Vaccination : voici pourquoi le rappel Moderna se fait avec une demi-dose

Jamais une campagne de vaccination n’aurait été autant la cible des critiques ou des rumeurs. La dernière en date concerne l’efficacité du Moderna. Objeko vous raconte les tenants et les aboutissants de cette nouvelle polémique !

Vaccination : la demi-dose de Moderna est-elle aussi efficace que les autres ?
© UNSPLASH - MUFID MAJNUN

Pour ou contre la vaccination ? Le débat fait rage dans les familles. Cette nouvelle sur le Moderna ne risque pas d’arranger les choses !

La vaccination de nouveau sous le feu des projecteurs !

Cela fait deux ans que la covid-19 empoissonne le quotidien de la planète. Sur les chaines d’information en continu, on a bien du mal à canaliser la situation. Ce n’est pas facile de parler de la propagation du variant Omicron sans aborder la vaccination. Depuis des semaines, des manifestations s’organisent dans toute la France. Tout d’abord, la gestion de la crise par le gouvernement est au cœur du débat. Il faut dire que depuis les chercheurs ont fabriqué le remède, il est largement contesté. Entre les effets secondaires, les trois doses nécessaires ainsi que les difficultés à décrocher un rendez-vous, les méfiants ne cessent que de tirer la sonnette d’alarme. Récemment, c’est la composition du Moderna qui suscite les interrogations. Qui aura le dernier mot ? Objeko tente de faire le point !

Jamais deux sans trois séances de vaccination

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Hans Dierick (@hansdierick)

En France, l’État a décidé de tout miser sur les laboratoires Pfizer et Moderna. Hélas, dans la panique, on ne suit plus très bien les règles imposées par les concernés. Dire qu’à l’origine, le premier était réservé aux adolescents et jusqu’à 30 ans. En fait, quand on interroge les spécialistes à ce sujet, ils redoutaient fortement que des effets secondaires viennent tout gâcher.  Comme une polémique n’arrive jamais seule, la question de la dose de rappel fait trembler les autorités compétentes. Avec la rupture de stock de l’un dans les offices de santé et les centres de vaccination concernés, n’y a-t-il pas de risque à faire le second ?

Afin de diffuser la bonne parole auprès des plus jeunes, le gouvernement n’hésite pas à utiliser les réseaux sociaux. C’est pourquoi, régulièrement, on peut découvrir les dernières informations sur la vaccination sur la page Twitter. Lassé d’entendre toujours des questions identiques, le ministre de la Santé fait un bref rappel des faits. Oui, une troisième piqure est plus que jamais nécessaire. Depuis la mi-décembre, le variant Omicron se répand comme une trainée de poudre chez les enfants, mais aussi du côté des adultes. Donc, même avec deux doses, une troisième permettrait de « maintenir un bon niveau de protection en stimulant le système immunitaire » !

Pourquoi une telle différence de traitement ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mélissa Gagné (@melissa.x.gagne)

Une fois sur place, on se rend bien compte que quelque chose cloche. Pourquoi a-t-on l’impression que le responsable de la vaccination veut a tout prix nous faire Moderna au lieu du Pfizer initialement prévue ? De plus, vu la quantité de liquide dedans, on redoute le pire. Heureusement, Objeko a fait quelques recherches et vous explique pourquoi vous avez cette impression. Il faut se référer à un rapport de la Direction Générale de la Santé (DGS). Daté de début novembre 2021, cet organisme aurait précisé que la version de Moderna était légèrement plus dosé en ARN messager que son concurrent Pfizer. A titre d’exemple, on nous rappelle que dans 0,5 millilitre, il y a 100 microgrammes tandis que le rival peine à atteindre une bonne trentaine.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marion Germond (@la_vie_de_marion21)

Qu’en a-t-il niveau européen ? Suit-on cette recommandation de prescrire une demi-dose de Moderna en lieu et place d’une entière de Pfizer ? Visiblement, d’après ce qu’Objeko a pu découvrir dans les rapports de l’Agence Européenne du Médicament (EMA), c’est le même son de cloche. Dès lors, une question se pose. Pourquoi ne nous a-t-on rien dit ? Loin de toutes les théories du complot, la rédaction estime que nous devrions avoir de plus amples informations avant d’éventuellement penser à une … quatrième … dose !

Et maintenant ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marion Germond (@la_vie_de_marion21)

Du reste, l’argument principal de la vaccination consiste à nous promettre que nous pouvons éviter des formes graves. Vu les complications (réanimation, oxygène, etc.) et la saturation des hôpitaux, croisons les doigts pour que cette pandémie soit bientôt derrière nous. Vivement le retour à la vie normale ! En attendant, continuons de respecter les gestes barrières !


Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.