Une quatrième dose de vaccin ? Découvrez les dernières informations du gouvernement

La France fait face à la vague du variant Omicron et appelle les Français à se faire vacciner massivement. Mais après la troisième dose, une potentielle quatrième dose n'est pas écartée par le gouvernement.

© Istock

Quatrième dose, cinquième, sixième… Les Français veulent savoir à quel moment ils pourront se sentir protéger par le vaccin. En effet, la pandémie de Covid-19 continue de faire rage. Et les gouvernements de tous les pays durcissent le ton quant à la vaccination. Pour faire reculer la pandémie, un pass sanitaire a été mis en place. Proposant aux Français de se faire vacciner pour obtenir ce sésame ou les invitant à présenter des tests négatifs pour accéder à toutes sortes d’activités de loisirs. Mais dès le 24 janvier, le pass vaccinal remplace le pass sanitaire.

La vaccination prend donc un caractère obligatoire, Objeko ne saurait le nier. Elle est ainsi nécessaire pour accéder aux bars, restaurants, cinémas, théâtre… Mais aussi pour emprunter des transports interrégionaux. De nombreux Français, jusqu’alors non-vaccinés, devront donc se plier à la vaccination pour obtenir un pass vaccinal. Pour cela, trois doses de vaccin sont exigées (en général, mais d’autres modalités existent). Or, il se pourrait que la troisième dose ne soit pas la dernière que le gouvernement impose aux Français pour les protéger du Covid-19. En effet, une quatrième dose reste envisageable.

Quatrième dose : le pass vaccinal pourrait-il l’imposer prochainement ?

Pour obtenir son pass vaccinal, le gouvernement recense trois cas de figure. Vous pourrez donc présenter :

  • Une certification de vaccination (schéma vaccinal complet, dose de rappel comprise) ;
  • Un certificat de rétablissement de plus de 11 jours et moins de six mois ;
  • Un certificat de contre-indication à la vaccination.

Et Objeko ajoute que le gouvernement précise également, sur son site internet, qu’une dérogation est possible pour les nouveaux primo-vaccinés. « Une dérogation permettant d’utiliser un certificat de test négatif de moins de 24h dans le cadre du pass vaccinal est possible jusqu’au 15 février pour les personnes ayant reçu leur première dose de vaccin d’ici là, dans l’attente de leur deuxième dose. », peut-on lire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gouvernement (@gouvernementfr)

Mais comment s’assurer que la troisième dose sera la dernière ? Et si une quatrième dose s’avère nécessaire, sur quels critères ? De plus, si quatrième dose il y a, faut-il imaginer que les doses de vaccins se multiplieront sans cesse ? Pourrait-on envisager la fin du pass vaccinal si les taux de contamination tendent enfin à la baisse ? Ces questions ont été évoquée sur le plateau de LCI, auprès d’Olivier Véran, le ministre de la Santé.

Nouvelles doses de vaccin ? Olivier Véran ne refuse pas cette possibilité

C’est avec prudence mais assurance que le ministre de la Santé répondait, ce 25 janvier, à Elisabeth Martichoux, sur le plateau de LCI. Selon lui, une quatrième dose est tout à fait envisageable. Cependant, il ne s’avance pas à affirmer qu’elle sera effectivement imposée aux Français. Il préfère rappeler que le pass vaccinal, qui oblige finalement les Français à se faire vacciner contre la Covid-19, n’est pas plus une décision de l’Etat qu’une décision imposée au gouvernement par la pandémie.

« Quel est le sens de la quatrième injection ? Si c’est de protéger les plus fragiles nous le ferons et nous expliquerons comme nous l’avons fait depuis le début de l’épidémie. », disait donc Olivier Véran. Une quatrième dose est donc clairement envisagée par le gouvernement. Mais le ministre de la Santé va radoucir le ton pour justifier cette potentielle nouvelle dose de vaccin.

« Si en revanche, nous voyons qu’elle n’est pas nécessaire, nous ne la ferons pas. La question, c’est quand ? Est-ce qu’il y aura une nouvelle épidémie ? À la sortie de la vague Omicron, est-ce qu’on est tranquilles ou est-ce qu’il y a une nouvelle menace qui arrive ? (…) Qui dit protection, dit menace. Il faut que nous soyons face à une menace qui justifie de se faire vacciner. », ajoutait-il alors.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gouvernement (@gouvernementfr)

Ainsi, impossible de savoir si une nouvelle vague ne va pas contraindre la population à se faire injecter une quatrième dose. Et Objeko se veut encore plus clair, tant que de nouvelles vagues frapperont le pays, de nouvelles doses risquent d’être imposées.