkak)

 

En prenant des mesures « maintenant, tout de suite », Vincent Enouf pense que nous pourrions bénéficier d’un « Noël à peu près normal ». Ainsi, l’émergence du variant Omicron préoccupe les autorités sanitaires, en plus de la 5e vague. Mais, la découverte de ce variant pourrait être en fait « la lumière au bout du tunnel » de la crise d’après Zvika Granot, professeur à l’Université de Jérusalem.

Le directeur de l’ARS répond aux inquiétudes

À l’occasion d’une visioconférence sur l’état sanitaire en Occitanie, le responsable de l’ARS de la région Alain Fischer a évoqué les inquiétudes liées aux fêtes de fin d’année. « Humainement, il me paraît compliqué de renoncer aux fêtes de famille. Il faut trouver les aménagements nécessaires c’est-à-dire que les fêtes de famille soient effectuées avec des regroupements de personnes réduits, de suivre les gestes barrière même si c’est un peu plus délicat dans un cadre familial ».

 

D’après Alain Fischer, les fêtes de décembre « impliquent au maximum que les personnes aient été vaccinés et eu leur rappel au préalable, en particulier les personnes âgées. C’est une affaire de bon sens, d’utilisation des gestes barrière, de ne pas se rassembler en grand nombre, de ne pas chanter tous ensemble car on sait que c’est un facteur de risque plus élevé, de ne pas s’embrasser. C’est un peu frustrant mais si on respecte ces gestes, on peut se retrouver en famille ».

5e vague: Covid-19, une crise qui bouleverse la planète

Depuis l’apparition du Covid-19, au printemps 2020, le monde est bouleversé. En effet, ce virus qui est parti de Chine a entraîné la paralysie du monde pendant plusieurs mois. Des millions de personnes dans le monde ont été confinés chez eux. Cela a suscité beaucoup d’angoisse et de stress chez de nombreuses personnes. Les sorties étaient limitées. Pendant cette période l’Etat a débloqué des sommes importantes pour financer le chômage partiel pour les salariés qui étaient à l’arrêt. C’était le cas dans la culture, mais aussi la restauration. La situation était compliquée dans toute l’Europe.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par C dans l’air (@cdanslair)

 

L’arrivée du vaccin a constitué un tournant. Cela a permis progressivement de rouvrir les théâtres et les lieux de culture, tout comme les restaurants. Les Françaises et les Français étaient en manque de ces lieux auxquels ils sont très attachés. Un pass sanitaire a été mis en place pour les personnes qui se sont déjà fait vacciner et ceux qui ont déjà attrapé le covid. Ce sésame qui se trouve sur les téléphones via une application permet de se rendre dans les lieux qui rassemblent du public.

Certaines personnes sont contre la vaccination et le pass sanitaire. Elles manifestent régulièrement dans les grandes villes et font entendre leur mécontentement. Aujourd’hui, avec le nouveau variant Omicron, de nombreux pays ont fermé leurs frontières ou déconseillent de se rendre dans des pays. L’Ile Maurice ou le Maroc ne sont plus accessibles aux visiteurs de l’hexagone. Une triste nouvelle car de nombreux pays vivent principalement du tourisme et sont très affectés en ce moment par ce qu’il se passe. Objeko vous tiendra au courant de l’évolution de la situation.