Une troisième dose obligatoire pour tous ? Olivier Véran donne tous les détails et le processus

Le 30 août dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran était reçu sur le plateau de C à vous sur France 5. Une bonne occasion pour Anne-Elisabeth Lemoine de le questionner pour savoir si une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 serait pratiquée sur tous les Français. Objeko vous donne tous les détails à ce sujet.

© France 2

Olivier Véran a dévoilé le dispositif qui serait mis en place s’il devait y avoir une troisième dose obligatoire pour tous les Français. Depuis des mois, on se demande vraiment à quel moment, le pays va sortir de cette crise sanitaire.

Olivier Veran fait le point sur la situation

Pour le gouvernement, pour résoudre cette crise, la seule issue est de vacciner en masse la population. Ainsi, près de 50 millions de Français ont déjà reçu au moins une dose, d’autres ne veulent pas le faire. Pour inciter les opposants à franchir le pas, un pass sanitaire a été établi en France depuis le 9 août 2021. Pour l’avoir, il faut soit montré que l’on a été totalement vacciné, ou avoir un test PCR qui est négatif.

 

Le souci est que dans certains pays, comme Israël, une troisième dose est maintenant recommandée. C’est aussi le cas en France, où elle est maintenant possible pour les individus de plus de 65 ans. Cela préoccupe des Français, qui se demandent si une troisième dose ne sera pas bientôt obligatoire pour tout le monde. « Est-ce que cela concernera tout le monde ? Ou seulement les plus de 65 ans ? », questionne Anne-Elisabeth Lemoine à Olivier Véran dans C à vous, le 30 août dernier.

Olivier Véran n’est pas affirmatif

Si la présentatrice de France 5 a posé cette question, c’est que le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a indiqué qu’une troisième dose de vaccin contre le Covid devrait « concerner une majorité de Français ». Olivier Véran a dans un premier temps indiqué que les personnes de moins de 65 ans possédaient un système immunitaire avec une certaine « maturité ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Paris Match (@parismatch_magazine)

 

« C’est-à-dire qui garde en mémoire les informations qu’on lui a données plus longtemps et plus fortement », a souligné le responsable politique. Ce qui n’est pas la situation  des personnes âgées : « Lorsque l’on est un peu plus âgé, ou lorsque l’on est malade et qu’on a un système immunitaire qui est fragile, eh bien, on peut perdre cette mémoire qui est acquise par la vaccination, et donc, on a un coup de pouce avec un nouveau vaccin ».

Olivier dénonce les « anti-vax »

Les autorités sanitaires recommandent une troisième injection pour les 65 ans et plus. Mais les plus jeunes pourrait aussi être concernés. « Je vous ai dit que je ne dis jamais ‘jamais’. Alors je ne vous dis pas ‘jamais’. Je vous dis qu’aujourd’hui, je n’ai pas de recommandations scientifiques pour aller au-delà des plus de 65 ans », termine Olivier Veran sur ce sujet.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Xosé Bouzas (@xosebouzas)

 

La question du vaccin contre le Covid-19 ne fait pas l’unaminité en France. Surtout quand s’agit d’enfants. Dans l’hexagone, la vaccination est possible dès l’âge de 12 ans à partir du 30 septembre prochain. C’est l’un des sujets les plus débattu dans les manifestations, qui se déroulent chaque semaine en France. Xavier Lemoine, le maire de la ville de Montfermeil, en a écrit une tribune pour dire qu’il fallait réfléchir avant de se faire vacciner. C’est simple : il appelle les vaccins des « thérapies géniques » et regrette « de nouvelles techniques jamais massivement utilisées sur l’homme ». Ces déclarations ont suscité la controverse dans le débat public.

Invité à réagir sur le plateau de C à vous, Olivier Véran s’est dit consterné par les propos de ce maire. « J’ai lu son édito qui est plein d’erreurs, c’est même du charlatanisme. C’est du charlatanisme », a dit Olivier Verran à Anne-Elisabeth Lemoine. N’ayant « aucune compétence scientifique », Xavier Lemoine n’est pas, d’après lui, en situation de juger de l’efficacité du vaccin contre le Covid-19.

« S’il ne fait pas confiance à ses médecins, aux scientifiques du monde entier ou à son ministre ou son président, qu’il fasse confiance au Pape. Le Pape a appelé la population mondiale à se faire vacciner pour se protéger. Alors qu’il fasse confiance au pape au maximum », a alors déclaré le ministre de la santé, très agacé.