Une ex-Miss France fait de graves accusations, Sylvie Tellier et son comité au plus mal !

Un jour avant la diffusion de la cérémonie sur TF1, RMC Story propose le vendredi 10 décembre un documentaire exclusif intitulé Miss France : Scandales, gloire et beauté.

© Twitter @pernautjp

Miss France: Plusieurs Miss ont accepté d’y participer. L’une d’elle, Gwenegann Saillart, a profité de cette occasion pour raconter les coulisses du show. Pour elle, certaines miss sont mises en avant au détriment d’autres.

Une cérémonie sous le signe de la comédie musicale 

Les 29 nouvelles miss qui espèrent toutes remporter le concours répètent pour proposer le show le plus spectaculaire et professionnel possible. Elles doivent bosser très dur pour arriver à la hauteur des œuvres auxquelles elles souhaitent rendre hommage. En effet, cette année, l’élection a décidé de mettre les comédies musicales à l’honneur. Elle se tient la semaine où la version de Steven Spielberg du classique West Side Story est diffusée dans les salles de cinéma. 

West Side Story sera bien évidemment à l’honneur, tout comme Mamma Mia, Le Roi Lion, Les 10 commandements ou encore Mary Poppins. Un numéro spécial est prévu pour ce film, comme l’annonce la chaîne : « Les Miss lors d’un tableau consacré à Mary Poppins prendront même leur envol au-dessus de la scène du Zénith de Caen ». TF1 a vu les choses en grand puisque « les Miss seront accompagnées de 30 claquettistes, 35 chanteurs de Gospel, 8 danseurs… ».

Le prestige est également au rendez-vous en ce qui concerne les membres du jury. Le Président, cette année, est Jean-Pierre Pernaut. Ce dernier est intimement lié au comité Miss France qu’il a épousé Nathalie Marquay qui s’est fait connaître en remportant le concours. Chaque année, lorsqu’il présentait encore le journal télévisé de TF1, il recevait toutes les candidates quelques jours avant la cérémonie. Cette année, sa voix comptera à 50%. 

Le mauvais souvenir d’une ancienne Miss 

Dans ce documentaire exclusif diffusé sur RMC Story, une ancienne Miss reprend le discours qu’elle a déjà tenu dans la presse quelques jours après sa participation à l’émission. Gwenegann Saillart n’a pas sa langue dans la poche et dit tout haut ce qu’elle pense. Après tout, son prénom d’origine celte signifie ‘chevalier vaillant’, elle a décidé d’y faire honneur. 

Il y a un an, dans les colonnes de l’Est Éclair, elle revenait déjà en détail sur les coulisses de l’émission. Amère, elle considère déjà que certaines miss sont mises en avant : 

« Très vite, j’ai pu constater que les candidates ne sont pas sur un pied d’égalité. Tout dépend de la région qu’elles représentent. L’impression – partagée par beaucoup – est que les filles qui dépendent d’un « petit » comité sont réduites à un rôle de figuration (…) À l’opposé, d’autres candidates sont favorisées (…) À plusieurs reprises, j’ai eu le sentiment d’être mise à l’écart ». La jeune femme a remarqué cela dès les répétitions :  

« Les filles étaient plus ou moins bien placées alors qu’aucune n’avait encore été vue à l’œuvre. L’ordre de passage pendant le défilé en maillot de bain est également important : les téléspectateurs se focalisent généralement sur celles qui passent en premier. Enfin, certaines étaient coiffées et maquillées par les « chefs », les autres par des apprentis. L’élection semble donc orientée. Il est faux de dire qu’elle se joue le soir même ». 

Certaines Miss mises en avant 

Dans le documentaire, l’ancienne Miss a de nouveau pris la parole. Sa version n’a pas changé, bien au contraire. Elle tient le même discours, presque au mot près : « Je sentais qu’il y avait du favoritisme et des orientations vis-à-vis de certaines candidates plus que d’autres. Je pensais qu’on était toutes sur le même pied d’égalité mais on se rend compte dès le premier jour du mois de préparation de Miss France, que ce n’est pas le cas. Je me suis rendue compte que les filles qui n’étaient pas favorites étaient constamment situées aux extrémités ». Le soir du show, elle constate même que certaines miss sont coiffées par des chefs coiffeurs tandis que d’autres ont seulement droit à des apprentis. « Tout est calculé pour que les favorites soient davantage mises en avant« .

Malheureusement pour elle et pour toutes celles qui ne font pas partie des quinze dernières, cette mise en avant de certaines miss semble plutôt logique. En effet, pendant un mois, toutes les miss sont observées. Elles passent des tests, sont jugées sur leur entente avec les autres, leur comportement… Quand la cérémonie débute, les quinze Miss choisies pour la suite sont déjà connues en interne, par Sylvie Tellier notamment. Elles sont donc, dès le départ, mises en avant, afin que les téléspectateurs puissent faire dès les débuts un choix.