Vacances d’été : ces 5 nouvelles habitudes des Français depuis le Covid-19 et l’inflation

La saison estivale ne fait que commencer et déjà de nouvelles tendances se confirment. Les Français développent de nouvelles habitudes pour garder la tête hors de l'eau, entre une épidémie en hausse et une inflation record...

© AFP – Vacances d’été : ces 5 nouvelles habitudes des Français depuis le Covid-19 et l’inflation

Les vacances d’été 2022 sont marquées d’un sceau nouveau. En effet, c’est la première fois qu’autant de Français vont revoir leurs projets en saison estivale. D’une part, les chiffres de la pandémie remontent et ils pourraient en dissuader quelques-uns de partir trop loin de chez eux. En cas de contamination, ils seraient contraints à l’isolement et verraient toutes leurs réservations compromises. Mais ce n’est pas le premier été durant lequel les vacanciers sont confrontés à de tels risques.

En revanche, c’est le premier été durant lequel les risques sanitaires liés au Covid-19 se conjuguent avec une inflation record. En effet, les prix augmentent partout. Carburant, énergie en général, alimentation… Les vacances d’été vont coûter énormément aux Français cette année. C’est pourquoi, certains ont décidé de s’adapter plutôt que de renoncer à des congés bien mérités.

Dans les colonnes du journal de RTL, Objeko a pu découvrir le détail statistique des nouvelles habitudes des Français. Les vacances d’été ne sont pas les mêmes que les années précédentes. Mais certains sont prêts à de grands sacrifices pour ne pas y renoncer.

Les vacances d’été sont sévèrement touchées

Voilà deux années déjà, deux étés, que la pandémie dicte ses règles. Il est naturel d’imaginer que les Français ne souhaitent pas encore avoir à se priver cette année. Pour leurs vacances d’été, ils sont donc très nombreux à envisager changer de décor. D’après les chiffres communiqués sur RTL, des chiffres parus dans une enquête réalisée par Europ Assistance et Ipsos, ce sont 71 % des Français et 64% des séniors qui veulent voyager.

Cependant, cela n’aura pas échappé aux lecteurs d’Objeko, vouloir et pouvoir sont deux choses différentes. Si nous pouvons tous avoir envie de partir en voyage pour profiter des vacances d’été, nous n’avons pas tous la possibilité financière de le faire. Surtout lorsque l’inflation s’en mêle et que tous les prix augmentent sans cesse. Ainsi, une bonne partie de la population qui pouvait se permettre quelques jours au soleil va devoir refaire ses calculs.

 

View this post on Instagram

 

Une publication partagée par jo (@jo_se_phi_na)

Là encore, RTL avance des chiffres pour soutenir ce point. OpinionWay, à la demande de Stairwage, publiait ainsi les résultats d’une étude menée en juin 2022. Sur les personnes interrogées, 46% admettent avoir des difficultés financières pour préparer leurs vacances d’été. Certaines de ces personnes renoncent donc purement et simplement à partir en congés. La même enquête indique également qu’un Français sur 3 a du mal à mettre suffisamment d’argent de côté pour une location estivale.

De plus, les personnes qui seraient le plus à plaindre seraient les seniors. Leurs budgets pour les vacances d’été a quasiment été divisé par deux entre 2019 et 2022. Ainsi, toujours d’après les chiffres recensés par RTL, 54% des seniors renoncent à partir en vacances cette année.

Des nouvelles habitudes qui répondent au contexte actuel

Les budgets sont trop serrés pour les Français et pour cause. En effet, il ne s’agit pas seulement de bien gérer son portemonnaie cette année. Celles et ceux qui sont les plus méticuleux sur leurs gestions financières sont également en peine pour partir profiter des vacances d’été. Plus que jamais, il n’y a pas de petites économies. Ainsi, lorsque les Français parviennent à partir quelques jours, les professionnels du secteur constatent une baisse de 20% des réservations de petit déjeuner par exemple.

Il faut dire que le prix du petit déjeuner dans un établissement hôtelier, c’est environ 10% du prix de la chambre. Les restrictions des vacanciers ont donc des conséquences directes sur la santé économique de l’établissement. « On sent que les gens font attention. Ils vont prendre plutôt un café tout seul qu’une formule de petit déjeuner complète. Derrière le service du petit déjeuner, il y a de l’espace à entretenir et du personnel à payer. », s’inquiète Laurent Duc, le président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), interrogé par RTL.

Objeko vous l’accorde, les changements d’habitudes des Français auront forcément un lourd impact sur toute l’économie du secteur touristique. D’une part, les vacanciers s’y prennent plus tôt pour réserver leurs vacances d’été. Ensuite, ils dépensent moins et réservent en ligne en quête de promotions. Les avis clients sont donc plus que jamais des repères essentiels pour les potentiels clients. Le tout alors que les établissements n’y passent pas autant de temps qu’ils le devraient.

Enfin, les vacanciers partent presque tous moins loin que les années précédentes. Restriction budgétaire oblige ou crainte du retour de mesures sanitaires strictes, les Français optent de plus en plus pour la proximité pour leurs vacances d’été.